MANGAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rêves et cauchemars d'enfants

Malgré la concurrence récente des nouvelles technologies (Internet, téléphones mobiles) et des loisirs qu'elles permettent, la bande dessinée demeure l'un des divertissements favoris des Japonais, et ce dès le plus jeune âge. Plusieurs magazines de mangas visent les enfants dès six ans, mais peu de séries destinées à cette classe d'âge ont été traduites en français. Deux d'entre elles semblent néanmoins délimiter le genre : Doraemon (2006, éd. or. 1970) et L'École emportée (2005, éd. or. Hyoryu Kyoshitsu, 1972)

La première, qui compte 45 volumes dans son édition reliée, est l'œuvre de Fujiko F. Fujio, un pseudonyme qui masque l'identité de Hiroshi Fujimoto et Motoo Abiko, tous deux formés auprès de Tezuka. Doraemon est focalisé sur un écolier laid et peu doué pour les études, Nobita, auquel ses descendants décident de porter secours par l'intermédiaire d'une machine à remonter le temps. Pour améliorer ses perspectives d'avenir, ils placent auprès de lui un robot à l'apparence de gros chat : Doraemon. Celui-ci est doté d'un solide bon sens et d'une poche ventrale de laquelle il tire des objets aussi merveilleux qu'improbables – un carnet qui réalise les projets qu'on y consigne, par exemple –, desquels l'indécrottable Nobita fait systématiquement un usage calamiteux... On voit bien quel est le credo de Doraemon : le personnage est le compagnon idéal que tout enfant souhaiterait avoir près de lui, pour l'aider à se défendre et à réaliser ses désirs d'un futur radieux.

À l'autre bout du spectre, on trouve les mangas dessinés par Kazuo Umezu, qui s'est fait une spécialité des récits d'horreur destinés aux écoliers. Si les auteurs de Doraemon explorent les rêves secrets de leurs jeunes lecteurs, Umezu, quant à lui, donne forme à leurs pires cauchemars. Dans L'École emportée, un établissement scolaire et ses occupants sont brutalement transpo [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Astro Boy, Osamu Tezuka

Astro Boy, Osamu Tezuka
Crédits : Nippon Television Network (NTV), Tezuka Productions/ Aurimages

photographie

Une vie dans les marges, de Tatsumi Yoshihiro

Une vie dans les marges, de Tatsumi Yoshihiro
Crédits : 2010 Yoshihiro Tatsumi / Cornélius

photographie

L’Homme qui marche, Taniguchi Jirō

L’Homme qui marche, Taniguchi Jirō
Crédits : L'Homme qui marche, Jirô Taniguchi 1992-2015/ BCF-Tokyo

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MANGAS  » est également traité dans :

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 293 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques »  : […] La diffusion en Occident de dessins animés télévisés japonais avait été un signe avant-coureur : à la fin des années 1980 l'Europe et les États-Unis découvrent les bandes dessinées japonaises, ou mangas (le mot, qui aurait été forgé par le peintre Hokusai en 1814 avec le sens d'« images dérisoires », désigne aujourd'hui également les films d'animation). La bande dessinée japonaise est un monde tr […] Lire la suite

FANTASY

  • Écrit par 
  • Anne BESSON
  •  • 2 824 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Richesse visuelle »  : […] Dès les origines du genre, romans illustrés ( Alice au pays des merveilles ) et auteurs-artistes (William Morris, proche des peintres préraphaélites et fondateur du mouvement Arts and Crafts) rappellent le lien qui existe, dans la fantasy, entre imaginaire et image. John Howe et Alan Lee, les grands illustrateurs de Tolkien, après les frères Greg et Tim Hildebrandt dans les années 1970, ont joué […] Lire la suite

SCIENCE-FICTION

  • Écrit par 
  • Roger BOZZETTO, 
  • Jacques GOIMARD
  •  • 8 006 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les mangas »  : […] Les mangas, qui se sont développés de manière prolifique, dans les années 1960, autour de héros positifs dans des univers imaginaires, à l'instar du robot Astro Boy du fondamental Osamu Tezuka (1928-1989), s'orientent rapidement vers des récits plus violents, qui alternent entre constats inquiets et désabusés et fuite dans des univers alternatifs ou des aventures spatiales. Le thème de la hantis […] Lire la suite

SHUDŌ TAKESHI (1949-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 242 mots

Fils d'employé japonais du gouverneur de la préfecture, Shudō Takeshi, né en 1949 à Fukuoka, crée dans les années 1980 le manga aux personnages empreints d'innocence de Fairy Princess Minky Momo (intitulé Gigi dans l'édition française) et le scénario de GoShōgun ( Fulgutor dans l'édition française), une série de mechas (mangas de science-fiction mettant en scène des personnages pilotant de gra […] Lire la suite

SUPER-HÉROS, bande dessinée

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LAINÉ
  •  • 4 880 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les super-héros en dehors des États-Unis »  : […] Développés parallèlement aux comic books , typiques des États-Unis, les super-héros seraient-ils un phénomène national purement américain ? Des copies étrangères, simples décalques souvent, parodies mordantes parfois, se retrouvent partout dans le monde. Ainsi Le Rayon U , d'Edgar-Pierre Jacobs, remplace Flash Gordon , interdit sous l'Occupation. Ozamu Tezuka, grand maître des mangas japonais et […] Lire la suite

TATSUMI YOSHIHIRO (1935-2015)

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 763 mots
  •  • 1 média

Deux histoires d’îles sont liées à la fondation de la bande dessinée japonaise moderne : en 1947, Tezuka Osamu (1926-1989) publie La Nouvelle Île au trésor , un récit inspiré du roman de Stevenson, dans lequel il fixe des codes graphiques qui persistent encore ; en 1952, Tatsumi Yoshihiro, jeune admirateur de Tezuka (il est né à Osaka le 10 juin 1935, et a rencontré son modèle à quatorze ans), cr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Julien BASTIDE, « MANGAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mangas/