TACHISME

Bien que le terme de tachisme ne s'emploie pas encore couramment avec une valeur générale, il peut désigner l'ensemble des techniques artistiques qui utilisent des taches. En fait, ces techniques se divisent en deux catégories, correspondant aux deux acceptions principales du mot tache. Dans le premier cas, tache signifie à peu près touche : la couleur déposée par un coup de pinceau et formant une unité distincte au lieu de se fondre dans une pâte continue. Tachiste s'applique alors à la technique des peintres impressionnistes et néo-impressionnistes, et surtout à celle qui valut leur nom aux macchiaioli italiens, ainsi appelés à la suite d'une toile de Fattori exposée à Florence en 1867 sous le titre Macchiaiole (petites taches). Il s'agit d'une peinture qui traduit les vibrations de la lumière par des tons purs s'exaltant les uns les autres. Cette valeur de tachisme, qui se rencontre dans la littérature de la fin du xixe siècle, est aujourd'hui vieillie. Elle tend à être remplacée par le terme plus général et plus populaire d'impressionnisme. D'autre part, et plus récemment, tachisme a été utilisé, en France, vers 1952, sur l'initiative du critique Michel Tapié, pour désigner un aspect de l'art non-figuratif (« abstraction lyrique », « expressionnisme abstrait »), où un rôle important est joué par la tache, entendue cette fois dans le sens d'éclaboussure, le modèle n'étant plus la touche de peinture, dont le peintre contrôle la forme en la déposant sur le support, mais la tache que produit une goutte d'encre en s'écrasant sur du papier. Les valeurs soulignées dans ce cas sont le hasard et l'énergie investie dans les gestes de l'artiste manipulant la peinture (d'où l'appellation fréquente : tachisme gestuel). Un tel art se distingue de l'expressionnisme figuratif en ce que dans celui-ci s'exprime l'émotion de l'artiste par [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  TACHISME  » est également traité dans :

CANADA - Arts et culture

  • Écrit par 
  • Andrée DESAUTELS, 
  • Roger DUHAMEL, 
  • Marta DVORAK, 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Constance NAUBERT-RISER, 
  • Philip STRATFORD
  • , Universalis
  •  • 25 026 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Peinture »  : […] entre transparence et opacité constitue l'essentiel de son propos. Un autre courant se dessine afin de proposer une alternative au tachisme. Les néo-plasticiens, regroupés autour de Guido Molinari, reprennent les écrits théoriques de Mondrian et s'orientent vers la production de toiles plus rigoureuses, dans l'esprit de la peinture […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-arts-et-culture/#i_5635

COLOR-FIELD PAINTING

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 516 mots
  •  • 1 média

optiques comptent dans la peinture. Le sujet est interdit et l'illusionnisme condamné. La technique de stained color (« couleur tache ») adoptée par Helen Frankenthaler illustre parfaitement la direction formaliste que donne Greenberg à l'art pictural en rendant la surface et la couleur inséparables. En effet, cette artiste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/color-field-painting/#i_5635

COZENS ALEXANDER (1717 env.-1786)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 258 mots

originales de paysages) prône ainsi la libre utilisation de l'encre afin de suggérer des compositions. Les « taches » que Cozens effectue lui-même selon cette technique ont donné naissance à certains de ses plus beaux dessins et au courant du tachisme romantique. Le peintre exercera également une influence considérable sur l'essor de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-cozens/#i_5635

ENSOR JAMES (1860-1949)

  • Écrit par 
  • Francine-Claire LEGRAND
  •  • 1 474 mots

Dans le chapitre « Du naturalisme au surréalisme »  : […] subjectivité exacerbée, différant par là de la lumière des peintres contemporains français. On dira d'Ensor qu'il pousse l'impressionnisme jusqu'au tachisme. La Chute des anges rebelles (1889), La Tentation de saint Antoine (1887) sont en effet tachistes et plus que fauves. Puis la ligne s'insère de nouveau dans la couleur, une ligne sinueuse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-ensor/#i_5635

FRANKENTHALER HELEN (1928-    )

  • Écrit par 
  • Élisabeth LEBOVICI
  •  • 403 mots

Helen Frankenthaler appartient à la seconde génération de peintres expressionnistes américains et plus précisément de la tendance du color-field painting, au rang desquels on peut compter Morris Louis et Kenneth Noland. Ils ont travaillé sur les apports de Willem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/helen-frankenthaler/#i_5635

HARTUNG HANS (1904-1989)

  • Écrit par 
  • Jean-Clarence LAMBERT
  •  • 699 mots

je dessinais avec le dos de la plume des choses où la figuration ne joue presque plus. La tache prenait un sens par elle-même. » Il copie certaines œuvres du passé, comme le 3 de mayo de Goya, en supprimant progressivement l'image pour ne plus laisser apparaître qu'un jeu de taches et de traits. En fait, c'est l'émergence d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-hartung/#i_5635

INFORMEL ART

  • Écrit par 
  • Hubert DAMISCH
  •  • 3 500 mots

Dans le chapitre « Un art autre ? »  : […] brève autant que fébrile, allait prendre presque aussitôt figure de mythe d'origine, celui-là de la peinture «  tachiste » (autre mot introduit en 1954 par Pierre Guéguen) ; Jean Dubuffet (1901-1985), qui se voulait dès lors l'apôtre de l'«  art brut », libre de toute détermination ou empreinte culturelle, mais que beaucoup confondront, par un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-informel/#i_5635

LOUIS MORRIS (1912-1962)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 195 mots

et la peinture de Jackson Pollock. En 1953, il est vivement impressionné par la technique picturale du staining (tachisme) de Helen Frankenthaler, qui consiste à créer des taches colorées en versant de la peinture sur la toile non apprêtée. Morris Louis s'inspire de cette technique pour créer des séries de toiles où la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morris-louis/#i_5635

MACCHIAIOLI LES

  • Écrit par 
  • Claude LAURIOL
  •  • 1 472 mots
  •  • 2 médias

Lorsqu'en 1862 un critique italien baptisa par dérision certains peintres du nom de macchiaioli (tachistes), il ne faisait que reprendre le mot de macchia déjà employé par eux, et sanctionner la recherche, qui s'était concrétisée dans le milieu florentin vers 1858-1860, d'une vérité directe traduite en un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-macchiaioli/#i_5635

MATHIEU GEORGES (1921-2012)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 471 mots

Georges Mathieu est né en 1921 à Boulogne-sur-Mer, d'une famille de banquiers. Après des études de droit et de philosophie, il s'oriente vers les arts plastiques en 1942. En 1947, il expose au Salon des réalités nouvelles des toiles dont la texture est composée par des taches jaillies directement du tube (technique identique à celle du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-mathieu/#i_5635

MICHAUX HENRI (1899-1984)

  • Écrit par 
  • Robert BRECHON, 
  • Pierre ROBIN
  •  • 3 506 mots

grands écrivains français. Il fut aussi un remarquable peintre, un des initiateurs du « tachisme » en France. L'évolution de son œuvre graphique, depuis les figures monstrueuses du début jusqu'aux signes, aux taches et aux dessins « mescaliniens », sans être absolument liée à celle de son œuvre littéraire, va dans le même sens : de l'angoisse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-michaux/#i_5635

Pour citer l’article

Pierre GEORGEL, « TACHISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tachisme/