BÈZE THÉODORE DE (1519-1605)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Successeur de Calvin et guide des huguenots lors des guerres de religion. Fils d'un bailli bourguignon, Théodore de Bèze mène d'abord, après des études juridiques à Orléans et à Paris, une vie de dilettante et de poète. Sa conversion et sa fuite à Genève (1548) lui permettent de jouer, pendant quinze ans, un rôle considérable dans le monde protestant français. Jusqu'en 1558, il enseigne le grec à l'Académie de Lausanne et soutient Calvin dans sa lutte contre Bolsec et Servet. Il compose une traduction des Psaumes et le drame Abraham sacrifiant, qui se révèlent tous deux de grands succès.

Doué d'une remarquable intelligence politique, il se voit chargé de nombreuses missions délicates, dont trois voyages en Allemagne : pour obtenir un soutien des luthériens au profit des coreligionnaires persécutés, il minimise les divergences relatives à la Cène, ce qui l'éloigne des réformés suisses. En 1559, il devient recteur de l'Académie genevoise, mais il se consacre davantage aux huguenots dont il apparaît comme le chef spirituel. Par crainte d'une Réforme par en bas et de déviations doctrinales, il favorise la politisation des Églises réformées françaises et encourage les intrigues des grands qui sont acquis à la Réforme.

Théodore de Bèze dirige la délégation protestante au colloque de Poissy (1561) et, pendant la première guerre de religion, il est l'aumônier et le trésorier de l'armée de Condé. En 1571, il préside le synode de La Rochelle et, après la Saint-Barthélemy, il lance un appel à la résistance contre la tyrannie (De iure magistratum). Mais, depuis qu'il a pris la succession de Calvin à Genève comme modérateur de la Compagnie des pasteurs (1564), son rayonnement diminue en France. Il dirige avec sagesse l'Église de Genève et joue un rôle de conciliation dans la politique et la vie ecclésiastique de cette [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur d'histoire de l'Alsace à l'université de Strasbourg-II

Classification


Autres références

«  BÈZE THÉODORE DE (1519-1605)  » est également traité dans :

CALVIN JEAN (1509-1564)

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 5 315 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La formation des ministres »  : […] Après le procès de Servet, les luttes se calmèrent et Calvin put se consacrer à une œuvre qui lui tenait à cœur, la fondation de l'Académie de Genève (1559). Un collège avait été créé en 1541, mais Calvin voulait organiser un enseignement supérieur, pour la formation des pasteurs réclamés de toutes parts, en France et ailleurs, et aussi pour celle de l'élite. Plusieurs professeurs qui avaient dû […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-calvin/#i_11277

CALVINISME

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 4 227 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Controverse sur la grâce »  : […] Cette considération appelle un rapide examen des grandes lignes de l'histoire du calvinisme. Au lendemain de la mort de Calvin, sa tâche fut continuée par celui qui était depuis plusieurs années son collaborateur et son ami, Théodore de Bèze. Ce dernier affermit à Genève l'œuvre commencée, et ses écrits théologiques sont très importants. Il fut au colloque de Poissy, en 1561, le chef de la déléga […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calvinisme/#i_11277

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Art épistolaire et débat d'idées »  : […] Le premier théoricien moderne de l'art épistolaire fut Érasme, avec son De conscribendis epistolis (1522). Face aux nomenclatures fixes des Formulaires médiévaux, il affirme que les lettres peuvent traiter toutes sortes de sujets et adapter leurs formes et formules en conséquence. Cependant, il maintient une rhétorique de la monovalence : un sujet, un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire/#i_11277

RELIGIEUSE CHRÉTIENNE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques PORTE, 
  • Edith WEBER
  •  • 6 047 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le psautier huguenot »  : […] Le psautier huguenot comporte principalement les paraphrases rimées et strophiques, en langue française, des Cent Cinquante Psaumes de David (Ancien Testament) mises en musique à une et plusieurs voix, au xvi e  siècle, à l'usage du culte calviniste (réformé) en France, en Alsace (à Strasbourg, lors du séjour de Jean Calvi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-religieuse-chretienne/#i_11277

Pour citer l’article

Bernard VOGLER, « BÈZE THÉODORE DE - (1519-1605) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-de-beze/