LINGUISTIQUEDomaines

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La typologie linguistique

La typologie est la branche de la linguistique qui cherche à classer les langues en types, définis non pas du point de vue de la parenté génétique comme le fait la diachronie, mais d'un point de vue structurel, c'est-à-dire selon les principes d'organisation qui en assurent le fonctionnement. La recherche des différents types de langues est indissociable de la quête d'universaux linguistiques.

La question des universaux du langage

La notion d'« universaux du langage », objet de controverses au sein de la linguistique, est abordée par les typologues dans une perspective autre que celle de la grammaire universelle de Chomsky. Loin de postuler des principes grammaticaux universels qui n'autoriseraient de différences que dans le simple réglage de la valeur de quelques paramètres, les typologues se montrent extrêmement prudents dans la quête des universaux. Préférant souvent parler d'« invariants interlangues », ils cherchent à caractériser de façon inductive, sur la base d'observations des langues les plus diverses, certaines propriétés générales communes à ces langues. Ces invariants constituent le fonds commun de répartition en types : plus que de règles ou de lois, il s'agit de tendances générales dans la façon dont les langues relient les formes et les sens. Les travaux pionniers de Joseph Greenberg portant, dans les années 1960, sur l'ordre des mots, ont conduit à proposer des invariants implicationnels, c'est-à-dire des solidarités entre deux propriétés (par exemple, « si une langue place le nom avant le démonstratif, alors elle place aussi le nom avant la relative »). Greenberg a ainsi ouvert la voie à une floraison de travaux ultérieurs de typologues, comme ceux de Bernard Comrie sur le temps et l'aspect, ceux de Hansjakob Seiler sur la possession ou la localisation, ou bien encore ceux de Gilbert Lazard sur l'actance.

Toutefois, la question des universaux du langage dépasse très largement le seul cercle des typologues. Les grammaires cognitives d'outre-Atlantique s'efforcent de caractériser les opérations invariantes (repérage, profilage, catégorisation...) que les énonciateurs mettent en œuvre pour construire des représentations sémantiques, ainsi que les procédés généraux auxquels fait appel une figure comme celle de la métaphore. De leur côté, les néofonctionnalistes, à l'instar de Talmy Givón, sont à la recherche de schèmes translinguistiques de fonctionnement sémantico-cognitif. D'autres auteurs enfin, telle Anna Wierzbicka, explorent la piste d’hypothétiques primitives conceptuelles à vocation universelle, c’est-à-dire des concepts de base qui seraient disponibles dans toutes les langues et universellement compris.

Grâce à ces travaux sur l'invariance et la variation, la linguistique renoue avec une problématique longtemps occultée, celle de la relativité linguistique (hypothèse dite de Sapir-Whorf), c'est-à-dire de l'impact cognitif des variations entre les langues. Nonobstant l'universalité de la faculté de langage et l'existence d'invariants linguistiques, il apparaît en effet que les structures propres à chaque langue contribuent, au moins dans une certaine mesure, à modeler nos représentations du monde.

Le renouveau des approches typologiques

Le renouveau actuel des études de typologie linguistique, porté par diverses associations et revues scientifiques, a été très largement favorisé par les travaux phares de Hansjakob Seiler (1920-2018) en Allemagne et par ceux de Gilbert Lazard (1920-2018) en France. Pour Seiler, la recherche typologique consiste à construire une sorte de grammaire générale comparative, c'est-à-dire à établir, par induction d'abord puis par abduction, le « menu » à partir duquel les langues individuelles font leur propre choix. Pour Lazard, la typologie doit retrouver, par induction, les « zones focales » de l'espace sémantique, où les langues construisent préférentiellement des outils grammaticaux. Ainsi les différentes zones liées à l’expression d’une action, c’est-à-dire d’un procès mettant en jeu un ou plusieurs participants, sont des zones où la plupart des langues connaissent des constructions grammaticales organisées autour d’un prédicat : par exemple, la zone des procès à deux participants (un agent et un patient, d’où en français la construction transitive « je casse la branche ») ; celle des procès à un seul participant (en français la construction instransitive [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Langue polonaise : les phonèmes consonantiques

Langue polonaise : les phonèmes consonantiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Phonologie de Jakobson

Phonologie de Jakobson
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  LINGUISTIQUE  » est également traité dans :

LINGUISTIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 937 mots

La linguistique est l’étude scientifique du langage appréhendé à travers la diversité des langues. L’émergence et le développement de la linguistique, en tant que discipline scientifique, ont été précédés par des siècles de réflexion sur le langage, de la part des grammairiens, des rhétoriciens et des logiciens. On abordera ici essentiellement la tradit […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 7 693 mots
  •  • 1 média

Malgré une tradition de réflexion sur le langage qui remonte à l'Antiquité, on a coutume de considérer que la linguistique ne s'est constituée comme discipline scientifique qu'au début du xxe siècle.On invoque souvent le nom de Ferdinand de Saussure comme étant celui du « père fondat […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Le langage au carrefour des disciplines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 10 045 mots
  •  • 6 médias

Le langage, objet complexe et multiforme, n'est pas l'apanage du linguiste. Nombre d'autres disciplines y sont confrontées : philosophie, psychologie, psychanalyse, neurophysiologie, sociologie, ethnologie, anthropologie, […] Lire la suite

AFFIXE, linguistique

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 384 mots

Lors de l'inventaire des morphèmes d'un système linguistique, on est conduit à distinguer plusieurs sortes d'unités identifiables dans l'ordre phonétique et partageant la caractéristique de se rapporter au plan de la signification : parmi ces unités, les unes ont un contenu lexical, qu'il soit univoque ou plurivoque ; les autres, non autonomes, servent à couler ce sens dans les rapports morphosynt […] Lire la suite

ALLÉGORIE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 460 mots

Dans le chapitre « « Et tout pour moi devient allégorie » (Baudelaire) »  : […] En France, le terme n'a pas connu le même discrédit qu'en Allemagne. Charles Baudelaire écrit, dans ses Paradis artificiels (1860) : « L'allégorie, ce genre si spirituel , que les peintres maladroits nous ont accoutumé à mépriser, mais qui est vraiment l'une des formes primitives et les plus naturelles de la poésie, reprend sa domination légitime dans l'intelligence illuminée par l'ivresse. » Gra […] Lire la suite

AMBIGUÏTÉ, linguistique

  • Écrit par 
  • Pierre LE GOFFIC
  •  • 686 mots

Un mot ou un énoncé sont dits ambigus quand ils sont susceptibles d'avoir plusieurs interprétations. Cette définition intuitive étant très large, on s'efforce en linguistique de la préciser en circonscrivant, parmi tous les malentendus, équivoques et autres imprécisions du langage, virtuels ou effectifs, ceux dont la racine semble se situer dans la structure et dans le matériau même du système lin […] Lire la suite

ANALYSE & SÉMIOLOGIE MUSICALES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 5 121 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les modèles linguistiques dans l'analyse musicale »  : […] À l'époque du structuralisme triomphant, la sémiologie musicale rencontre les modèles d'analyse linguistique pour des raisons à la fois épistémologiques et esthétiques. Le structuralisme conçoit le signe moins comme l'union d'un signifiant et d'un signifié que comme un élément intégré à un système, entretenant avec ses voisins des rapports « oppositifs et négatifs ». Paul Ricœur l'énonce très cla […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'apport de Lévi-Strauss »  : […] Il n'y a pas d'antinomie entre l'anthropologie structurale et l'anthropologie sociale. La première fut d'abord une méthode qui en vint à développer de telles implications théoriques qu'elle visa à rassembler les sciences humaines dans une science globale de la communication, dans une sémiologie où l'analyse structurale de la parenté et des mythes s'intégrerait en un de ses lieux, l'anthropologie […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Arnaud HALLOY
  •  • 5 804 mots

Dans le chapitre « Quelques repères historiques »  : […] Roy D’Andrade (1995) distingue quatre grandes périodes dans la constitution de l’anthropologie cognitive. La première prend place à cheval sur les années 1950 et 1960. On assiste alors au « tournant cognitif » en psychologie avec le passage du béhaviorisme – un courant de la psychologie qui juge impossible l’accès aux états mentaux, et par conséquent leur explication scientifique, et qui prône l’ […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Julien BONHOMME
  •  • 4 199 mots

L’anthropologie de la communication s’intéresse aux rapports entre le langage, la culture et la société. Elle emploie les méthodes de l’enquête ethnographique pour étudier les échanges langagiers et, de manière plus générale, les pratiques de communication. Elle envisage le langage comme une ressource culturelle dont les usages sont régis par des normes variables selon les sociétés et comme un ou […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine FUCHS, « LINGUISTIQUE - Domaines », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-domaines/