HUGUENOTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Désignant les calvinistes français, le vocable « huguenot » est doublement d'origine genevoise, puisqu'il est apparu dans cette ville dans les années 1520-1525 par une double dérivation-altération du mot allemand Eidgenossen (les compagnons du serment, désignant les confédérés suisses) et du prénom personnel Hugues synthétisés en « eignots ». À Genève, en effet, le parti de l'indépendance hostile au duc de Savoie est dirigé, en attendant Calvin, par Hugues Besançon. Vers 1530-1535, le mot huguenot est déjà entré en France dans le langage courant : on sait que Guillaume Farel établit le protestantisme à Genève et que Calvin, en route vers Strasbourg, s'installe dans la ville en 1536. Ce sobriquet a d'emblée — comme celui de papiste — une signification péjorative. Pourtant, Castelnau, dans ses Mémoires parus en 1659, donne une autre origine. Il prétend qu'au moment de la conjuration d'Amboise en 1560, l'affaire ayant échoué, les femmes du pays essayèrent de sauver des fuyards, affirmant « que c'étoient pauvres gens, qui ne valoient pas des huguenots, qui estoient une fort petite monnoie, encore pis que des mailles, du temps de Hugues Capet ». Fausse ou non, cette étymologie ne fait que souligner le sens sarcastique qui s'attache à ce mot. Par un renversement de sens, fréquent en histoire, le terme huguenot a été pris par les protestants français dans un sens de supériorité.

—  Jean MEYER

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes

Classification


Autres références

«  HUGUENOTS  » est également traité dans :

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 28 369 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'implantation coloniale »  : […] Désormais, l'expansion territoriale et démographique de la population blanche ne cesse plus. Elle s'effectue violemment, par la dépossession et l'assujettissement des populations khoisans puis bantoues. Les Hollandais sont rapidement rejoints par des esclaves amenés d'Indonésie et qui, au milieu du xviii e  siècle, sont plus nombreux que les Euro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-d-afrique-du-sud/#i_13463

AMBOISE CONJURATION D' (1560)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 524 mots

Les protestants français ont accueilli avec soulagement la mort d'Henri II en 1559. Mais les Guise conservent la suprématie politique, et la situation ne s'améliore pas, comme le prouvent l'exécution du conseiller Anne Du Bourg en 1559 et, la même année, la déclaration de Villers-Cotterêts. Or le groupe protestant a rapidement évolué depuis le milieu du siècle. Il a été rejoint par un nombre impor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conjuration-d-amboise/#i_13463

NOUVEAU MONDE CHRONIQUES DU

  • Écrit par 
  • Jacques LAFAYE, 
  • Itamar OLIVARES
  •  • 3 658 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Portugais et Français au Brésil »  : […] Le Brésil, devenu possession portugaise par le traité de Tordesillas (1494), fut connu des Européens grâce à la plume de missionnaires, d'explorateurs et de colonisateurs. Les jésuites, particulièrement actifs dans l' évangélisation de ce pays, ont été les premiers à consigner leur action missionnaire. Le P. Manuel de Nobrega dans ses Lettres du Brésil (1549-1560) donne un t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chroniques-du-nouveau-monde/#i_13463

BÈZE THÉODORE DE (1519-1605)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 504 mots

Successeur de Calvin et guide des huguenots lors des guerres de religion. Fils d'un bailli bourguignon, Théodore de Bèze mène d'abord, après des études juridiques à Orléans et à Paris, une vie de dilettante et de poète. Sa conversion et sa fuite à Genève (1548) lui permettent de jouer, pendant quinze ans, un rôle considérable dans le monde protestant français. Jusqu'en 1558, il enseigne le grec à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-de-beze/#i_13463

CAMISARDS

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 683 mots

Nom donné aux calvinistes cévenols révoltés à la fin du règne de Louis XIV et qui vient du patois languedocien camiso , chemise, parce qu'ils portaient, dans leurs opérations nocturnes, une chemise blanche sur leurs vêtements pour se reconnaître entre eux. Alors qu'ils paraissaient résignés à abjurer, l'édit de révocation de Fontainebleau (1685) attise leur résistance. Le con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/camisards/#i_13463

MIGRATIONS

  • Écrit par 
  • Paul-André ROSENTAL
  •  • 9 610 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Religion et migrations »  : […] Une autre force politique, la religion, à une époque où elle est partie prenante de l'organisation des États et des sociétés, a également exercé un effet déterminant sur l'intensité et l'orientation des flux migratoires. Les routes des pèlerinages sont la traduction physique de son influence. À la fin du Moyen Âge, des centaines de milliers de pèlerins de toute la chrétienté et de tous les milieux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/migrations/#i_13463

PROTESTANTISME FRANÇAIS, ANCIEN RÉGIME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 296 mots

1525 Dispersion du Cénacle de Meaux, représentant de l'évangélisme français. 1534 Affaire des Placards. La politique royale, longtemps hésitante, s'engage vers la répression des « luthériens ». 1559 Le premier synode national des Églises réformées se réunit clandestinement à Paris et adopte une doctrine et une disc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protestantisme-francais-ancien-regime-reperes-chronologiques/#i_13463

RELIGION GUERRES DE

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 4 619 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Catholiques et protestants en France »  : […] Au cours des guerres de religion de la seconde moitié du xvi e  siècle, gueux et réformés français s'entraidèrent souvent, la France étant, elle aussi, désolée par les troubles intérieures. Dans le royaume, les conflits armés commencèrent officiellement avec le massacre, par les gens de François de Guise, de soixante-quatorze protestants qui assis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerres-de-religion/#i_13463

RÉVOCATION DE L'ÉDIT DE NANTES (1685)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 1 002 mots

L'édit de Nantes (1598) avait établi, pour la première fois dans un grand État européen, la tolérance religieuse. L'édit de grâce d'Alès (1629) retirait aux protestants leurs garanties politiques ; ils demeurèrent cependant loyaux durant la Fronde. Louis XIV considéra que cette présence de sujets étrangers à l'Église, assez nombreux dans le Midi et dans l'Ouest, nuisait à la grandeur du royaume ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revocation-de-l-edit-de-nantes/#i_13463

SAXE-ANHALT

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT
  •  • 1 486 mots
  •  • 3 médias

Avec une superficie de 20 452 kilomètres carrés et 2,23 millions d'habitants en 2017, le Land de Saxe-Anhalt (en allemand Sachsen-Anhalt), dont la capitale est Magdebourg, compte parmi les plus petits Länder d'Allemagne . Le Land appartient aux régions d’Allemagne centrale caractérisées par leurs paysages naturels de moyennes montagnes, de collines et de vallées encaissées ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saxe-anhalt/#i_13463

Pour citer l’article

Jean MEYER, « HUGUENOTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/huguenots/