SCHMITT CARL (1888-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En France, Carl Schmitt (1888-1985) est un auteur dont la réception a été largement posthume. Mis à part quelques textes traduits, souvent partiellement, dans les années 1930 et oubliés depuis lors, seul un livre d'importance avait paru en français de son vivant : La Notion de politique, préfacée par Julien Freund (1972). Vers la fin des années 1980 étaient traduits simultanément deux autres livres importants, Théologie Politique I et II, ainsi que Parlementarisme et démocratie. Ont-ils joué un rôle de déclic ? En tout cas, depuis le début des années 1990, de nombreux textes de Carl Schmitt ont été traduits et publiés par divers éditeurs, tandis que les études et présentations se sont multipliées.

Dans le même temps, une polémique a enflé, et elle continue aujourd'hui, sur l'opportunité ou la manière de traduire un auteur qui s'est bien plus compromis avec le nazisme qu'on ne le laissait croire en France dans les années 1980. En effet, bien loin de n'avoir soutenu le régime que pendant une brève période, de 1933 à 1936, il est maintenant avéré que si Schmitt a effectivement connu des démêlés avec le Parti nazi en 1936, qui l'ont contraint alors à cesser son activité politique, il a par la suite refusé de revenir sur son passé et, peut-être jusqu'à la fin de sa vie, a fait preuve d'un antisémitisme trivial, même s'il se parait de couleurs théoriques.

La question est soulevée depuis l'intérêt éditorial rencontré par Schmitt en France : comment justifier l'attention portée désormais, y compris à gauche et à l'extrême gauche, à un auteur qui n'a pas seulement eu des engagements détestables, mais dont la pensée comporte des aspects équivoques pour tout démocrate qui se respecte ? Étienne Balibar a rappelé deux raisons classiques de lire Schmitt : la liberté de la recherche, et l'intérêt de connaître la pensée de l'ennem [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SCHMITT CARL (1888-1985)  » est également traité dans :

AUTORITÉ

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 2 807 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Une notion sociologique »  : […] Depuis De la division du travail social (1893), qui oppose l'autorité de type militaire des sociétés à solidarité mécanique à celle davantage liée aux rôles et fonctions tenus dans les sociétés à solidarité organique, jusqu'au Suicide (1897), qui statue sur les effets négatifs de l'anomie sociale sur l'individu, le constat d'un défaut d'autorité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autorite/#i_97838

CONSTITUTION

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNET
  •  • 4 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La constitution comme ordre de valeurs »  : […] La tentation est certes grande de s'en remettre à l'usage actuel où le mot semble inévitablement renvoyer à un document que chacun présuppose être normatif et contraignant. Il n'en a pas toujours été ainsi, et cela même à l'époque où l'on a commencé à rédiger des constitutions. Autrement dit, le concept de constitution a longtemps évolué entre l'id […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constitution/#i_97838

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis SCHLEGEL, « SCHMITT CARL - (1888-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-schmitt/