LINGUISTIQUE Domaines

Comme toute discipline scientifique, la linguistique recouvre un certain nombre de domaines et de sous-domaines d'étude spécialisés. On peut schématiquement distinguer trois grands domaines : celui de la phonétique et de la phonologie, qui étudie la matière phonique ; celui de la morphologie et de la syntaxe, qui étudie les mots et leur organisation en phrases ; enfin celui de la lexicologie, de la sémantique et de la pragmatique, qui étudie les significations des formes linguistiques en langue ou en discours. Par ailleurs, la linguistique diachronique et la linguistique typologique constituent deux branches particulières de la linguistique.

Phonétique et phonologie

La distinction entre phonétique et phonologie, développée par Roman Jakobson et Nikolaï Troubetzkoy, constitue l'un des apports décisifs du cercle linguistique de Prague. La phonétique a pour objet les sons dans leur réalisation concrète indépendamment de leur fonction linguistique, tandis que la phonologie a pour objet les phonèmes. Le phonème est la plus petite unité phonique distinctive (ainsi /p/ et /b/ qui permettent de distinguer en français « pain » et « bain »). Chaque phonème est lui-même analysable en une série de traits pertinents par lesquels il se distingue de tous les autres phonèmes de la langue. Ces deux sous-domaines étudient la matière phonique dans des perspectives différentes et complémentaires.

La phonétique

La phonétique est l'étude des sons du langage, en tant que réalités physiques observables dans toutes les langues. Ce secteur de la linguistique emprunte certains concepts d'analyse à d'autres disciplines : l'étude de la production des sons emprunte à la physiologie ; l'étude de la transmission et de la perception des sons emprunte à l'acoustique et à la psychologie. Ces deux types d'études correspondent aux deux principaux sous-secteurs de la phonétique, à savoir la phonétique articulatoire et la phonétique acoustique. Mais ce qui constitue la phonétique comme branche de la linguistique, c'est qu'elle ne s'intéresse aux sons qu'en tant qu'ils fonctionnent comme des unités langagières, par différence avec d'autres phénomènes acoustiques (sons musicaux, bruits de la nature...) et avec les phénomènes sonores produits par l'humain, mais dénués de fonction linguistique (respiration, ronflement, bâillement, mastication...).

Langue polonaise : les phonèmes consonantiques

Langue polonaise : les phonèmes consonantiques

Langue polonaise : les phonèmes consonantiques

Les phonèmes consonantiques polonais.

La phonétique articulatoire s'occupe de la façon dont nous produisons les sons à travers notre appareil phonatoire : appareil respiratoire, larynx (en particulier la glotte, espace triangulaire circonscrit par les deux cordes vocales) et cavités supra-glottiques (pharynx, bouche et fosses nasales). Les types articulatoires se laissent classer en fonction de cette division de l'appareil phonatoire : sons produits avec ou sans l'aide de la respiration, avec ou sans vibrations du larynx, en laissant ou non l'air sortir par le nez, en utilisant la pointe ou le dos de la langue, en appliquant celle-ci à telle ou telle partie de la bouche, etc. Sur ces bases articulatoires, on peut caractériser les différentes voyelles (produites avec un passage d'air libre) et les différentes consonnes (produites avec un passage d'air rétréci ou fermé).

La phonétique acoustique étudie la structure physique des sons utilisés et la façon dont l'oreille réagit à ces sons. Les principaux concepts pertinents sont ici ceux de « fréquence », « intensité », « fondamental », « harmoniques » et « formants ». Dans cette perspective, les voyelles peuvent être essentiellement caractérisées comme des vibrations périodiques, et les consonnes comme des vibrations non périodiques.

L'existence d’importantes bases de données de parole spontanée ainsi que de logiciels performants d’annotation et d’analyse acoustique[...]

Pour nos abonnés, l'article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Catherine FUCHS, « LINGUISTIQUE - Domaines », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Médias

Langue polonaise : les phonèmes consonantiques

Langue polonaise : les phonèmes consonantiques

Langue polonaise : les phonèmes consonantiques

Les phonèmes consonantiques polonais.

Phonologie de Jakobson

Phonologie de Jakobson

Phonologie de Jakobson

Phonologie de Jakobson

Autres références

  • ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LES MALENTENDANTS

    • Écrit par Jacqueline LEYBAERT
    • 14 145 mots
    • 1 média
    Un pas important dans la reconnaissance de la LS comme un vrai langage a été franchi grâce à l’analyse linguistique de l’American Sign Language (ASL) faite par William Stokoe : la LS possède les équivalents d’une phonologie, d’une morphologie, et d’une syntaxe. La phonologie décrit le[...]
  • AFFIXE, linguistique

    • Écrit par Robert SCTRICK
    • 2 095 mots

    Lors de l'inventaire des morphèmes d'un système linguistique, on est conduit à distinguer plusieurs sortes d'unités identifiables dans l'ordre phonétique et partageant la caractéristique de se rapporter au plan de la signification : parmi ces unités, les unes ont[...]

  • ALLÉGORIE, notion d'

    • Écrit par François TRÉMOLIÈRES
    • 7 994 mots
    Cette dernière lui préfère néanmoins les termes métaphore, que nous rencontrions pour commencer, et image. La linguistique et la théorie de la littérature, héritières dans une certaine mesure du romantisme, ont renouvelé l'intérêt pour ce que Tzvetan Todorov appelle « la décision d'interpréter[...]
  • AMBIGUÏTÉ, linguistique

    • Écrit par Pierre LE GOFFIC
    • 3 761 mots

    Un mot ou un énoncé sont dits ambigus quand ils sont susceptibles d'avoir plusieurs interprétations. Cette définition intuitive étant très large, on s'efforce en linguistique de la préciser en circonscrivant, parmi tous les malentendus, équivoques et autres imprécisions du[...]

  • ANALYSE & SÉMIOLOGIE MUSICALES

    • Écrit par Jean-Jacques NATTIEZ
    • 28 178 mots
    • 1 média
    À l'époque du structuralisme triomphant, la sémiologie musicale rencontre les modèles d'analyse linguistique pour des raisons à la fois épistémologiques et esthétiques.
  • Afficher les 135 références

Voir aussi