MANGAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Une vie dans les marges, de Tatsumi Yoshihiro

Une vie dans les marges, de Tatsumi Yoshihiro
Crédits : 2010 Yoshihiro Tatsumi / Cornélius

photographie

L’Homme qui marche, Taniguchi Jirō

L’Homme qui marche, Taniguchi Jirō
Crédits : L'Homme qui marche, Jirô Taniguchi 1992-2015/ BCF-Tokyo

photographie


Composé de deux idéogrammes polysémiques, le terme manga pourrait se traduire par « dessin au trait libre » ou « esquisse au gré de la fantaisie ». Au Japon, il désigne aujourd'hui une bande dessinée, quelle que soit son origine géographique. Or, en moins de quinze ans, la bande dessinée japonaise a conquis, sous le nom de mangas, de nombreux lecteurs francophones, remettant en cause la suprématie historique de la bande dessinée franco-belge. Elle se caractérise par une production pléthorique, fondée sur le principe du feuilleton et ciblée en fonction de l'âge et du sexe du lecteur, suscitant des récits qui jouent sur les attentes du public, entre identification et fantasme.

Les débuts du « Cri qui tue »

La paternité du terme manga dans le champ artistique revient au célèbre peintre Katsushika Hokusai, qui l'utilisa au début du xixe siècle pour désigner ses recueils de croquis et de caricatures. Mais selon le critique Natsume Fusanosuke, le mot était surtout employé auparavant pour décrire la façon dont les pélicans attrapaient dans leurs becs leurs proies, et c'est par analogie que Hokusai aurait emprunté ce terme pour désigner ses dessins piochés sur le vif.

Lorsqu'en 1978 Motoichi « Athos » Takemoto, jeune Japonais installé en Suisse, publie le premier numéro de la revue Le Cri qui tue, il ne se doute pas qu'il est le précurseur d'un mouvement destiné à bouleverser le marché de la bande dessinée européenne. Si l'on excepte la publication de quelques histoires de Hiroshi Hirata dans la revue d'arts martiaux Budo, à partir de 1969, c'est en effet dans ce périodique que furent présentées pour la première fois, de manière volontariste, au public francophone, des bandes dessinées japonaises traduites en français – mais faute de succès, la publication du Cri qui tue est interrompue en 1981, après six numéros. Il faut attendre le début de la décennie suivante pour que la bande dessinée japonaise connaisse ses premiers best-sellers en Europe francophone, sous l'impulsion notamment de l'éditeur français Jacques Glénat, fort de l'énorme succès de la série Dragon Ball d'Akira Toriyama, publiée [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MANGAS  » est également traité dans :

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 303 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques »  : […] La diffusion en Occident de dessins animés télévisés japonais avait été un signe avant-coureur : à la fin des années 1980 l'Europe et les États-Unis découvrent les bandes dessinées japonaises, ou mangas (le mot, qui aurait été forgé par le peintre Hokusai en 1814 avec le sens d'« images dérisoires », désigne aujourd'hui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bande-dessinee/#i_98358

FANTASY

  • Écrit par 
  • Anne BESSON
  •  • 2 825 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Richesse visuelle »  : […] De son côté, l'importante production japonaise de mangas a exploité son propre matériel légendaire, très riche, et l'école franco-belge a fait valoir ses qualités. La fantasy y apparaît sans se différencier initialement de la bande dessinée d'aventures (Thorgal de Jean Van Hamme et Grzegorz Rosinski, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fantasy/#i_98358

SCIENCE-FICTION

  • Écrit par 
  • Roger BOZZETTO, 
  • Jacques GOIMARD
  •  • 8 008 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les mangas »  : […] Les mangas, qui se sont développés de manière prolifique, dans les années 1960, autour de héros positifs dans des univers imaginaires, à l'instar du robot Astro Boy du fondamental Osamu Tezuka (1928-1989), s'orientent rapidement vers des récits plus violents, qui alternent entre constats inquiets et désabusés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/science-fiction/#i_98358

SHUDŌ TAKESHI (1949-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 242 mots

Fils d'employé japonais du gouverneur de la préfecture, Shudō Takeshi, né en 1949 à Fukuoka, crée dans les années 1980 le manga aux personnages empreints d'innocence de Fairy Princess Minky Momo (intitulé Gigi dans l'édition française) et le scénario de GoShōgun (Fulgutor dans l'édition française), une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shudo/#i_98358

SUPER-HÉROS, bande dessinée

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LAINÉ
  •  • 4 880 mots

Dans le chapitre « Les super-héros en dehors des États-Unis »  : […] Ozamu Tezuka, grand maître des mangas japonais et père de séries telles qu'Astro Boy, n'a jamais caché l'influence qu'il a reçu des comics et de Disney. En octobre 1972, le dessin animé Science Ninja Team Gatchaman, connu en France sous le titre La Bataille des planètes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/super-heros-bande-dessinee/#i_98358

TATSUMI YOSHIHIRO (1935-2015)

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 763 mots
  •  • 1 média

Il veut ainsi différencier ses œuvres des autres bandes dessinées, appelées en japonais manga (soit, étymologiquement, « images dérisoires »), et éviter qu’elles se retrouvent mêlées – ce qui choquait certains parents – à des publications pour enfants dans les librairies de prêt et les bibliothèques ambulantes, les seuls lieux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tatsumi/#i_98358

Voir aussi

Pour citer l’article

Julien BASTIDE, « MANGAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mangas/