MACCHIAIOLI LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’air dans la peinture

De 1862 à 1868 environ, les macchiaioli se regroupent, les séjours en commun dans quelques villages de Toscane assurent l'homogénéité d'une interprétation plus aérée du paysage. Parmi les plus férus de ces échappées dans la campagne de Florence et de Sienne, notons Cabianca, Borrani et Signorini. À cette époque intervient la personnalité de Silvestro Lega (1826-1895) ; converti en 1861 à la macchia, il en donne des exemples orthodoxes, mais il préférera enserrer dans le contour linéaire hérité de sa formation « puriste » des scènes domestiques d'une sentimentalité qui reste étrangère aux autres macchiaioli, de même que les tons sobres et la prédominance de la figure sur le paysage (La Pergola, pinacoteca di Brera, Milan). Cette douceur imprègne cependant les paysages de l'école de Piagentina, localité située entre l'Arno et l'Affrico, où la présence de Lega attire à partir de 1862 Signorini, puis Abbati, Borrani et Sernesi. Si les trois derniers éclaircissent leur palette sans renoncer à la netteté des premières expériences de macchia, le versatile Signorini perd en vigueur ce qu'il gagne en délicatesse, amenuisant la touche sous l'influence des Daubigny et des Corot vus à Paris. Mais c'est à Castiglioncello, où Martelli les reçoit dans sa villa, que la rencontre entre l'idéal des macchiaioli et la vie archaïque des champs – un paysage ensoleillé aux lignes simples, et ils accentuent les horizontales par le format allongé de leurs minuscules panneaux – favorisa les réussites les plus authentiques, surtout entre 1864 et 1868. Au contact de Borrani, Abbati exalte le coloris, amincit la matière picturale en laissant paraître les veines du bois. Outre des artistes épisodiques (ainsi Boldini dans sa brève phase macchiaiola), l'école de Castiglioncello compte encore Fattori à partir de 1867 : là, comme à Livourne où il séjourne depuis 1861, peignant aussi des tableaux agrestes d'un classicisme élégiaque, il privilégie l'instantané, rendu tantôt par touches frémissantes, tantôt en un cloisonnement chromatique [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Médias de l’article

Femmes sur un pont à Venise, V. Cabianca

Femmes sur un pont à Venise, V. Cabianca
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Rotonda dei Bagni Palmieri, G. Fattori

Rotonda dei Bagni Palmieri, G. Fattori
Crédits : Rabatti - Domingie/ AKG

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  MACCHIAIOLI LES  » est également traité dans :

CAFÉS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Gérard-Georges LEMAIRE
  •  • 7 804 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Manifestes et révolution »  : […] Rapidement, la gent littéraire n'est plus la seule à tenir ses assises au café. Les peintres, les sculpteurs, les graveurs l'adoptent au début du xix e  siècle. À Rome, c'est dans la salle enfumée du Caffè Greco que les artistes allemands, venus découvrir les ruines de l'Antiquité et admirer les chefs-d'œuvre de la Renaissance se réunissent . Les amis et disciples de Gœthe, mus par un idéal néo- […] Lire la suite

PREVIATI GAETANO (1852-1920)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 572 mots

Créateur d'une peinture originale et historiquement importante, le peintre italien Gaetano Previati a accompli l'essentiel de son œuvre vers la fin du xix e  siècle. En 1876 et 1877, il travaille avec le peintre Cassioli et s'installe ensuite à Milan où il fréquente l'atelier de Bertini. L'œuvre de l'artiste est marquée par l'influence du divisionnisme français. Ses expériences sont pourtant compl […] Lire la suite

RÉALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Gerald M. ACKERMAN, 
  • Henri MITTERAND
  •  • 6 488 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les réalistes de la perception directe »  : […] De nombreux peintres qu'inspire la manière libre de Courbet et de Manet abandonnent tout recours aux techniques académiques pour se livrer à une transcription directe, à main levée, des êtres et des choses ; ils peignent directement, sans préparations, d'après nature. Leur travail se caractérise par le dépouillement du trait, l'éclat de la couleur, des valeurs simplifiées et des touches larges et […] Lire la suite

TACHISME

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 1 158 mots
  •  • 1 média

Bien que le terme de tachisme ne s'emploie pas encore couramment avec une valeur générale, il peut désigner l'ensemble des techniques artistiques qui utilisent des taches. En fait, ces techniques se divisent en deux catégories, correspondant aux deux acceptions principales du mot tache. Dans le premier cas, tache signifie à peu près touche : la couleur déposée par un coup de pinceau et formant une […] Lire la suite

TOSCANE

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 553 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « « Retour à Florence » : collectionneurs et voyageurs passionnés »  : […] C'est ainsi qu'Elisa Bonaparte, placée par son frère sur le trône de Lucques, tente une politique d'encouragement des arts. Devenir un musée n'était pas un risque pour la Toscane : on s'y était toujours mesuré à l'aune des chefs-d'œuvre du passé. La Loggia dei Lanzi (de Benci di Cione et Simone Talenti à la fin du xiv e  siècle), sur la place de la Seigneurie de Florence, premier musée de sculptu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude LAURIOL, « MACCHIAIOLI LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-macchiaioli/