LÉVIATHAN, Thomas HobbesFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La soumission au souverain

Les analyses de l'état de nature (représenté à titre d'hypothèse) envisagent les hommes à partir de leur égalité : égal pouvoir de tuer autrui, égale crainte de mourir de mort violente, égal souci de conserver sa vie conduisent à une insécurité permanente. C'est sur la base de ces analyses que la seconde partie, « Of Common-Wealth » (traduit par « De la République » ou « De l'État »), va fonder la théorie du contrat : « c'est comme si chaque individu devait dire à tout individu : j'autorise cet homme ou cette assemblée d'hommes, et je lui abandonne mon droit de me gouverner moi-même, à cette condition que tu lui abandonnes ton droit et autorises toutes ses actions de la même manière » (chapitre 17). Ce contrat fait de chaque individu le sujet volontaire de l'institution politique dont le souverain est l'expression. Cessant d'être le produit de la coutume ou d'une puissance transcendante, la loi est conçue comme l'expression du souverain, seule source légitime de toute autorité. Représenté en frontispice de l'ouvrage comme un géant couronné, un glaive dans une main, une crosse dans l'autre, le Léviathan, véritable « dieu mortel », fondé sur un calcul rationnel à partir d'une analyse mécaniste des corps humains et sociaux, vient remplacer toutes les instances naturelles ou révélées sur lesquelles, jusqu'alors, les hommes ont fondé la légitimité des pouvoirs nécessaires à la vie en société. En se fondant sur des interprétations de l'écriture sainte, les deux dernières parties du Léviathan sont consacrées à une étude « théologico-politique » qui met à mal les pouvoirs ecclésiastiques et avant tout ceux de Rome, et redit, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  LÉVIATHAN, Thomas Hobbes  » est également traité dans :

HOBBES THOMAS (1588-1679)

  • Écrit par 
  • Raymond POLIN
  •  • 2 662 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'auteur du « Léviathan » »  : […] La vie de Hobbes est toute simple et tout entière consacrée à l'étude et à la méditation. Il fait de bonnes études jusqu'en 1608 à Magdalen Hall, à Oxford, avant d'entrer au service des Cavendish, famille puissante, titulaire du comté de Devonshire, à laquelle il demeurera toute sa vie attaché. Les seuls événements marquants de son existence sont les trois voyages qu'il fait en France et en Italie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-hobbes/#i_31356

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 198 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Violence, État et société »  : […] D'autres approches de la violence la rapportent non plus à la situation intersubjective mais aux relations entre des êtres sociaux formant, plus ou moins difficilement, des communautés. Dans son Léviathan (1651) Thomas Hobbes interprète l'état de nature comme une situation instable. Ce n'est pas que l'homme y soit irrémédiablement l'ennemi de son prochain. Mais l'absence de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violence/#i_31356

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « LÉVIATHAN, Thomas Hobbes - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leviathan-thomas-hobbes/