Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ḤALLĀDJ AL (858 env.-922)

Attachante figure, à la vérité, que celle d'al-Ḥallādj, mystique musulman mort sur un gibet, à Bagdad, pour avoir chanté l'amour de Dieu en des termes que l'islam officiel jugea blasphématoires. Depuis que Massignon lui consacra, en 1922, son livre monumental, sa personne se profile, à la fois sublime et pathétique, derrière toutes les grandes études sur la mystique comparée. L'expérience fulgurante de ce « pèlerin de l'absolu », dont la rançon fut la mort sur la croix, est, incontestablement, un sommet, sinon le sommet de la mystique musulmane.

Le « cardeur »

Abū l-Mughīth al-Ḥusayn b. Manṣūr b. Maḥamā al-Bayḍāwi, surnommé al-Ḥallādj, « le cardeur » (des consciences), est né dans un petit village du sud de l'Iran ; il alla très tôt à Wāsiṭ, centre purement arabe, une des principales villes de l'Iraq. Très jeune il se sentit attiré vers une vie consacrée à Dieu seul. En 875, il vint à Bagdad où il fréquenta les milieux ṣūfis, vivant près de Amr al-Makkī, puis il suivit l'enseignement de Djunayd, un des représentants de l'école les plus en vue, posé, équilibré, savant, prudent et très conscient des périls d'hétérodoxie qui guettaient les âmes adonnées au ṣūfisme. En bon et pieux musulman, al-Ḥusayn ibn Manṣūr entreprit en 895 le pèlerinage de La Mecque où il demeura un an dans la solitude, menant une vie des plus austères.

De retour à Bagdad, il resta encore quelque temps avec les ṣūfis de la capitale. Mais bientôt il se sentit appelé dans une autre voie ; sa conception de la mystique, de l' union à Dieu, ses idées sur l'apostolat ne concordaient pas avec celles de ses maîtres. Certes, il affirmait, comme eux, qu'il fallait rester fidèle à la tradition, accomplir avec soin les prescriptions de la Loi ; mais il estimait que les rites de la religion devaient contribuer à la sanctification personnelle de celui qui les accomplissait. Celle-ci ne pouvait pas rester le lot d'un groupe privilégié, seul bénéficiaire de la prédiction ṣūfie ; il fallait s'adresser à tous les musulmans, aux endurcis comme aux autres. Ḥallādj se sent une âme d'apôtre conquérant ; il veut rappeler à ceux qui l'ont oublié ou qui ne le savent même pas l'imminence du Jugement de Dieu, la nécessité de la pénitence, l'obligation de s'offrir à Dieu par la prière, et plus encore de l'aimer, lui qui réserve à chaque homme les joies prééternelles du paradis.

Par son amour des âmes, al-Ḥusayn ibn Manṣūr acquiert une grande perspicacité ; il les pénètre, il les devine ; c'est pourquoi on l'appelle « le cardeur des consciences » (Ḥallādj al-asrār), le surnom qui lui restera.

Pendant cinq ans, il parcourt, infatigable, les deux provinces persanes du Khurāsān et du Fars. Devenu prédicateur errant, il rompt presque aussitôt avec les ṣūfis, quitte le froc blanc (ṣūf) pour le caftan à manches des soldats (ḳabā'), ou la muraḳḳa‘a rapiécée de l'ascète. Puis il commence à se lier avec « les gens du monde », c'est-à-dire avec les « laïcs », se tenant au courant des idées du jour, fréquentant les savants comme les ouvriers, pour partager les soucis et les tracas de leur vie. Il se fait tout à tous, adoptant le langage, voire le mode de pensée de ses interlocuteurs, au point que ses ennemis l'accusent de continuelles palinodies.

Il revient passer un an à Bagdad pour repartir en 905, par mer, pour l'Inde, remonte aux limites du Turkestan, jusqu'aux confins de la Chine, continuant à prêcher et à écrire. Il est le premier musulman qui ait cherché à convertir les hindous et les Turcs.

Au retour de son second voyage, de nombreux disciples lui écrivent et l'honorent de surnoms quelque peu étranges pour des personnes soucieuses d'orthodoxie : « celui qui secourt[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • MARTYRE DE AL-ḤALLĀDJ

    • Écrit par Jacqueline CHABBI
    • 186 mots

    Al-Ḥallādj, « le cardeur de laine », est le surnom de al-Ḥusayn ben Manṣūr, soufi musulman, supplicié à Bagdad, capitale du califat abbasside, en 922. Issu d'une famille persane de religion zoroastrienne convertie à l'islam, al-Ḥallādj est formé à la mystique auprès...

  • MAKKĪ ‘AMR BEN ‘UTHMĀN AL- (mort en 909)

    • Écrit par Roger ARNALDEZ
    • 318 mots

    Un des maîtres spirituels de l'Orient musulman au ixe siècle. ‘Amr al-Makkī est disciple de Djunayd. Al-Ḥallādj a vécu près de lui à Bagdad environ dix-huit mois et reçut de lui, dit-on, l'habit des ṣūfī. Mais des dissentiments s'élèvent entre les deux hommes, sans doute pour des raisons personnelles...

  • MASSIGNON LOUIS (1883-1962)

    • Écrit par Youakim MOUBARAC
    • 3 431 mots
    En dehors du Coran et dans l'ordre du commencement, c'est dans le témoignage des mystiques, et plus spécialement d'al-Ḥallādj, que Massignon aura puisé le plus abondamment à la source sémitique par son orifice arabe. L'importance de son œuvre consacrée au grand mystique « intercis » à Bagdad, en...
  • MYSTIQUE

    • Écrit par Michel de CERTEAU
    • 8 636 mots
    • 2 médias
    ...une perception fondamentale. Ni l'extase, ni les stigmates, ni rien d'exceptionnel, ni même l'affirmation d'une Loi ou de l'Unique n'est l'essentiel. Al-Ḥallādj l'écrit dans une lettre à l'un de ses disciples. Il y met en question toutes les certitudes sur lesquelles est bâtie la communauté des croyants...
  • SOUFISME ou ṢŪFISME

    • Écrit par Jacqueline CHABBI
    • 3 984 mots
    La fin tragique d'Al-Ḥallādj mettait un point final à la mystique de la rupture. Les survivants du mouvement, échappés aux persécutions consécutives à l'exécution, aussi bien que les autres soufis, soit qu'ils demeurent en Irak, soit qu'ils se répandent en diverses contrées (surtout en Iran), n'auront...

Voir aussi