LÉVIATHAN, Thomas HobbesFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La soumission au souverain

Les analyses de l'état de nature (représenté à titre d'hypothèse) envisagent les hommes à partir de leur égalité : égal pouvoir de tuer autrui, égale crainte de mourir de mort violente, égal souci de conserver sa vie conduisent à une insécurité permanente. C'est sur la base de ces analyses que la seconde partie, « Of Common-Wealth » (traduit par « De la République » ou « De l'État »), va fonder la théorie du contrat : « c'est comme si chaque individu devait dire à tout individu : j'autorise cet homme ou cette assemblée d'hommes, et je lui abandonne mon droit de me gouverner moi-même, à cette condition que tu lui abandonnes ton droit et autorises toutes ses actions de la même manière » (chapitre 17). Ce contrat fait de chaque individu le sujet volontaire de l'institution politique dont le souverain est l'expression. Cessant d'être le produit de la coutume ou d'une puissance transcendante, la loi est conçue comme l'expression du souverain, seule source légitime de toute autorité. Représenté en frontispice de l'ouvrage comme un géant couronné, un glaive dans une main, une crosse dans l'autre, le Léviathan, véritable « dieu mortel », fondé sur un calcul rationnel à partir d'une analyse mécaniste des corps humains et sociaux, vient remplacer toutes les instances naturelles ou révélées sur lesquelles, jusqu'alors, les hommes ont fondé la légitimité des pouvoirs nécessaires à la vie en société. En se fondant sur des interprétations de l'écriture sainte, les deux dernières parties du Léviathan sont consacrées à une étude « théologico-politique » qui met à mal les pouvoirs ecclésiastiques et avant tout ceux de Rome, et redit, sous un autre angle de vue, la nécessité de faire du pouvoir politique la seule autorité.

Avec le Léviathan, Hobbes fait entrer la réflexion sur le politique sur les voies de la science moderne ; il a pu être considéré aussi bien comme le précurseur des totalitarismes que comme le théoricien prophétique des démocraties modernes et des droits de l'homme. Rousseau et Kant, Hannah Arendt et Leo Strauss, Carl Schmitt et nombre d'exégètes contemporains ne cesseront de le lire et de le discuter. Signe de l'inépuisable fécondité de sa pensée.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LÉVIATHAN, Thomas Hobbes  » est également traité dans :

ÉTAT (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 060 mots

Dans le chapitre « L’État contre le droit du plus fort »  : […] Peut-on nier pour autant que, sortis d’un état originel sans doute plus rêvé que réel, les hommes n’ont vraiment réussi à s’arracher à la violence de l’état de nature que grâce à la naissance d’un État disposant de ce que le sociologue Max Weber (1864-1920) a appelé, dans son ouvrage L’État et le politique (1919), le « monopole de la violence légitime » ? Trop souvent présenté comme défenseur d […] Lire la suite

HOBBES THOMAS (1588-1679)

  • Écrit par 
  • Raymond POLIN
  •  • 2 663 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'auteur du « Léviathan » »  : […] La vie de Hobbes est toute simple et tout entière consacrée à l'étude et à la méditation. Il fait de bonnes études jusqu'en 1608 à Magdalen Hall, à Oxford, avant d'entrer au service des Cavendish, famille puissante, titulaire du comté de Devonshire, à laquelle il demeurera toute sa vie attaché. Les seuls événements marquants de son existence sont les trois voyages qu'il fait en France et en Italie […] Lire la suite

AUTRUI (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 535 mots

Dans le chapitre «  La pitié, un élan vers autrui »  : […] Moins métaphysiques seront les approches généalogiques de nos relations avec les autres. Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) reprend l’hypothèse bâtie par Thomas Hobbes (1588-1679) dans le Léviathan (1651) , celle d’un « état de nature » ayant précédé l’état de société. Bien que très critique à l'égard de Hobbes, il doit concéder que, si les hommes avaient un jour vécu isolés, ils auraient été im […] Lire la suite

POUVOIR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 508 mots

Par rapport au français, la langue anglaise présente la particularité de distinguer deux modalités de la notion de pouvoir, à travers deux verbes bien distincts : «  I can  » signifie « j’ai la capacité de… », alors que «  I may  » a le sens de « j’ai la permission de… », « les lois ou les usages me permettent de... ». «  I can  » renvoie ainsi à la puissance intrinsèque de l’individu tandis que « […] Lire la suite

SOCIÉTÉ (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 579 mots

Dans le chapitre « Faire société : le contrat »  : […] La question de l’origine apparaît sous un jour nouveau avec les théories modernes du contrat. Sans doute l’hypothèse d’un état présocial, appelé « état de nature », n’a-t-elle jamais été posée comme une réalité historique par ses protagonistes, mais plutôt comme une hypothèse méthodologique permettant de mieux percevoir ce qui caractérise l’état social. Décrire un état présocial permet de se repr […] Lire la suite

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 200 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Violence, État et société »  : […] D'autres approches de la violence la rapportent non plus à la situation intersubjective mais aux relations entre des êtres sociaux formant, plus ou moins difficilement, des communautés. Dans son Léviathan (1651) Thomas Hobbes interprète l'état de nature comme une situation instable. Ce n'est pas que l'homme y soit irrémédiablement l'ennemi de son prochain. Mais l'absence de règle commune a pour c […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « LÉVIATHAN, Thomas Hobbes - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/leviathan-thomas-hobbes/