ALBERTI LEON BATTISTA (1404-1472)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Leon Battista Alberti

Leon Battista Alberti
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

San Sebastiano, Mantoue

San Sebastiano, Mantoue
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Sant'Andrea, Mantoue

Sant'Andrea, Mantoue
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Palazzo Rucellai, Florence

Palazzo Rucellai, Florence
Crédits : K & B News Foto, Florence, Bridgeman Images

photographie

Tous les médias


Humanisme et architecture : le théoricien

Alberti a défini en théorie le nouvel idéal artistique de la Renaissance : son De pictura, rédigé en latin et traduit en italien par Alberti lui-même, qui le destinait aux artistes (la version italienne est d'ailleurs dédiée à Brunelleschi), exposait la théorie de la perspective qui venait de déclencher une révolution dans la peinture florentine. Dans le De statua, il développa une théorie des proportions fondée sur l'observation des mensurations du corps de l'homme, conforme à la pratique de Ghiberti, Michelozzo et Donatello.

Mais l'architecture était à ses yeux l'art par excellence, celui qui contribue le mieux à l'intérêt public, la forme supérieure du Bien. Dans les années 1440, à la demande de Lionello d'Este, Alberti entreprit un commentaire du De architectura de Vitruve. Devant l'obscurité et les incohérences du texte, il décida de réécrire lui-même un traité d'architecture, inspiré certes de l'architecte romain, mais adapté aux nécessités et aux mentalités modernes. Le De re aedificatoria, divisé en dix livres comme le traité vitruvien, est le premier traité d'architecture de la Renaissance, et son auteur fut cité par des humanistes, tel Rabelais (Pantagruel, chap. vii), à l'égal non seulement de Vitruve, mais aussi d'Euclide ou d'Archimède. Dans l'Introduction de l'ouvrage, Alberti aborde le rôle de l'architecture dans la vie sociale. Les trois premiers livres techniques sont consacrés respectivement au dessin, aux matériaux, aux principes de structure. Dans les livres IV à X, Alberti traite de l'architecture civile : choix du site, typologie des édifices civils, publics et privés. Sa cité idéale a un plan rationnel, avec des édifices régulièrement disposés de part et d'autre de rues larges et rectilignes. Cette nouvelle conception de l'urbanisme, en rupture avec les pratiques médiévales, est liée sans doute à l'essor sans précédent de la cité-république. Alberti reprend la plupart des thèmes [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : chargée de recherche au C.N.R.S., centre d'études supérieures de la Renaissance, Tours

Classification


Autres références

«  ALBERTI LEON BATTISTA (1404-1472)  » est également traité dans :

TRAITÉ DE LA PEINTURE, Leon Battista Alberti - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 110 mots
  •  • 1 média

D'après des annotations autographes relevées sur des manuscrits, le Traité de la peinture de Leon Battista Alberti (1404-1472) fut achevé, dans sa rédaction latine, en août 1435 et, dans sa version italienne, en juillet 1436. Un groupe de manuscrits en latin comporte une dédicace à Gianfrancesco Gonzaga, marquis de Mantoue, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-de-la-peinture-leon-battista-alberti/#i_248

ACADÉMISME

  • Écrit par 
  • Gerald M. ACKERMAN
  •  • 3 543 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La formation de la théorie académique »  : […] Une théorie humaniste de l'art fut inventée ou exprimée pour la première fois, avec une clarté remarquable, par Leon Battista Alberti dans son traité Della pittura , écrit aux alentours de 1435. Comme aucune théorie antique de l'art, susceptible de servir de modèle, n'avait survécu, l'humaniste Alberti appliqua la théorie antique de la littérature à l'art. Le but de la peint […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/academisme/#i_248

ANATOMIE ARTISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 8 905 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Recherches de la Renaissance et références à l'Antiquité »  : […] Les débats sur l'essence mathématique de la beauté, et sur ces rapports avec l'ordre du monde, reprennent à la Renaissance dans un climat de mysticisme néo-platonicien qui se suffisait pour ainsi dire à lui-même, et détournait les théoriciens d'investigations proprement empiriques. Dans cet univers quasi mystique, L. B. Alberti et Léonard de Vinci inaugurent un nouveau type d'enquête, une analyse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anatomie-artistique/#i_248

ANTHROPOMORPHIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 056 mots

De tout temps les architectes ont senti qu'il existait des affinités autres que d'usage entre les édifices et les hommes. La critique architecturale l'exprime confusément qui parle de l'ossature, des membres, de la tête ou de l'épiderme d'une construction. Mais cette impression diffuse a parfois suscité chez les architectes la volonté expresse d'établir des rapports analogiques entre les édifices […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-anthropomorphique/#i_248

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 7 905 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'âge classique et la tradition vitruvienne »  : […] La rupture entraînée par la Renaissance n'est pas que théorique. En même temps que l'on redécouvre Vitruve s'affirme en effet une nouvelle figure d'architecte-humaniste dont un Filippo Brunelleschi (1377-1446) constitue l'une des premières incarnations. L'auteur de la coupole de la cathédrale de Florence se pense en effet comme un intellectuel fondamentalement différent des autres acteurs de la p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-architecture-sciences-et-techniques/#i_248

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'architecte démiurge »  : […] Dès le milieu du xvi e siècle, en Italie d'abord, puis dans tous les pays gagnés par l'humanisme, la position sociale de l'architecte est bien affirmée. Que l'on pense par exemple à Philibert de l'Orme faisant graver son portrait en frontispice du Premier Tome de l'architecture (1567). Il est remarquable de voir l'architectu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-l-architecte/#i_248

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et société

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 5 774 mots

Dans le chapitre « Le projet humaniste »  : […] L'architecture de la Renaissance italienne s'accompagne dès le départ d'une réflexion politique et sociale. La coupole de la cathédrale de Florence conçue par Brunelleschi veut magnifier le pouvoir de la cité ainsi que l'excellence de ses institutions. Celles-ci sont aux mains d'une oligarchie patricienne imprégnée par les conceptions humanistes, une oligarchie qui veut faire de sa ville une « no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-architecture-et-societe/#i_248

COULEURS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Manlio BRUSATIN
  •  • 10 354 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Techniques et traités au Moyen Âge »  : […] L'introduction des tons de bleu en Occident et les premières indications techniques sur leur fabrication se trouvent dans un recueil de recettes artisanales, les Compositiones ad tingenda musiva ..., manuscrit probablement rédigé à l'époque de Charlemagne, découvert à Lucques et publié seulement au xviii e  siècle à Milan par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleurs-histoire-de-l-art/#i_248

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 332 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Origine de la brillance »  : […] Ainsi retrouvons-nous, généralisée, l'hypothèse avancée par Freud, touchant le narcissisme du langage naissant : « Chez nos enfants et chez les adultes névrosés, comme chez les primitifs, écrivait-il dans Moïse et le monothéisme , nous retrouvons le phénomène mental que nous avons appelé « croyance en la toute-puissance des pensées ». Il s'agit là, à notre avis, d'une suresti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-culture-et-civilisation/#i_248

ENCADREMENT DES ŒUVRES, histoire de l'art occidental

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 364 mots

Dans le chapitre « Origines et significations premières de l'encadrement des œuvres d'art »  : […] En 1435, Leon Battista Alberti définit, dans le traité Della Pittura , la peinture comme une fenêtre dont il est nécessaire de tracer d'abord le cadre. La bordure fonctionne dès l'origine, dans cette première théorisation du genre pictural, comme un signal qui indique au spectateur qu'il se trouve non pas face au réel, mais devant une œuvre née de la mimésis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encadrement-des-oeuvres-histoire-de-l-art-occidental/#i_248

ÉPHÉMÈRE, arts

  • Écrit par 
  • Véronique GOUDINOUX
  •  • 2 192 mots

Dans le chapitre « Le contraire de l'éternel »  : […] Il n'existe pas, dans le domaine de l'art, de théories spécifiques de l'éphémère. Le mot lui-même renvoie seulement, avant le xix e  siècle, à la fièvre « qui ne dure qu'un jour » et à l'insecte ailé qui meurt quelques heures après sa naissance. Pourtant, l'idée selon laquelle l'art ancien ferait de l'éternité ou de l'immortalité son unique horizo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ephemere-arts/#i_248

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 893 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] À l'idée – propre à l'époque romane – d'un déchiffrement de la Nature, tenu pour seul susceptible de restituer aux apparences leur armature secrète, l'esprit de l'art gothique avait opposé le primat de l'observation des réalités physiques ; mais le débat essentiel, celui du fonctionnel et de l'ornemental, témoignait, vers la fin du Moyen Âge, du caractère second, ancillaire, de l'art comme tel, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-histoire/#i_248

FILARÈTE (1400 env.-env. 1469)

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 1 212 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le théoricien de « Sforzinda » »  : […] Ce plan – si les apports des siècles ne permettent plus de le discerner avec précision dans le monument actuel – nous est bien connu grâce à la description qu'en fait l'artiste lui-même dans un des livres de son Trattato di architettura . En effet, cet ouvrage fameux n'est pas seulement une étude théorique, il fourmille aussi de réminiscences personnelles. C'est durant son sé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/filarete/#i_248

HISTORICISME, art

  • Écrit par 
  • Hubert DAMISCH
  •  • 4 672 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Remplois, renaissances, renouveaux »  : […] Pour se limiter au champ de production occidental, on observera que le remploi, sous l'espèce la plus matérielle, d'éléments constructifs ou décoratifs prélevés sur des monuments ou sur des ruines antiques a été de pratique courante dès les débuts de l'ère chrétienne : l'architecture paléo-chrétienne offre de nombreux exemples d'insertion de supports, chapiteaux et marbres romains – transportés s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/historicisme-art/#i_248

MASACCIO (1401-env. 1429)

  • Écrit par 
  • Giovanni PREVITALI
  •  • 3 290 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Florence, l'humanisme et les « hommes nouveaux » »  : […] Tommaso di Ser Giovanni di Mone Cassai, dit Masaccio, est né à Castel San Giovanni in Altura (aujourd'hui San Giovanni Valdarno, près de Florence). Il est mort à Rome à une date qui est certainement antérieure de peu à novembre 1429. Il est le célèbre auteur d'une partie des fresques de la chapelle du cardinal Brancacci dans l'église de Santa Maria del Carmine à Florence , qui sont considérées com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/masaccio/#i_248

MONUMENT

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN, 
  • Alice THOMINE
  •  • 1 987 mots

Dans le chapitre « Les monuments de l'Antiquité »  : […] À l'intersection de l'art public et de la mémoire politique, le monument semble avoir toujours existé. Il se confond avec l'architecture funéraire de l'Égypte antique, ou avec l'architecture publique propre à la cité grecque. Cette double dimension traverse les écrits des historiens de l'Antiquité, Thucydide ou Pausanias, lequel, dans sa Périégèse de la Grèce (seconde moitié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monument/#i_248

ORDRES, architecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MIGNOT, 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 13 398 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le langage des ordres : rhétorique et symbolique »  : […] Outil plastique, à la fois structural et ornemental, l'ordre est redevenu l'un des fondements du langage architectural. Certaines ordonnances dérivent directement des ordonnances antiques : portiques à la manière des frontispices de temples comme le Panthéon (chapelle de la villa Maser, villas Rotonda et Malcontenta, façade sur cour de la chapelle de la Sorbonne), ou ordres adossés à des arcades […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordres-architecture/#i_248

PAYSAGE, peinture

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI
  •  • 6 547 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Complexité d'un genre »  : […] Le paysage présente un certain nombre de paradoxes. Premier paradoxe : bien que se trouvant diamétralement opposé aux formes artistiques consacrées au culte religieux (qui sont généralement anthropomorphes), le paysage a réussi dans de nombreux cas à rendre, mieux que toute autre forme d'art, le sentiment religieux, fait à la fois de terreur et d'humilité, expression d'une culture empreinte de sce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paysage-peinture/#i_248

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les artistes et la physiognomonie »  : […] La physiognomonie s'est constituée à l'origine en dehors de tout rapport avec les arts plastiques. Mais à partir du moment où les auteurs décidèrent d'illustrer leurs traités, ils devinrent étroitement tributaires des artistes. Certaines des têtes de Cocles et d'Indagine sont manifestement tirées de tableaux et de gravures. Della Porta a reproduit des bustes antiques et des portraits modernes (Pic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiognomonie/#i_248

PROPORTION

  • Écrit par 
  • Philippe BOUDON, 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 8 241 mots

Dans le chapitre « La proportion architecturale analogique des proportions mathématique et musicale »  : […] Pour Vitruve, premier théoricien de l'architecture, celle-ci est une science. Certes la pensée de Vitruve est éloignée du statut scientifique que l'épistémologie moderne confère aux diverses sciences ; déjà Newton s'étonnait de l'incompréhension totale qu'il avait du discours de Vitruve et pensait que tous les mots que celui-ci utilisait avaient changé de sens (P. Schoffield). Aussi la lecture de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proportion/#i_248

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Architecture »  : […] L'architecture, qui est liée à la peinture (l'architecte fait souvent son apprentissage comme peintre), pose des problèmes encore plus spécifiques qu'elle et possède une chronologie autonome. Ainsi, la perspective architectonique, en tant que telle, ne connut sa première application que tardivement, dans le chœur en perspective feinte de San Satiro à Milan, œuvre de Bramante. L'imitation de l'Anti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_248

URBANISME - Théories et réalisations

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY
  •  • 9 915 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les traités d'architecture et l'art urbain »  : […] Dans le cadre de la révolution culturelle du Quattrocento, L. B. Alberti fait, pour la première fois, de l' édification une discipline libérale, théorique et autonome. Loin d'être limitée à la construction de bâtiments, elle a pour fin de concevoir, de structurer et d'édifier l'ensemble du cadre de vie des humains, depuis le paysage rural, les routes et les ports jusqu'à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/urbanisme-theories-et-realisations/#i_248

VITRUVE (Ier s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre GROS
  •  • 4 172 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fortune du « De architectura » pendant la Renaissance »  : […] Les nombreux manuscrits – plus de cent ont été recensés à ce jour –, qui s'échelonnent du ix e au xiv e  siècle, prouvent largement que l'ouvrage n'était pas inconnu des érudits médiévaux. L'exhumation d'un Vitruve complet des archives de la bibliothèque de Saint-Gall pendan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitruve/#i_248

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédérique LEMERLE, « ALBERTI LEON BATTISTA - (1404-1472) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-battista-alberti/