POLAIRES MILIEUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie

Même si l'on peut voir des visiteurs ailés à des centaines de kilomètres à l'intérieur du Groenland ou de l'Antarctique, ces régions polaires sont, au sens du vivant, les zones les plus désertiques de notre planète. La vie y dépend en grande partie des ressources marines. Ainsi, par exemple, on trouve une chaîne alimentaire dont le sommet est occupé par l'ours polaire dans l'écosystème marin de la banquise arctique.

Du point de vue de la biodiversité, une différence essentielle entre les deux régions polaires est que les continents s'avancent jusqu'à de très hautes latitudes en Arctique alors que le continent Antarctique est isolé à la fois par l'immense océan Austral et par l'efficace barrière que constitue le fort courant marin circumpolaire antarctique qui l'encercle.

La vision que l'on a des animaux polaires est souvent faussée. Ainsi, les manchots sont souvent considérés comme des oiseaux primitifs à cause de leur incapacité à voler. C'est en fait tout le contraire puisqu'ils correspondent à un stade très avancé de l'évolution, leurs ancêtres étant des oiseaux volants probablement proches des pétrels plongeurs actuels. Avec leur morphologie très hydrodynamique, leurs ailerons – qui leur permettent de se propulser dans l'eau à la vitesse de plusieurs mètres par seconde – et leurs aptitudes physiologiques à la plongée, ils sont remarquablement adaptés à la vie marine. Qui plus est, contrairement à une vision également faussée, les manchots ne sont pas uniquement inféodés à la glace antarctique : on les rencontre également le long des côtes d'Afrique du Sud et d'Amérique du Sud, et même jusqu'à l'équateur avec le manchot des îles Galápagos.

L'ours blanc est un animal remarquablement adapté au milieu de la glace de mer arctique. La spécialisation des animaux polaires en fonction des contraintes extrêmes des milieux constitue une menace pour eux eu égard à u [...]

Ours blanc

Ours blanc

Photographie

Caractéristiques des régions arctiques, les ours blancs (Ursus maritimus), encore appelés « ours polaires », sont les plus grands carnivores terrestres. Ils sont bien adaptés à leur milieu : leur épaisse couche de graisse et leur fourrure les protège du froid et la couleur blanche de leur... 

Crédits : Outdoorsman/ Shutterstock

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages



Médias de l’article

Antarctique

Antarctique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Gélifraction

Gélifraction
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Façonnement d'un lit glaciaire

Façonnement d'un lit glaciaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Comparaison entre l'extension des glaces aujourd'hui et à l'époque de la dernière glaciation

Comparaison entre l'extension des glaces aujourd'hui et à l'époque de la dernière glaciation
Crédits : Living Earth

photographie

Afficher les 5 médias de l'article





Écrit par :

  • : professeur des Universités, professeur émérite à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
  • : professeur à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot
  • : directeur de recherche au C.N.R.S., membre de l'Institut

Classification


Autres références

«  POLAIRES MILIEUX  » est également traité dans :

ATMOSPHÈRE - La couche atmosphérique terrestre

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 814 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La circulation atmosphérique globale »  : […] L’atmosphère terrestre subit en permanence, de la part de son environnement, un certain nombre de contraintes qui la forcent à se transformer, à se restructurer et à se déplacer. Les principaux acteurs de cette agitation sont le réchauffement solaire qui affecte différemment les régions équatoriales et les régions polaires, la force de gravité terrestre, la poussée d’Archimède et la force de Corio […] Lire la suite

CLIMATS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 584 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le climat polaire »  : […] Le climat polaire est dû à l’absence d’ensoleillement pendant l’hiver (aux pôles, la nuit dure six mois) et à un faible ensoleillement pendant l’été (soleil bas sur l’horizon). Les températures arctiques sont de – 10 à – 20  0 C l’hiver et proches de 0  0 C l’été. En Antarctique, elles sont plus basses : en hiver, elles vont de – 20 à – 65  0 C et, en été, de 0 à – 20  0 C selon la région (côtes […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger COQUE, François DURAND-DASTÈS, Yvon LE MAHO, « POLAIRES MILIEUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieux-polaires/