PIRANDELLO LUIGI (1867-1936)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le pirandellisme : un faux problème ?

Le terme de pirandellisme éveille une constellation d'idées plutôt vagues, que l'on peut résumer en quelques mots : humour, logique déréglée, manie gratuite de raisonner, thèmes particuliers, dont les principaux sont : la comédie sociale, le théâtre, la force de l'inconscient et la folie, l'absurde. Cette accumulation mêle ce qui est justifié et ce qui ne l'est pas. C'est Pirandello lui-même qui a fait la théorie de ce qu'il a appelé l'humorisme, défini comme le « sentiment du contraire », comme la reconnaissance, à la fois comique et douloureuse, de ce qui devrait être là où l'on rencontre, justement, le contraire (une vieille femme outrageusement fardée alors qu'elle devrait être dignement effacée, par exemple) : l'humorisme n'est pas dans l'objet, mais dans le sujet. De là naît l'importance des personnages de « raisonneurs », commentateurs, meneurs de jeu, metteurs en scène au sens propre et au sens figuré, qui sont la conscience de l'œuvre, comme celle de l'auteur au travail dans le micro-univers qu'il est en train de créer. La passion du raisonnement n'est que le revers de la folie qui guette la conscience si elle se penche sur elle-même et découvre qu'elle n'est que le centre creux où se croisent les projets des autres.

Au cours des années vingt, un critique de formation philosophique, Adriano Tilgher, interpréta les œuvres de Pirandello comme l'illustration du conflit entre la Vie, fluide et spontanée, et la Forme, rigide, conventionnelle, statique. Le dramaturge, inconsciemment flatté de ce passeport philosophique, donna raison au critique dans des pièces médiocres comme Diane et Tuda, qui d'ailleurs furent vertement attaquées par le même critique. En fait, Pirandello n'est pas un philosophe, et quarante pièces de théâtre ne forment pas un système. Le pirandellisme est constitué de tous les défauts que les critiques les plus opposés lui ont assignés, et des qualités corrélatives. Ainsi, le raisonnement à vide (dont on vient de voir la fonction [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Pirandello

Pirandello
Crédits : Henry Guttmann/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Giovanni Verga

Giovanni Verga
Crédits : Biblioteca Ambrosiana/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Les Géants de la montagne, mise en scène de Stéphane Braunschweig

Les Géants de la montagne, mise en scène de Stéphane Braunschweig
Crédits : Elizabeth Carecchio

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PIRANDELLO LUIGI (1867-1936)  » est également traité dans :

LE BONNET DE FOU et SIX PERSONNAGES EN QUÊTE D'AUTEUR (L. Pirandello)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 300 mots

Deux pièces de Luigi Pirandello ont été représentées simultanément en octobre 1997, à Paris (Théâtre de l'Atelier) et à Villeurbanne (T.N.P.) Si Le Bonnet de fou (mise en scène de Laurent Terzieff) est fort peu connu, il n'en va pas de même pour Six Personnages en quête d'auteur (mise en scène de Jorge Lavelli […] Lire la suite

LES GÉANTS DE LA MONTAGNE(mise en scène S. Braunschweig)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 071 mots
  •  • 1 média

« Les Géants de la montagne sont le triomphe de l’Imagination ! Le triomphe de la Poésie, mais en même temps la tragédie de la Poésie dans la brutalité de notre monde moderne. » C’est en ces termes que Pirandello présentait son drame dans une lettre adressée à la comédienne Marta Abba. Ce devait être son grand œuvre, « une véritable fête […] Lire la suite

SIX PERSONNAGES EN QUÊTE D'AUTEUR, Luigi Pirandello - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 140 mots
  •  • 1 média

C'est par un récit ambigu que Luigi Pirandello (1867-1936) explique dans sa Préface la genèse de Six Personnages en quête d'auteur (Sei Personaggi in cerca d'autore, 1921). Fiction prolongeant le vertigineux jeu de miroirs sur lequel se construit l'œuvre, ou description intime d'un processus de création hallucinatoire, toujours est-il que l'auteur affirme av […] Lire la suite

DRAME - Drame moderne

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 6 053 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Deuxième paradoxe : le personnage divisé »  : […] Des pièces de Pirandello, ce sont plutôt les personnages que l'auteur qui font figure de rénovateurs – évidemment « improvisés » – du théâtre de l'entre-deux-guerres. Dans Ce soir on improvise aussi bien que dans Six Personnages en quête d'auteur , on a l'impression que Pirandello est complètement solidaire du « chef de troupe » – ou du « directeur » – et des acteurs pour préserver, contre vents […] Lire la suite

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 123 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Les écrivains siciliens »  : […] Les écrivains siciliens de l'après-guerre : Vitaliano Brancati (1907-1954), Elio Vittorini (1908-1966), Stefano D'Arrigo (1923-1992), Giuseppe Bonaviri (1924-2009) et Vincenzo Consolo sont partagés entre deux sentiments, l'ennui et l'offense ; et entre deux façons de donner à voir leur microcosme exemplaire, l'ironie et le réalisme lyrique. Avec Don Juan en Sicile (1942) Brancati n'a pas seulemen […] Lire la suite

STREHLER GIORGIO (1921-1997)

  • Écrit par 
  • Myriam TANANT
  •  • 1 887 mots

Dans le chapitre « Sous le signe de Brecht »  : […] Au milieu des années 1950, le travail de Strehler prend un tournant décisif. Avec la trilogie de La Villégiature de Goldoni (1954), La Cerisaie de Tchekhov (1955), El nost Milan de Bertolazzi (1955) et L'Opéra de quat' sous de Brecht (1956), qui ont valeur de manifeste, il entend promouvoir un théâtre réaliste et épique. « Ce que Brecht m'a enseigné, dira-t-il, c'est un théâtre humain riche, ent […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 310 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un moment d'hésitation dramaturgique »  : […] Le décor de La Maison brûlée (1907), deuxième « pièce de chambre » de Strindberg, porte trace d'un incendie antérieur à la représentation. À partir de cet événement inaugural s'invente une dramaturgie à rebours, qui renverse la dynamique de l'action tendue vers son dénouement que décrivait Goethe. Une telle dynamique régit encore Intérieur (1894) de Maeterlinck, qui s'ouvre pourtant par la mort […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard GENOT, « PIRANDELLO LUIGI - (1867-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/luigi-pirandello/