MASSIGNON LOUIS (1883-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sous le signe d'Abraham

En fait, la vision abrahamique de l'islam, qui vient dans une phase ultérieure corroborer la vision ḥallāgienne, correspond à une autre correction massignonienne de l'orientalisme. L'œuvre ḥallāgienne commençait par revendiquer, dans le Lexique technique, l'originalité de la mystique musulmane dans son inspiration coranique, au détriment d'autres dépendances chrétienne, juive ou indienne. Il en est de même de la descendance abrahamique musulmane. À la suite des examens orientalistes déjà classiques, Snouck-Hurgronje proposait, sous le couvert de la distinction entre les périodes mekkoise et médinoise du Coran et en rapport avec un Mahomet homme d'État supplantant à Médine l'annonciateur mekkois du Jugement, deux représentations coraniques d'Abraham. À l'encontre de cette distinction, Massignon confirme l'opinion de Lidzbarski sur l'accomplissement de la vision abrahamique du Coran dès La Mekke et défend l'unité de la mission de Mahomet et du message interprété par lui.

Cette question, reprise dans une étude de Youakim Moubarac que Massignon a préfacée, semble être la pierre de touche de la science orientaliste quand elle s'attaque à l'islam dans ses origines et se prononce, suivant les influences juive ou chrétienne qu'elle dit s'être exercées sur Mahomet, sur le problème de sa « sincérité ». On reconnaît un signe de la sensibilité de l'islam à ces questions fondamentales dans le fait que le propagateur de la théorie de Snouck dans l'Encyclopédie de l'Islam, sous l'article « Ibrāhīm », n'a jamais pu siéger à l'Académie du Caire.

On saisira du même coup la confusion qui règne chez les théologiens autant que le malentendu profond qui couve entre l'islam et l'orientalisme, lorsqu'on voit un ouvrage sur le « mystère d'Ismaël », dédié à Massignon après sa mort, reprendre en fait la théorie de Snouck dont Massignon s'était désolidarisé, pour proposer une vision de l'islam sous le signe du fils d'Agar, face au judaïsme et au christianisme placés sous le signe du fils de Sara. Quoi qu'on puisse dire de cett [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  MASSIGNON LOUIS (1883-1962)  » est également traité dans :

ÉCRITS MÉMORABLES (L. Massignon)

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 978 mots

Louis Massignon (1883-1962), savant et écrivain, chrétien et islamologue, enseignant et homme politique, est une figure célèbre et atypique de l'orientalisme français du xxe siècle.Son œuvre abondante, trop souvent réduite à sa thèse magistrale consacrée à […] Lire la suite

ḤALLĀDJ AL (858 env.-922)

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI
  •  • 1 983 mots

Attachante figure, à la vérité, que celle d'al-Ḥallādj, mystique musulman mort sur un gibet, à Bagdad, pour avoir chanté l'amour de Dieu en des termes que l'islam officiel jugea blasphématoires. Depuis que Massignon lui consacra, en 1922, son livre monumental, sa personne se profile, à la fois sublime et pathétique, derrière toutes les grandes études sur la mystique comparée. L'expérience fulgura […] Lire la suite

HERMÉTISME

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 4 997 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'hermétisme en Islam »  : […] L'Islam fit passer Hermès du rang de dieu à celui de prophète. Selon le Kitāb al-Ulūf d'Abū Ma‘shar, il y eut, en fait, trois Hermès : le premier, assimilé à Idris et Enoch, vivait en Égypte avant le déluge, édifia les pyramides et consigna par écrit ses enseignements afin de les préserver du déluge ; le deuxième, surnommé al-Bābilī, vécut à Babylone après le déluge, ainsi que le troisième, qui, […] Lire la suite

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le lyrisme persan »  : […] On a donné bien des définitions pour le lyrisme, depuis le recours à l'étymologie (« toute poésie accompagnée par la lyre ») jusqu'à la platitude de Paul Valéry (« le développement d'une exclamation »). Au vrai, c'est, avant tout, un cri ; les Iraniens disent : « un chant » ( ghenâ ). C'est l'expression intime, condensée, cadencée, d'une « strophe » dont le lien avec la musique est évident. La for […] Lire la suite

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 010 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du fantasme à la quête »  : […] Les grands noms offrent moins de surprises. Dans son Itinéraire de Paris à Jérusalem (1811), Chateaubriand avoue qu'il est parti « chercher des images. Voilà tout ». Mais il rêve aussi d'une nouvelle croisade et se souvient du Tasse. Lamartine va vers l'Orient comme vers la « patrie de [son] imagination », mais tout en donnant des conseils pour une politique de protectorat, « tutelle armée et ci […] Lire la suite

SUNNISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Conformité à l'islam primitif »  : […] Louis Massignon, voulant caractériser le sunnisme, écrit : « Les sunnites [...] affirment la légitimité et l'orthodoxie des quatre premiers califes de l'Islam, Abou Bakr, Omar, Othman et Ali ; ils font coïncider leur ordre de succession avec leur rang de précellence morale : c'est le mythe de « l'âge d'or » du Califat des quatre « Rachidoun » (ou « bien dirigés »). » On voit que Massignon ne donn […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Youakim MOUBARAC, « MASSIGNON LOUIS - (1883-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-massignon/