POLAIRES MILIEUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Géomorphologie glaciaire

L'érosion glaciaire

Sur le plan de la géodynamique externe, le domaine glaciaire se caractérise par une érosion spécifique, identique quelle que soit l'époque géologique, qui se différencie nettement des érosions dues aux agents purement météorologiques.

Processus morphogéniques

L'écoulement glaciaire développe les processus morphogéniques spécifiques qui aboutissent à une attaque des roches du lit et au transport des moraines.

La connaissance des mécanismes de l'ablation exercée par le glacier repose sur l'interprétation des micromodelés des lits glaciaires hérités et des portions de ceux qui sont en partie déglacés à la suite de la décrue amorcée il y a quelques décennies. Cette ablation consiste d'abord dans une abrasion exercée par la glace armée de matériaux durs, qui se manifeste par le poli des roches moutonnées et par des stries ou des cannelures orientées. Mais elle s'exerce sans doute plus efficacement par le délogement et l'arrachage de blocs parfois énormes aux dépens du fond. Ces blocs, pris dans la glace par suite d'une alternance gel-dégel, peuvent être entraînés par elle. Un tel défonçage suppose une dislocation préalable des affleurements rocheux par des diaclases, des fentes de gel ou des cassures dues aux pressions subies. Son efficacité dépend du degré de préparation de la roche et de sa résistance aux actions mécaniques.

Le transport des moraines s'effectue en surface (moraines latérales et médianes), à l'intérieur du glacier (moraines internes) ou sur le fond (moraines de fond). La capacité et la compétence de l'écoulement glaciaire apparaissent pratiquement illimitées. Des blocs de plusieurs dizaines de mètres cubes ont pu ainsi être déplacés sur des distances considérables. Dans le cas des moraines de fond, le matériel provient, au moins pour l'essentiel, de l'attaque du lit glaciaire. C'est la gélivation des versants supraglaciaires qui alimente au contraire les autres moraines.

Gélifraction

Vidéo : Gélifraction

Action du gel sur les reliefs rocheux.Dans les régions montagneuses et polaires, la glace est un important agent d'érosion en provoquant la fragmentation des roches.Ce phénomène de désagrégation mécanique, appelé généralement gélifraction, se produit quand l'eau de pluie ou du dégel... 

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Afficher

En fait, la gélivation constitue un processus de fragmentation très actif dans les secteurs non englacés soumis à l'alternance du gel et du dégel. Les avalanches, les chutes par gravité et la solifluxion fournissent ses produits aux glaciers. À ces actions de la glace se combinent celles des eaux de fusion lors du dégel saisonnier ou diurne (fig. 2). Ces écoulements sont divers. Ils s'effectuent, en effet, dans des gorges ouvertes dans la glace appelées bédières (eaux supraglaciaires), à son contact avec les versants (eaux juxtaglaciaires), à l'intérieur même de la glace (eaux intraglaciaires) et sur le lit glaciaire (eaux sous-glaciaires). Les écoulements sous-glaciaires et juxtaglaciaires exercent une action dissolvante non négligeable sur les roches appropriées, et surtout une usure mécanique grâce aux charges grossières qu'ils entraînent. Tous contribuent au lavage des moraines et au transport des produits de l'ablation glaciaire. Des écoulements diffus, en chenaux instables ou en nappes, recueillent puis déposent ce matériel typiquement fluviatile au-delà du front glaciaire (eaux proglaciaires).

Façonnement d'un lit glaciaire

Dessin : Façonnement d'un lit glaciaire

Façonnement du lit glaciaire : influence du diaclasage des roches et des types découlement glaciaire sur les modalités du façonnement du lit glaciaire et sur le modelé résultant. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Il convient de tenir compte aussi des influences lithologiques. Toute fragmentation préalable des roches facilite l'ablation glaciaire (fig. 2). La gélivation périglaciaire semble particulièrement efficace dans le cas des inlandsis à progression lente. Elle met de l'abrasif en abondance à la disposition du glacier, qui se borne alors à assurer le nettoyage de ses produits.

L'efficacité glaciaire reste de toute façon fort variable selon le jeu de divers facteurs. Elle dépend, en premier lieu, de l'épaisseur de la glace, déterminant sa pression et son adhérence, c'est-à-dire du bilan alimentation-ablation défini par le milieu climatique. Les glaciers alpins bien alimentés sont aussi les plus rapides. À ces appareils actifs, le plus souvent en crue, s'opposent les appareils passifs en décrue prolongée, minces et lents, mais pourvoyeurs d'eaux de fusion abondantes. À la limite, le glacier mort, privé d'alimentation, est un survivant presque inerte voué à l'ensevelissement sous ses moraines. Certes, la pente de la topographie sous-glaciaire influe sur la vitesse de l'écoulement glaciaire et l'adhérence. Enfin, la plus ou moins grande abondance des moraines intervient aussi, en raison de l'aptitude à l'abrasion qu'elles confèrent à la glace. À ce point de vue, les inlandsis, qui doivent leur propreté à la rareté des versants supraglaciaires, apparaissent défavorisés [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Antarctique

Antarctique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Gélifraction

Gélifraction
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Façonnement d'un lit glaciaire

Façonnement d'un lit glaciaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Sédiments glaciaires

Sédiments glaciaires
Crédits : Henri-Alain Segalen/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités, professeur émérite à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
  • : professeur à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot
  • : directeur de recherche au CNRS, membre de l'Institut

Classification

Autres références

«  POLAIRES MILIEUX  » est également traité dans :

ATMOSPHÈRE - La couche atmosphérique terrestre

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 818 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La circulation atmosphérique globale »  : […] L’atmosphère terrestre subit en permanence, de la part de son environnement, un certain nombre de contraintes qui la forcent à se transformer, à se restructurer et à se déplacer. Les principaux acteurs de cette agitation sont le réchauffement solaire qui affecte différemment les régions équatoriales et les régions polaires, la force de gravité terrestre, la poussée d’Archimède et la force de Corio […] Lire la suite

CLIMATS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 588 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le climat polaire »  : […] Le climat polaire est dû à l’absence d’ensoleillement pendant l’hiver (aux pôles, la nuit dure six mois) et à un faible ensoleillement pendant l’été (soleil bas sur l’horizon). Les températures arctiques sont de – 10 à – 20  0 C l’hiver et proches de 0  0 C l’été. En Antarctique, elles sont plus basses : en hiver, elles vont de – 20 à – 65  0 C et, en été, de 0 à – 20  0 C selon la région (côtes […] Lire la suite

HAMELIN LOUIS-EDMOND (1923-2020)

  • Écrit par 
  • Caroline DESBIENS
  •  • 1 353 mots

Connu comme le « père de la nordicité », Louis-Edmond Hamelin est une figure marquante de la géographie québécoise et canadienne. Son parcours transdisciplinaire, sa pensée humaniste, son engagement pour les peuples autochtones, de même que sa vision holistique de la géographie caractérisent l’ensemble de son œuvre. Né le 21 mars 1923, Louis-Edmond Hamelin passe son enfance dans le village de Sai […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger COQUE, François DURAND-DASTÈS, Yvon LE MAHO, « POLAIRES MILIEUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/milieux-polaires/