ÉPIQUE THÉÂTRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À partir d'un refus de l'art dramatique traditionnel, Brecht élabore et définit, après l'expérience de ses « pièces didactiques », les principes d'une dramaturgie originale. À la forme dramatique du théâtre qui est action, il substitue la forme épique qui est narration et qui traduit une nouvelle représentation du monde jointe à une nouvelle éthique. Historiquement, le théâtre épique s'inscrit dans les luttes sociales qui suivent la Première Guerre mondiale.

À travers une pratique théâtrale étroitement liée aux combats de la classe ouvrière allemande de 1919 à 1929, le metteur en scène Erwin Piscator en pose les fondements, rejetant d'une part le style expressionniste, soupçonné d'être le reflet des problèmes individuels de l'artiste et d'autre part le naturalisme des années 1890, dépourvu de débouchés pratiques. En rupture avec le psychologisme comme avec la caricature, avec le cri de pitié comme avec la peinture de caractères, le style de jeu qu'il impose est dénué de sentimentalité, dur et direct, concret. Il fait largement appel au mode narratif et prône une pleine utilisation des ressources techniques nouvelles (cinéma, projection, tapis roulant, scène tournante, etc.) en vue de transformer radicalement l'appareil scénique. La « boîte optique » à l'italienne, qui constitue la scène en lieu d'illusion offert au regard du spectateur, éclate ; la fosse d'orchestre est comblée. Piscator avoue ses fins didactiques et politiques. Dans l'intention de « montrer d'abord ce qui doit être dans ce qui est déjà », il fait appel, selon ses besoins, au répertoire moderne ou à l'ancien : ainsi qu'il le soulignera plus tard, « la distinction rigoureuse entre l'épopée et le drame a sa racine dans une application en partie incomplète, en partie fausse de l'esthétique aristotélicienne, dont l'inconsistance est patente, au moins depuis Shakespeare » (1955). Dans cette dramaturgie, néanmoins, l'homme ne perd pas ses caractéristiques, ses sentiments, qui sont montrés sous un autre angle, dans les rapports de l'homme avec la société. « L [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉPIQUE THÉÂTRE  » est également traité dans :

ALLEMAND THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 8 423 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le poids d'une norme esthétique »  : […] Si la politique antifasciste menée à l'Est dans la zone d'occupation soviétique depuis 1945 ne contredit pas foncièrement les choix théâtraux qu'on peut observer à l'Ouest, la création de la R.D.A. en 1949 engage une véritable rupture, à l'heure de la guerre froide. Cette rupture s'exprime moins dans l'organisation matérielle du théâtre – un réseau d'établissements publics ayant son analogue en R. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-allemand/#i_8472

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Le théâtre épique »  : […] Edward Bond incarne la figure anachronique du moraliste qui crie dans le désert. Apprécié bien plus sur le continent (en Allemagne surtout) qu'en Angleterre, il vit terré au fond de la campagne. Ayant débuté comme resident writer au Royal Court Theatre et formé à ce qu'il appelle des « improvisations brechtiennes », Bond a retenu de cet apprentissage la structure à épisodes et le didactisme. Dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_8472

GENRES DRAMATIQUES

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 1 607 mots

Dans le chapitre « Le temps du drame »  : […] De façon plus générale, le xviii e  siècle lutte contre les théories et les systèmes figés. Trop à l'étroit dans les genres déjà existants, les dramaturges inventent une forme nouvelle qu'ils nomment le drame bourgeois, l'apparition du terme « drame » dans le Dictionnaire de l'Académie datant seulement de 1762. Il se fonde sur une opposition conjointe à la tragédie et à la comédie. Dans ses Entr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genres-dramatiques/#i_8472

BRECHT BERTOLT

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 5 503 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La théorie du théâtre épique »  : […] On résistera à la tentation d'enclore le théâtre épique dans un système définitif. Cette théorie historique est elle-même dans l'histoire. Brecht a mis au point progressivement, avec l'aide de ses collaborateurs, les procédés techniques et les moyens scéniques, de caractère anti-illusionniste, qui étayent concrètement cette théorie : les décors suggérés, qui ne sont pas exclusifs d'un réalisme de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bertolt-brecht/#i_8472

BRECHT BERTOLT - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 546 mots

10 février 1898 Naissance à Augsbourg (Souabe). 1914-1918 Première Guerre mondiale. 1917 Commence des études de lettres, puis de médecine, à l'université de Munich. 1918 Découvre le théâtre de Frank Wedekind. Première version de Baal . 1919 Brecht montre des sympathies pour le mouvement spartakiste et la tentative de République des conseils de Bavière. 1920 À Munich, se lie d'amitié avec l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brecht-reperes-chronologiques/#i_8472

DISTANCIATION

  • Écrit par 
  • Jacques POULET
  •  • 351 mots

Le terme « distanciation » (allemand Verfremdung ), par lequel il faut entendre le mouvement fait pour prendre du recul, recouvre dans la théorie et dans la pratique brechtiennes du théâtre épique à la fois un concept de portée philosophique et les techniques mises en œuvre pour produire l'effet d'éloignement ( Verfremdungseffekt ). Héritées pour une part de formes théâtrales plus anciennes (art d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/distanciation/#i_8472

DRAME - Drame moderne

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 6 053 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Troisième paradoxe : la rhapsodie »  : […] Ce travail de déconstruction des structures fondamentales de la pièce de théâtre – fable, conflit, personnage, dialogue – qui semble caractériser notre modernité, s'inscrit-il dans une dialectique optimiste de la reconstruction du drame ? Rien n'est moins sûr. Pourtant, le théâtre de la première moitié du siècle a connu, avec Brecht et Claudel, deux immenses bâtisseurs. Le marxiste et le chrétien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-moderne/#i_8472

L'OPÉRA DE QUAT'SOUS (K. Weill)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 340 mots
  •  • 1 média

Le 31 août 1928, Die Dreigroschenoper ( L'Opéra de quat' sous ), « pièce avec musique » en un prologue et trois actes de Kurt Weill sur un livret de Bertolt Brecht, est créé au Theater am Schiffbauerdamm de Berlin. L'Opéra de quat' sous et Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny , qui suivra deux ans plus tard, représentent, selon Brecht, les « premiers essais de mise en pratique du théât […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-opera-de-quat-sous-k-weill/#i_8472

PISCATOR ERWIN (1893-1966)

  • Écrit par 
  • Pierre GIRAUD
  •  • 1 009 mots

Erwin Piscator est avec Max Reinhardt l'un des grand rénovateurs de la mise en scène théâtrale en Allemagne, particulièrement sous la république de Weimar, où se déroule la partie la plus féconde de sa carrière. Il peut être considéré comme le promoteur du théâtre politique ou « épique » dont il partage la paternité avec Bertolt Brecht. Né près de Wetzlar dans une famille protestante qui compte pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erwin-piscator/#i_8472

SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE

  • Écrit par 
  • Alain PERROUX, 
  • Alain SATGÉ
  •  • 7 224 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le renouveau de l'après-guerre : approches dialectiques, approches idéalistes »  : […] Pour rendre compte du renouveau du spectacle d'opéra dans les années 1950, on invoque souvent pêle-mêle le rôle de metteurs en scène spécialisés dans le théâtre lyrique, comme Wieland Wagner ou Walter Felsenstein, d'hommes de théâtre ou de cinéma, comme Giorgio Strehler ou Luchino Visconti, ou encore de l'exceptionnelle chanteuse-actrice que fut Maria Callas . Ces divers phénomènes ont pourtant de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie-lyrique/#i_8472

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 310 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une dramaturgie de la rupture : Brecht et le théâtre épique »  : […] Adoptant une perspective téléologique qui marque les limites de sa théorie, Peter Szondi conclut à un dépassement de la crise du drame ouverte à l'époque du naturalisme et du symbolisme. Sa lecture des pièces du tournant des xix e et xx e  siècles est orientée par l'horizon d'une forme épique du théâtre qui offrirait une solution à cette crise du drame. Dès lors, toute la Théorie du drame modern […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-dramaturgie/#i_8472

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 027 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Notre temps »  : […] L'âge d'or de la mise en scène touche à sa fin au début des années 1950. Par une sorte de paradoxe, il s'achève avec l'explosion de trois actions révolutionnaires qui vont retentir sur toute cette décennie : le théâtre épique (dramaturgie et scénographie) de Brecht, le Bayreuth de Wieland et Wolfgang Wagner, la mise en scène vilarienne à Avignon et à Chaillot. Trois événements considérables et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-scene/#i_8472

Pour citer l’article

Jacques POULET, « ÉPIQUE THÉÂTRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-epique/