MASSIGNON LOUIS (1883-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Compréhension de l'histoire et science de la compassion

Remontant de Ḥallādj à Abraham dans la méditation du prophète mekkois, Massignon reconnaît non seulement des invariants dans la destinée de l'islam, mais une compréhension totale de l'histoire, fixée sur un certain nombre d'« archétypes » (au sens jungien) et vécue par une succession obscure de grands intercesseurs, victimes volontaires de transferts de la douleur et adeptes passionnés de la compassion à l'universel (reprenant l'idée de « substitution » de Huysmans). Dans une convocation apparemment hétérogène et souvent déroutante pour certains de ces témoins, puisqu'elle associe Marie et Fāṭima, Jeanne d'Arc et Marie-Antoinette, Massignon propose du cours de l'histoire un tracé intérieur qui, loin d'enlever tout intérêt politique à ce même cours communément analysé, lui reconnaît au contraire sa portée la plus haute. On voit alors s'y insérer les « grandes amitiés », et les événements contemporains rejoindre des personnages lointains devenus d'autant plus proches qu'ils étaient inconnus ou paraissaient mythiques. C'est le cas non seulement pour Abraham mais pour Gilgamesh, au témoignage de H. Mason, traducteur en anglais de La Passion d'al-Ḥallāj. C'est le cas en Islam pour un Salman Fārīsī, prenant, dans l'entourage du Prophète et dans la succession ininterrompue des témoins, au sein d'un Islam ouvert à l'étranger et promoteur de la justice sociale, une importance qui ne doit pas manquer encore de confondre l'historien habitué à mesurer événements et personnages comme le publicain son numéraire.

Il est bien certain en tout cas que cette vision intériorisante de l'histoire universelle, suivie à la trace dans les âmes « compatientes », explique la prédilection de Massignon à retourner périodiquement sur les lieux où l'histoire de la compassion à l'universel s'est incrustée dans la pierre ou les stigmates (Jérusalem, Qarāfa du Caire, Sept Dormants d'Éphèse et de Bretagne, Domrémy et le Temple, Dülmen et La Salette, bois sacré d'Isé, Mehrauli, etc.).


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  MASSIGNON LOUIS (1883-1962)  » est également traité dans :

ÉCRITS MÉMORABLES (L. Massignon)

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 978 mots

Louis Massignon (1883-1962), savant et écrivain, chrétien et islamologue, enseignant et homme politique, est une figure célèbre et atypique de l'orientalisme français du xxe siècle.Son œuvre abondante, trop souvent réduite à sa thèse magistrale consacrée à […] Lire la suite

ḤALLĀDJ AL (858 env.-922)

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI
  •  • 1 983 mots

Attachante figure, à la vérité, que celle d'al-Ḥallādj, mystique musulman mort sur un gibet, à Bagdad, pour avoir chanté l'amour de Dieu en des termes que l'islam officiel jugea blasphématoires. Depuis que Massignon lui consacra, en 1922, son livre monumental, sa personne se profile, à la fois sublime et pathétique, derrière toutes les grandes études sur la mystique comparée. L'expérience fulgura […] Lire la suite

HERMÉTISME

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 4 997 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'hermétisme en Islam »  : […] L'Islam fit passer Hermès du rang de dieu à celui de prophète. Selon le Kitāb al-Ulūf d'Abū Ma‘shar, il y eut, en fait, trois Hermès : le premier, assimilé à Idris et Enoch, vivait en Égypte avant le déluge, édifia les pyramides et consigna par écrit ses enseignements afin de les préserver du déluge ; le deuxième, surnommé al-Bābilī, vécut à Babylone après le déluge, ainsi que le troisième, qui, […] Lire la suite

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le lyrisme persan »  : […] On a donné bien des définitions pour le lyrisme, depuis le recours à l'étymologie (« toute poésie accompagnée par la lyre ») jusqu'à la platitude de Paul Valéry (« le développement d'une exclamation »). Au vrai, c'est, avant tout, un cri ; les Iraniens disent : « un chant » ( ghenâ ). C'est l'expression intime, condensée, cadencée, d'une « strophe » dont le lien avec la musique est évident. La for […] Lire la suite

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 010 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du fantasme à la quête »  : […] Les grands noms offrent moins de surprises. Dans son Itinéraire de Paris à Jérusalem (1811), Chateaubriand avoue qu'il est parti « chercher des images. Voilà tout ». Mais il rêve aussi d'une nouvelle croisade et se souvient du Tasse. Lamartine va vers l'Orient comme vers la « patrie de [son] imagination », mais tout en donnant des conseils pour une politique de protectorat, « tutelle armée et ci […] Lire la suite

SUNNISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Conformité à l'islam primitif »  : […] Louis Massignon, voulant caractériser le sunnisme, écrit : « Les sunnites [...] affirment la légitimité et l'orthodoxie des quatre premiers califes de l'Islam, Abou Bakr, Omar, Othman et Ali ; ils font coïncider leur ordre de succession avec leur rang de précellence morale : c'est le mythe de « l'âge d'or » du Califat des quatre « Rachidoun » (ou « bien dirigés »). » On voit que Massignon ne donn […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Youakim MOUBARAC, « MASSIGNON LOUIS - (1883-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-massignon/