CALVIN JEAN (1509-1564)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lutte sur deux fronts

Au cours des années (1541-1564) que Calvin a consacrées à Genève, il n'a guère connu que des luttes. Son labeur était considérable. Il assurait chaque jour une prédication à la cathédrale Saint-Pierre, plus un enseignement théologique. Peu à peu, par ses écrits, il donnait une structure à la doctrine de la Réforme, en précisait les données. Sa correspondance, plus de quatre mille lettres, nous le montre s'adressant aussi bien aux princes qu'aux persécutés, aux grands qu'aux humbles. Son combat se livrait sur deux fronts, celui des mœurs et celui de la doctrine. Plaque tournante de l'Europe, entre l'Italie, la France et l'Allemagne, Genève était une ville commerçante et ouverte, aimant le plaisir et la vie facile. Calvin s'efforça de tempérer cet épicurisme. Il trouva en face de lui les représentants des grandes familles genevoises, qui s'insurgeaient contre les rigueurs de « ce Français » et voulaient continuer à banqueter, à danser et à s'amuser malgré les Ordonnances. Un jour, le conflit s'aggrava. Deux procès étaient en cours, l'un contre Laurent Meigret, réfugié français, ami de Calvin, l'autre contre Ami Perrin, ambassadeur auprès du roi de France, qui était, avec toute sa famille, très opposé à Calvin. Le peuple de Genève prenait parti pour l'un ou pour l'autre et l'on était prêt à en venir aux mains. Le 16 décembre 1547, le Conseil des Deux-Cents tint une séance mouvementée. Malgré les avertissements, les protestations et les menaces, Calvin se rendit jusqu'à la salle des séances et réussit à apaiser le tumulte. « Tout faible et craintif que je suis, rappelait-il à la fin de sa vie, je fus néanmoins contraint pour rompre et apaiser les combats à la mort de mettre en danger ma vie et de me jeter tout au travers des coups. »

Sur le terrain de la doctrine, la lutte ne fut pas moins violente. Calvin était obligé d'admonester les timides, les « moyenneurs », les Nicodémites, comme on les appelait par allusion à Nicodème, le docteur de la Loi, venu voir Jésus de nuit par manque de courage. Il fallait sortir de l'humanisme, des compromis pour prendre en faveur de l'Évangile et en face des persécutions qui se déchaînaient une position courageuse. C'est alors qu'il écrivit son Excuse de Jean Calvin à Messieurs les Nicodémites sur la complainte qu'ils font de sa trop grande rigueur. Il lutta aussi contre les anabaptistes, contre les libertins, par où il faut entendre non les débauchés, mais les ultraspiritualistes qui prétendaient à des illuminations directes. Deux de ces libertins, Quintin et Pocque, appartenaient à la cour de Marguerite de Navarre. Celle-ci se plaignit de ces attaques et Calvin lui écrivit une très belle lettre, à la fois digne et respectueuse, où il dit en particulier : « Un chien aboie s'il voit qu'on assaille son maître ; je serais bien lâche si, en voyant la vérité de Dieu ainsi assaillie, je faisais du muet sans sonner mot. »

Il combattit aussi ceux qui s'opposaient à sa doctrine. Un ancien carme, devenu médecin, Jérôme Bolsec, s'éleva contre la prédestination à laquelle un pasteur avait fait allusion. Calvin lui répondit dans L'Élection éternelle de Dieu qui résume sa position. Bolsec fut banni de Genève et se vengea en publiant quelques années plus tard (1577) son Histoire de la vie, mœurs, actes, doctrines, constance et mort de Jean Calvin, qui est un ramassis de calomnies. Après avoir servi quelque temps d'arsenal aux polémistes catholiques, ce livre, réfuté point par point, n'est plus pris en considération.

L'affaire Servet. La lutte la plus rude fut celle qui opposa Calvin à Michel Servet. Né à Villeneuve en Aragon, en 1511, Servet commença ses études à quatorze ans à Toulouse. Esprit précoce et génial, il voyage beaucoup et publie en 1531 un petit livre sur Les Erreurs de la Trinité où il nie la doctrine traditionnelle. En 1534, Calvin essaie de le rencontrer à Paris, pour le ramener à la vérité, mais il ne vient pas au rendez-vous. Une correspondance théologique s'établit entre les deux hommes. En 1553, Servet publie sa Restitution chrétienne, dont le titre même marque l'intention de répliquer à l'Institution chrétienne. Les idées de Servet sont panthéistes. Son livre contient beaucoup de nouveautés, en particulier un exposé sur la circulation du sang qui devance d'un siècle la découverte de Harvey. T [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Jean Calvin

Jean Calvin
Crédits : Imagno/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : doyen honoraire de la faculté de théologie protestante de Montpellier
  • : pasteur, président du journal Réforme

Classification

Autres références

«  CALVIN JEAN (1509-1564)  » est également traité dans :

INSTITUTION DE LA RELIGION CHRÉTIENNE, Jean Calvin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marianne CARBONNIER-BURKARD
  •  • 959 mots
  •  • 2 médias

Le nombre des éditions de l'Institution de la religion chrétienne témoigne du succès de l'ouvrage, dès sa sortie en 1536 : vingt éditions en latin et dix-sept en français, jusqu'à la fin du siècle, outre une bonne vingtaine d'éditions en d'autres langues. Ce manuel, devenu la somme de la théologie […] Lire la suite

ARMINIANISME

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 858 mots

Dans le chapitre « La contestation de la prédestination calviniste »  : […] Dans la lignée d'Augustin, les réformateurs rendirent le salut de l'être humain indépendant de ses mérites propres. De formation juridique, Calvin élabora la doctrine de la prédestination, décret « éternel et inviolable de Dieu ». Comme prédicateur, il insista sur la grâce de Dieu, mais, dans son ouvrage l'Institution de la religion chrétienne , il donna une formulation plus rigide : « Nous appelo […] Lire la suite

BÈZE THÉODORE DE (1519-1605)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 504 mots

Successeur de Calvin et guide des huguenots lors des guerres de religion. Fils d'un bailli bourguignon, Théodore de Bèze mène d'abord, après des études juridiques à Orléans et à Paris, une vie de dilettante et de poète. Sa conversion et sa fuite à Genève (1548) lui permettent de jouer, pendant quinze ans, un rôle considérable dans le monde protestant français. Jusqu'en 1558, il enseigne le grec à […] Lire la suite

CALVINISME

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 4 228 mots
  •  • 1 média

Le calvinisme est une doctrine de la gloire de Dieu. « À Dieu seul la gloire », telle est sa devise. Avec une ferveur obstinée, Calvin rappelle sans cesse que Dieu est le Maître tout-puissant du monde et des personnes, et que nos destinées sont entièrement dans sa main. Dans la foi et dans l'obéissance, l'homme reçoit de Dieu, jour après jour, les vocations qui le conduisent. Par un étrange parado […] Lire la suite

CASTELLION SÉBASTIEN (1515-1563)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 680 mots

Il existe à la racine du protestantisme une revendication de liberté qui doit sa radicalité et ses limites à l'essor du libre-échange et à la première modernité du capitalisme. Sébastien Castellion appartient à l'aile radicale en ce qu'il privilégie les options individuelles et fait de la liberté de conscience la condition sine qua non de l'humanisme. La tradition vaudoise s'était perpétuée dans l […] Lire la suite

CHORAL

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY
  •  • 2 554 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le cantique et son histoire »  : […] Le Choralgesang , dont on a fait « choral » par abréviation, n'était d'abord que synonyme de gregorianischer Gesang , ou plain-chant à l'unisson. Lorsque Luther, voulant associer davantage le peuple au chant liturgique, entreprit de faire créer un répertoire de cantiques strophiques et syllabiques en langue allemande, il prit d'abord modèle sur le plain-chant qu'il adapta librement : c'est ainsi […] Lire la suite

CULTE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 952 mots

Une consigne de Calvin, directement inspirée de saint Paul, suggère ce que peut être le culte comme éthos , comme comportement global : il faut, dit Calvin, que l'existence entière soit un hommage à la gloire de Dieu. Le culte est dans la vie autant que la vie dans le culte : il l'est même davantage, quand la consigne est donnée par la forme la moins cérémonielle du christianisme, c'est-à-dire par […] Lire la suite

EUCHARISTIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JOSSUA
  •  • 7 101 mots

Dans le chapitre « Les questions de la Réforme »  : […] Dans les pages qui précèdent, les réclamations des réformateurs du xvi e  siècle ont été dans une certaine mesure entendues. Il est certain aussi que l'admirable tradition liturgique orthodoxe aurait à faire valoir plus d'un point de vue complémentaire, en particulier par sa doctrine de l'Esprit-Saint. Il faut cependant donner priorité au rappel de deux débats qui ont divisé les confessions chréti […] Lire la suite

FAREL GUILLAUME (1489-1565)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 264 mots

Réformateur de la Suisse romande. Gentilhomme dauphinois cultivé, courageux et impulsif, disciple de Lefèvre d'Étaples et membre du groupe de Meaux, professeur de grammaire et de philosophie au collège parisien du Cardinal-Lemoine, dont il devient ensuite régent, Guillaume Farel rompt avec le catholicisme dès 1521. Mais la violence de son langage et son impétuosité lui valent partout des ennemis. […] Lire la suite

GENÈVE

  • Écrit par 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Patrick PIGEON
  • , Universalis
  •  • 4 565 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La Réforme et l'indépendance genevoise (1533-1603) »  : […] Le 21 mai 1536, le Conseil général des habitants décide d'abolir l'autorité épiscopale pour vivre selon la parole de Dieu. Les premiers prédicateurs réformés, les Dauphinois Guillaume Farel et Antoine Froment, retiennent dans la cité Calvin, qui y demeure de 1536 à 1539 . Sa rigueur et son austérité suscitent contre lui l'opposition des « libertins » qui obtiennent son renvoi, mais il revient défi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean CADIER, André DUMAS, « CALVIN JEAN - (1509-1564) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-calvin/