HUMOUR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le concept d'humour, dont le champ d'application s'est considérablement élargi depuis son utilisation dans la littérature anglaise des xviie et xviiie siècles, n'a pas pour autant subi de multiples variations sémantiques ni cessé de se rattacher implicitement à son étymologie latine : humor (moisture). Il s'agit, en effet, plutôt d'une évolution concernant l'extension du domaine de définition du concept que de véritables coupures de sens intervenant dans des contextes différents.

L'« humeur », dans la physiologie médiévale, assimilée à des fluides tels que le sang, la lymphe ou la bile qui déterminaient des types de tempérament selon leur équilibre, s'est traduite, dans la littérature de la Renaissance anglaise, sous la forme d'excès dont il fallait corriger la part irrationnelle ou les méfaits immoraux (W. Temple, W. Congreve). L'humour désignait alors les conséquences d'une rupture de l'équilibre entre ces « humeurs » et constituait, aux xviie et xviiie siècles, un genre littéraire qui privilégiait le pittoresque, le grotesque, l'inattendu (L. Sterne, H. Fielding).

Distinct de l'intention de la satire et de la technique du mot d'esprit, il toucherait au comique dans une acception plus large, en renfermant à la fois les sentiments du sublime et du ridicule que lui offre cette peinture réaliste et forcée de la nature humaine à laquelle il s'attache. Ce n'est pas un hasard, d'ailleurs, si des états d'âme tels que l'humour et le spleen, d'apparence étrangers l'un à l'autre, donnent tous deux matière à des styles littéraires fort peu différenciés ; l'humour comme remède à la mélancolie apparaît dès le xvie siècle et cherche non seulement à caricaturer tel trait distinctif d'un personnage ou d'une situation, mais à masquer un rapport qu'il laisse volontairement en filigrane : celui de l'impuissance humaine face à un univers sinon hostile, du moins incompréhensible (Falstaff, Don Quichotte).

C'est au xixe siècle qu'on cherchera en Allemagne, et en particulier chez Jean Paul, l'élucidation de ce rapport dans lequel l'humour confronte les types humains particuliers avec leurs correspondants généraux universels. Il soulève ainsi la question de l'absurdité de l'entendement humain, pour lequel il n'est pas possible d'entrevoir une adéquation véritable entre les pensées et les actes, celle-ci se heurtant à une dérision infinie (die unendliche Ungereimtheit). L'humour s'allie à un mépris de l'univers qui cache l'« idée anéantissante » (unendliche Idee) d'une intelligence limitée et démasquée comme telle par la raison (Vernunft). Il pourrait assimiler ainsi à une sorte de « démence » (Wahnsinn) qui transformerait la mélancolie en plaisanterie par l'effet supérieur d'un « moi parodique » (parodischen Ich). Réunissant les exigences suivantes : un caractère psychologique original, la connaissance des limites humaines et un certain aspect du comique, l'humour se définit pour les romantiques de manière statique, comme une toile de fond dont les reliefs seraient inépuisables. Il en est tout autrement lorsqu'on veut bien le considérer comme un passage, une étape vers un stade ultérieur qui dépasserait la question de la problématique humaine face à une nature indéchiffrable.

C'est bien ainsi que l'entend Kierkegaard, pour qui le romantisme ne figure qu'une prise de conscience que l'humour doit amener à un niveau plus élevé : celui du religieux, où le sens ne réside plus dans la nature, mais dans la révélation. Dès lors, l'humour reste lié, après le désespoir de la relativité, à un non-engagement dans le monde, puisque le sens se trouve délibérément ailleurs ; il n'a donc rien à dire, rien à prouver et désigne plutôt un certain comportement qui se passerait de sens, témoignant par là de la résignation chrétienne. Il suppose donc, plus qu'une révolte ou une quête de l'extériorité, une conversion interne qui réintroduit la relativité des choses dans une éthique religieuse. Ainsi, dépassant les romantiques, pour lesquels l'humour incarnait la position humaine malheureuse, Kierkegaard lui rend toute la dynamique d'une transition dans la mesure où, le sens n'étant nulle part, il est toujours possible de l'insérer n'importe où, jusque dans ces réalités mêmes, niées p [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HUMOUR  » est également traité dans :

ALLAIS ALPHONSE (1855-1905)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 321 mots

Ce fils d'un pharmacien de Honfleur vient à Paris tenter sa chance. Il étudie avec Charles Cros la photographie en couleurs avant de se lancer dans le journalisme. Ses premiers récits sont publiés dans le Gil Blas et Le Journal , puis ils sont recueillis en volumes, dont les plus fameux sont À se tordre (1891), Vive la vie (1892), Amours, délices et orgues (1898). Il se fait une spécialité de […] Lire la suite

L'ANGUILLE, film de Shōhei Imamura

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 938 mots

Dans le chapitre « L'art de conjuguer le grave et le léger »  : […] Quand Yamashita revient de sa partie de pêche pour surprendre son épouse en galante compagnie, le néon qui éclaire la route soudain passe au rouge sang. Dès le début de son film, Imamura abat une carte symbolique, qu'il rejouera plusieurs fois, du flot rouge inondant le meurtrier à la mantille de la Carmen dansée par Keiko et par sa mère. L'histoire trouvera sa résolution lorsque, blessé dans la […] Lire la suite

AVRON PHILIPPE (1928-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 320 mots

Comédien français. Philippe Avron naît en 1928 au Croisic. Au début des années 1960, il entre dans la troupe de Jean Vilar et interprète notamment Les Rustres de Goldoni, L'Alcade de Zalamea , de Calderón, L'Avare . C'est également durant cette période qu'il commence à écrire des sketches avec Claude Evrard – rencontré à l'école de Jacques Lecoq – que tous deux interprètent dans des cabarets de l […] Lire la suite

BECKETT SAMUEL

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 4 806 mots
  •  • 2 médias

Pour Samuel Beckett plus que pour tout autre écrivain moderne – sauf peut-être Kafka –, la création littéraire aura signifié exil, isolement, résistance. Né en 1906 dans une famille protestante de la banlieue de Dublin, l'écrivain multipliera, toute son existence, fugues, évasions et autres évitements. D'abord, au Trinity College de Dublin, en étudiant les langues romanes, italien et français ; p […] Lire la suite

BEDOS GUY (1934-2020)

  • Écrit par 
  • Véronique MORTAIGNE
  •  • 948 mots
  •  • 1 média

Le rire de Guy Bedos, aussi caustique que complice, emportait l’adhésion d’un public acquis. Aigre-doux et empathique, cet humoriste et comédien a inventé un style nouveau dans l’univers du one-man-show : la revue de presse. C’était un dévoreur de journaux en même temps qu’un citoyen toujours prêt à signer des pétitions contre l’obscurantisme ou la « connerie », aux côtés de ses camarades de lutt […] Lire la suite

BOYD WILLIAM (1952- )

  • Écrit par 
  • François GALLIX
  •  • 941 mots
  •  • 1 média

De nationalité britannique, grand amoureux de la  France, où il habite (Dordogne), William Boyd est né à Accra, capitale du Ghana, le 7 mars 1952. À neuf ans, ses parents l'envoient dans le nord de l'Écosse dans une prep school , puis, à treize ans, dans une p ublic school . Il poursuit ses études à l’université de Nice, à Glasgow et à Oxford. De 1980 à 1983, il enseigne à Oxford et publie Un Ang […] Lire la suite

CHARLIE HEBDO

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION
  •  • 1 003 mots
  •  • 4 médias

Le journal Charlie Hebdo est né de l’interdiction de la publication de Hara-Kiri Hebdo en 1970. À la suite des événements de Mai-68, le monde du dessin de presse subit un changement radical. Le dessin d'humour était jusqu’à lors dominé par des publications familiales, à l'esprit conservateur, auquel, malgré leur talent, les dessinateurs devaient se conformer. Après Mai-68, cet humour va être ba […] Lire la suite

CHOLEM-ALEIKHEM ou SHOLEM ALEICHEM (1859-1916)

  • Écrit par 
  • Isaac POUGATCH
  •  • 1 124 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Son humour »  : […] Ces deux héros (dont le second est considéré par Romain Rolland comme le digne compère de son Colas Breugnon) émergent d'une vaste galerie de « petites gens à la petite mentalité » qui font rire sans cesse. On rit des situations absurdes dans lesquelles les met leur condition de parias. On rit aussi du langage spontané, pittoresque, souvent irrésistible que leur prête l'auteur dans ses « romans j […] Lire la suite

DEVOS RAYMOND (1922-2006)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 928 mots

Raymond Devos était l'alchimiste du verbe, le magicien des mots, tout à la fois comédien, jongleur, rêveur, funambule, clown poète, maître en calembours, « amuseur » comme il se présentait lui-même. Se jouant des coq-à-l'âne et des paradoxes, il tenait les spectateurs en haleine au fil de monologues imaginaires pour les ramener dans le réel, au terme d'une lutte où on le voyait se battre seul avec […] Lire la suite

DICKENS CHARLES (1812-1870)

  • Écrit par 
  • Sylvère MONOD
  •  • 3 463 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'exubérance juvénile »  : […] Au début de l'année 1836, il publiait son premier livre, deux volumes de contes et autres petites pièces, dont peu étaient inédites : les Esquisses de Boz ( Sketches by Boz , Boz étant provisoirement son pseudonyme). Quelques semaines plus tard, la veille du mariage de Dickens-Boz avec Catherine Hogarth, fille d'un journaliste distingué, commençait la parution des immortelles aventures de M. Pickw […] Lire la suite

Les derniers événements

27 juillet 2012 Royaume-Uni. Ouverture des jeux Olympiques d'été à Londres

La direction artistique de la cérémonie est confiée au réalisateur Danny Boyle, qui illustre avec humour les racines de l'identité britannique. Quelque cent vingt chefs d'État et de gouvernement assistent à la cérémonie; la reine Élisabeth II proclame l'ouverture des Jeux.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Claude LAMBOTTE, « HUMOUR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/humour/