MASSIGNON LOUIS (1883-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La source sémitique

On peut discuter sur le point de départ de l'itinéraire de Massignon. Jeune étudiant, destiné avec son ami Maspero à regarder vers la Chine, il se trouve en quelque manière fourvoyé en Islam arabe par la voie d'une certaine prédilection pour l'Afrique. Dans l'ordre néanmoins du commencement, qui n'est pas celui des débuts, il semble que le point de départ de sa courbe de vie se situe au bord de la source sémitique recueillie par l'orifice de l'arabe, « langue de révélation » ou simplement « langue liturgique de l'islam ».

Massignon s'oppose systématiquement à tout essai d'inspiration colonialiste en vue de faire prévaloir les dialectes sur l'arabe classique, expression et creuset de l'universalité de l'Islam, dans la diversité des langues qu'il adopte et sur lesquelles l'arabe pratique une sorte de greffe. Il n'en reconnaît pas moins la structure de l'arabe dans le témoignage oral.

Cela pose deux sortes de problèmes : celui de l'expression poétique différenciée de toute autre expression littéraire d'une part, et de l'expression mystique d'autre part ; celui de l'exégèse, voire de l'archéologie bibliques, puisque « la psychologie expérimentale de la prière et de la dévotion et la sociologie du travail en commun » doivent y jouer un rôle au moins aussi important que l'examen clinique des textes.

Massignon a dit ce qu'il pensait aux promoteurs de l'exégèse en cours, généralement des célibataires en chambre, dans un manifeste triparti célèbre de la revue Dieu vivant, où il se joignait à Paul Claudel et à Jean Daniélou. Il n'est pas certain, du reste, que ses deux colistiers d'alors aient saisi toute la portée du propos tenu par le troisième homme.

Dans le cadre de l'exégèse biblique, la vision arabe de Massignon posait également le problème du caractère religieux du Coran et, en conséquence, du rôle spécifique de Mahomet. Retirant le livre sacré de l'islam, selon sa propre revendication, au catalogue des œuvres « littéraires », il le fa [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MASSIGNON LOUIS (1883-1962)  » est également traité dans :

ÉCRITS MÉMORABLES (L. Massignon)

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 978 mots

Louis Massignon (1883-1962), savant et écrivain, chrétien et islamologue, enseignant et homme politique, est une figure célèbre et atypique de l'orientalisme français du xxe siècle.Son œuvre abondante, trop souvent réduite à sa thèse magistrale consacrée à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecrits-memorables/#i_35341

ḤALLĀDJ AL (858 env.-922)

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI
  •  • 1 983 mots

Attachante figure, à la vérité, que celle d'al-Ḥallādj, mystique musulman mort sur un gibet, à Bagdad, pour avoir chanté l'amour de Dieu en des termes que l'islam officiel jugea blasphématoires. Depuis que Massignon lui consacra, en 1922, son livre monumental, sa personne se profile, à la fois sublime et pathétique, derrière toutes les grandes études sur la mystique comparée. L'expérience fulgura […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-halladj/#i_35341

HERMÉTISME

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 4 997 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'hermétisme en Islam »  : […] L'Islam fit passer Hermès du rang de dieu à celui de prophète. Selon le Kitāb al-Ulūf d'Abū Ma‘shar, il y eut, en fait, trois Hermès : le premier, assimilé à Idris et Enoch, vivait en Égypte avant le déluge, édifia les pyramides et consigna par écrit ses enseignements afin de les préserver du déluge ; le deuxième, surnommé al-Bābilī, vécut à Babylone après le déluge, ainsi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermetisme/#i_35341

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le lyrisme persan »  : […] On a donné bien des définitions pour le lyrisme, depuis le recours à l'étymologie (« toute poésie accompagnée par la lyre ») jusqu'à la platitude de Paul Valéry (« le développement d'une exclamation »). Au vrai, c'est, avant tout, un cri ; les Iraniens disent : « un chant » ( ghenâ ). C'est l'expression intime, condensée, cadencée, d'une « strophe » dont le lien avec la musiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/#i_35341

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 010 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du fantasme à la quête »  : […] Les grands noms offrent moins de surprises. Dans son Itinéraire de Paris à Jérusalem (1811), Chateaubriand avoue qu'il est parti « chercher des images. Voilà tout ». Mais il rêve aussi d'une nouvelle croisade et se souvient du Tasse. Lamartine va vers l'Orient comme vers la « patrie de [son] imagination », mais tout en donnant des conseils pour une politique de protectorat, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orientalisme-art-et-litterature/#i_35341

SUNNISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Conformité à l'islam primitif »  : […] Louis Massignon, voulant caractériser le sunnisme, écrit : « Les sunnites [...] affirment la légitimité et l'orthodoxie des quatre premiers califes de l'Islam, Abou Bakr, Omar, Othman et Ali ; ils font coïncider leur ordre de succession avec leur rang de précellence morale : c'est le mythe de « l'âge d'or » du Califat des quatre « Rachidoun » (ou « bien dirigés »). » On voit que Massignon ne donn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sunnisme/#i_35341

Voir aussi

Pour citer l’article

Youakim MOUBARAC, « MASSIGNON LOUIS - (1883-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-massignon/