MASSIGNON LOUIS (1883-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Géopolitique spirituelle du monde contemporain

À cette vision « intérioriste » de l'histoire repérée aux points obscurs de son insertion dans la douleur correspond ainsi, dans l'œuvre de Massignon, l'ébauche d'une géopolitique spirituelle à laquelle il conviendrait de référer toutes ses prises de position politiques et son action comme Français, ami des Arabes et des musulmans, puis « ami de Gandhi ». Son affinité avec le Mahātmā remonte à 1921, date à laquelle il donnait, dans la Revue du monde musulman, une traduction d'un texte majeur sur l'idéal du Satyagrahi entendu comme une « revendication civique du vrai ». Mais c'est surtout après la Seconde Guerre mondiale et dans les combats de la décolonisation qu'on peut reconnaître une période gandhienne de Massignon, succédant à la période ḥallāgienne, puis abrahamique. Son adoption de l'idéal de la non-violence était d'autant plus profonde que son engagement dans les combats en question était plus total. Aussi y aurait-il à voir comment son loyalisme à l'égard de son pays d'origine, loin de trouver un démenti ou quelque compromission dans ce devenir universel, représente à ses yeux la plus grande fidélité non à son devenir personnel, mais au devenir de ce même pays. D'ailleurs, on verrait là que ce que Massignon considérait comme une « vocation musulmane de la France » et qu'il faisait remonter à Saint Louis, mais aussi à François Ier, n'est qu'un panneau du grand tableau d'ensemble où la fidélité socratique aux lois de la cité est illuminée par le bûcher de Jeanne d'Arc, messagère de la liberté pour tous les opprimés. C'est peut-être dans sa méditation de Jeanne d'Arc, mais aussi de Marie-Antoinette (comme de Charles de Foucauld en son temps) que l'on peut suivre au mieux le cheminement de cette conversion intérieure permanente de Massignon : depuis son entrée à Jérusalem en compagnie de Lawrence au terme de la Première Guerre mondiale et sa participation aux tractations franco-anglaises sur le Moyen-Orient qui l'ont accompagnée, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  MASSIGNON LOUIS (1883-1962)  » est également traité dans :

ÉCRITS MÉMORABLES (L. Massignon)

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 978 mots

Louis Massignon (1883-1962), savant et écrivain, chrétien et islamologue, enseignant et homme politique, est une figure célèbre et atypique de l'orientalisme français du xxe siècle.Son œuvre abondante, trop souvent réduite à sa thèse magistrale consacrée à […] Lire la suite

ḤALLĀDJ AL (858 env.-922)

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI
  •  • 1 983 mots

Attachante figure, à la vérité, que celle d'al-Ḥallādj, mystique musulman mort sur un gibet, à Bagdad, pour avoir chanté l'amour de Dieu en des termes que l'islam officiel jugea blasphématoires. Depuis que Massignon lui consacra, en 1922, son livre monumental, sa personne se profile, à la fois sublime et pathétique, derrière toutes les grandes études sur la mystique comparée. L'expérience fulgura […] Lire la suite

HERMÉTISME

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 4 997 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'hermétisme en Islam »  : […] L'Islam fit passer Hermès du rang de dieu à celui de prophète. Selon le Kitāb al-Ulūf d'Abū Ma‘shar, il y eut, en fait, trois Hermès : le premier, assimilé à Idris et Enoch, vivait en Égypte avant le déluge, édifia les pyramides et consigna par écrit ses enseignements afin de les préserver du déluge ; le deuxième, surnommé al-Bābilī, vécut à Babylone après le déluge, ainsi que le troisième, qui, […] Lire la suite

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le lyrisme persan »  : […] On a donné bien des définitions pour le lyrisme, depuis le recours à l'étymologie (« toute poésie accompagnée par la lyre ») jusqu'à la platitude de Paul Valéry (« le développement d'une exclamation »). Au vrai, c'est, avant tout, un cri ; les Iraniens disent : « un chant » ( ghenâ ). C'est l'expression intime, condensée, cadencée, d'une « strophe » dont le lien avec la musique est évident. La for […] Lire la suite

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 010 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du fantasme à la quête »  : […] Les grands noms offrent moins de surprises. Dans son Itinéraire de Paris à Jérusalem (1811), Chateaubriand avoue qu'il est parti « chercher des images. Voilà tout ». Mais il rêve aussi d'une nouvelle croisade et se souvient du Tasse. Lamartine va vers l'Orient comme vers la « patrie de [son] imagination », mais tout en donnant des conseils pour une politique de protectorat, « tutelle armée et ci […] Lire la suite

SUNNISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Conformité à l'islam primitif »  : […] Louis Massignon, voulant caractériser le sunnisme, écrit : « Les sunnites [...] affirment la légitimité et l'orthodoxie des quatre premiers califes de l'Islam, Abou Bakr, Omar, Othman et Ali ; ils font coïncider leur ordre de succession avec leur rang de précellence morale : c'est le mythe de « l'âge d'or » du Califat des quatre « Rachidoun » (ou « bien dirigés »). » On voit que Massignon ne donn […] Lire la suite

Pour citer l’article

Youakim MOUBARAC, « MASSIGNON LOUIS - (1883-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-massignon/