AVENIR L'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quotidien parisien qui parut du 16 octobre 1830 au 15 novembre 1831. Après son départ du Drapeau blanc, Lamennais inspira le Mémorial catholique (janvier 1824-été de 1830) de l'abbé Gerbet et le premier Correspondant (1829-1831). La révolution de 1830 offrait à Lamennais et à ses fidèles des chances nouvelles de se faire entendre : ils créèrent alors un quotidien dont la diffusion n'atteignit jamais les deux mille cinq cents exemplaires et dont la trésorerie fut toujours très incertaine. Les abbés Gerbet, Lacordaire et Rohrbacher, Charles de Coux, Montalembert, le baron d'Eckstein s'associèrent à l'entreprise ; le journal prit pour nom L'Avenir et pour devise « Dieu et liberté ». Ce fut une feuille très originale dont les prises de position et le programme soulevèrent de tous côtés les plus vives critiques. Lamennais et ses amis réclamaient la liberté de conscience avec, comme corollaire, la séparation de l'Église et de l'État et la dénonciation du Concordat, la liberté complète de l'enseignement et donc la suppression du monopole universitaire, la liberté de la presse, la liberté d'association et l'extension du droit de vote. En politique extérieure, L'Avenir soutint la cause polonaise, la cause belge et la cause irlandaise. L'Avenir polémiquait aussi avec L'Ami de la religion, organe des gallicans.

Les autorités supportaient mal ce journal qui trouvait des partisans enthousiastes dans le jeune clergé, et de nombreux évêques en interdirent la lecture à leurs ouailles. Devenu l'organe de la fameuse Agence générale pour la défense de la liberté religieuse, L'Avenir et ses inspirateurs furent poursuivis. Une première fois, le 31 janvier 1831, Montalembert et Lamennais furent acquittés ; la seconde fois, en septembre, pour l'affaire de la création de l'école libre de la rue des Beaux-Arts : jugés par la Chambre des pairs, Montalembert, Lacordaire et de Coux ne furent condamnés qu'à une amende symbolique.

L'hostilité croissante de la hiérarchie catholique conduisit Lamennais à suspendre, le 15 novembre 1831, la publication de L'Avenir et à en appeler au pape. On sait que, par l'encyclique Mirari vos, le 15 août 1832, Grégoire XVI devait sévèrement condamner les doctrines de L'Avenir, qui ne reparut pas. Cependant, Emmanuel Bailly devait créer à sa suite La Tribune catholique, dont l'héritage fut assuré en 1833 par L'Univers religieux de l'abbé Migne : ainsi, L'Avenir se trouve à l'origine de la lignée des quotidiens parisiens catholiques dont La Croix est aujourd'hui le dernier maillon.

Lamennais, une nouvelle fois condamné par le Vatican pour ses Paroles d'un croyant en 1834, reprit de nouveau la plume du journaliste dans son Peuple constituant, paru du 27 février au 11 juillet 1848, où il défendit la démocratie ouvrière. Son journal disparut, faute de pouvoir payer le cautionnement rétabli, et Lamennais y cria une nouvelle fois sa rage d'être condamné au silence : « Il faut aujourd'hui de l'or, beaucoup d'or pour avoir le droit de parler : nous ne sommes pas assez riches. Silence aux pauvres ! »

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université Panthéon-Assas

Classification

Autres références

«  AVENIR L'  » est également traité dans :

LAMENNAIS FÉLICITÉ DE (1782-1854)

  • Écrit par 
  • Louis LE GUILLOU
  •  • 1 706 mots

Dans le chapitre « La crise et la condamnation »  : […] Sensible déjà lors de sa collaboration aux journaux ultras, Le Conservateur , Le Défenseur , Le Drapeau blanc , lors de la publication de ses ouvrages De la religion considérée dans ses rapports avec l'ordre politique et civil (1826), et Des progrès de la révolution et de la guerre contre l'Église (1829), l'engagement de Lamennais dans l'actualité politique de son temps fait de lui un polémiste v […] Lire la suite

MIRARI VOS ENCYCLIQUE (1832)

  • Écrit par 
  • Roger AUBERT
  •  • 614 mots

Promulguée par le pape Grégoire XVI, l'encyclique Mirari vos fut publiée le 15 août 1832. Le Saint-Siège ayant été de divers côtés, y compris par Lamennais lui-même, saisi au sujet des doctrines de L'Avenir , l'examen en fut confié à la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires. Les consulteurs furent unanimes à estimer que le pape ne pouvait garder le silence sous peine de paraît […] Lire la suite

Les derniers événements

13-25 octobre 2022 Canada. Refus de prêter allégeance au roi de la part des élus du Parti québécois et de Québec solidaire.

Ni la coalition Avenir Québec ni le Parti libéral du Québec ne donneront suite à cette proposition. Le 18 débute la séance d’assermentation des députés à l’Assemblée nationale. Le 19, une entente temporaire avec le secrétariat général de l’Assemblée nationale permet aux élus du PQ et de QS d’être assermentés sans avoir prêté allégeance à la couronne britannique. […] Lire la suite

3 octobre 2022 Canada. Élections législatives au Québec.

La coalition Avenir Québec (centre droit) du Premier ministre François Legault progresse lors des élections législatives de la province du Québec, avec 41 % des suffrages et 90 sièges sur 125. Le Parti libéral du Québec (centre) de Dominique Anglade est en fort recul avec 14,4 % des voix et 21 élus. Québec solidaire (gauche radicale) de Gabriel Nadeau-Dubois se maintient avec 15,4 % des suffrages et 11 députés. […] Lire la suite

1er-31 mai 2022 Ukraine – Russie. Évacuation des derniers combattants de Marioupol.

Le 9 également, le président français Emmanuel Macron, lors de la clôture de la Conférence sur l’avenir de l’Europe au Parlement de Strasbourg comme lors de sa rencontre avec le chancelier allemand Olaf Scholz à Berlin, prend ses distances avec l’idée émise par certains à Washington d’affaiblir la Russie à l’occasion du conflit ukrainien. Il continue de plaider pour « une paix négociée » avec Moscou, aux conditions définies par Kiev, et déclare : « Notre positionnement est d’être aux côtés de la souveraineté et de l’intégrité territoriale ukrainienne. […] Lire la suite

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Le 7 également, dans un entretien diffusé par la chaîne américaine ABC, Volodymyr Zelensky se dit prêt à renoncer à la revendication d’adhésion de son pays à l’OTAN et disposé à envisager des « compromis » sur l’avenir des territoires séparatistes du Donbass. Le 7 toujours, lors de sa conférence de presse annuelle, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi affirme que l’amitié entre la Chine et la Russie est « éternelle », dénonce la « mentalité de guerre froide » des États-Unis et accuse l’Occident de refuser de prendre en compte les « intérêts légitimes de sécurité » de la Russie. […] Lire la suite

30 décembre 2021 Iran. Annonce du lancement d'une fusée après la reprise des négociations sur le nucléaire.

Téhéran annonce le tir d’une fusée transportant trois appareils de recherche spatiale, présenté comme « un lancement préliminaire » avant « des lancements opérationnels dans un proche avenir ». Les Occidentaux soupçonnent Téhéran de chercher à développer des lanceurs balistiques à partir de la technologie des lanceurs de satellites. Ce n’est pas le premier lancement de satellites par l’Iran, mais celui-ci intervient alors que les négociations sur l’accord de Vienne de juillet 2015 relatif au programme nucléaire iranien, qui bannit la technologie des lanceurs balistiques, ont repris en novembre, après cinq mois d’interruption. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre ALBERT, « AVENIR L' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-avenir/