ISMAÉLISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'ismaélisme (ismā‘īliyya) est un rameau majeur du chiisme (shī‘a) qui compte de nombreuses subdivisions. Il est apparu au iie siècle de l'hégire (viiie s.), et l'on sait peu de choses sur le début de son histoire. La période la mieux connue est la période califale des Fatimides (910-1171), pendant laquelle les imām, guides divins de la communauté, dirigèrent un empire qui fut un temps le plus puissant du monde méditerranéen. Mais différents schismes contribuèrent à l'affaiblir. Les nizārites constituèrent, dans le nord de la Perse, un royaume qui allait défier pendant plusieurs siècles la puissance seldjoukide. Simultanément, l'ismaélisme connut un regain de vigueur dans le nord-ouest de l'Inde.

Après des périodes plus obscures, les autorités suprêmes des deux principales communautés ismaéliennes, les Khojas et les Bohras, s'établirent à Bombay (Mumbai). Grâce à la protection britannique, les ismaéliens du sous-continent, issus principalement de castes de marchands, accédèrent à une relative prospérité économique. Modernistes, les communautés furent cependant divisées sur le problème de la partition et, depuis les indépendances, les ismaéliens cherchent à reconstruire leur identité au gré du développement des fondamentalismes religieux.

Histoire du mouvement

Origine et période fatimide

Après la mort du sixième imām chiite Dja‘far al-Ṣādik en 765/148, une querelle de succession éclata entre ses deux fils Ismā‘īl et Mūsā al-Kāṣim. Marqué dès l'origine par une grande diversité, le mouvement des partisans d'Ismā‘īl ou ismaéliens, ne devint actif qu'à la fin du ixe siècle, sous une double forme, qarmate et fatimide. Vers 877-878/264, un certain Ḥamdan Qarmat, fondateur éponyme de la secte, déployait une intense activité dans la région de Kūfa. C'est vers 886 qu'il aurait envoyé Abū Sa‘īd al-Djannābī à al-Aḥsā' et à Ba [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : chargé de cours d'histoire à l'université de Savoie, Chambéry, chercheur associé au Centre d'études de l'Inde et de l'Asie du Sud, Paris
  • : docteur de l'université Al-Azhar, Le Caire (alimiyya), docteur ès lettres, université de Paris-Sorbonne, maître de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  ISMAÉLISME  » est également traité dans :

AGA KHAN III (1877-1957)

  • Écrit par 
  • Mostafa Ibrahim MORGAN
  •  • 400 mots

Fils unique d'Aga khan II, Muḥammad shāh lui succéda à l'âge de huit ans comme imām des ismaéliens. La sympathie probritannique étant assez forte dans la famille, le jeune Aga khan III reçut une éducation typiquement anglaise. Mais c'est grâce à sa mère, appartenant à une grande maison iranienne, qu'il reçut son éducation musulmane. Il put ainsi, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aga-khan-iii/#i_20237

‘AMR

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 228 mots

Mot arabe qui, venant du verbe amara (« commander », « ordonner »), désigne l'impératif en grammaire et le commandement divin dans le Coran et la théologie. Le ‘amr est donc en relation avec la volonté de Dieu, tantôt avec la volonté législatrice (irāda), tantôt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amr/#i_20237

ASSASSINS, secte

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 474 mots

Membres d'une secte musulmane, célèbre par la manière dont elle se faisait un devoir sacré de mettre à mort les ennemis de la Vérité. Les assassins recherchaient, croit-on, l'extase dans la drogue, ce pourquoi on les appelle en arabe ḥashshāshīn ou ḥashīshiyya, nom qui est communément rapporté au mot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assassins-secte/#i_20237

AVICENNE, arabe IBN SĪNĀ (980-1037)

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN
  •  • 8 898 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vie et l'œuvre »  : […] : la constitution de ce que l'on peut désigner comme le corpus ismaélien, c'est-à-dire les œuvres considérables, tant en langue arabe qu'en langue persane, où s'expriment la philosophie et la théosophie de cette branche du shī‘isme que l'on appelle ismaélisme et qui représente par excellence l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avicenne/#i_20237

CAIRE CALIFAT FATIMIDE DU (969-1171)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 212 mots

sa souveraineté sur les villes saintes de Médine et de La Mecque. L'Égypte devient alors le centre d'une active propagande ismaélienne et la Grande Mosquée du Caire, al-Azhar, est le lieu de formation de prédicateurs itinérants envoyés dans tout le monde musulman. Mais, malgré un règne de deux siècles, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/califat-fatimide-du-caire/#i_20237

CALIFAT FATIMIDE DU CAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 339 mots

1036-1094 Règne d'al-Mustansir. Période d'apogée économique du califat, succès de la propagande ismaélienne. La fin du règne est troublée par une grave famine au cours de laquelle périt plus de la moitié des habitants de l'Égypte et par de nombreuses révoltes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/califat-fatimide-du-caire-reperes-chronologiques/#i_20237

DRUZES

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 2 152 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Élaboration d'un système religieux »  : […] nom à la secte : Daraziyya ou Durziyya, d'où Druze. Darazī, poussant à l'extrême les théories dogmatiques de l'ismaélisme, mit l'accent sur la foi ésotérique et sur l'adoration de l'imām (al-Ḥākim), représentant de cette foi, ravalant au second rang la foi exotérique et le Prophète. Darazī trouva quelque appui en Égypte auprès des communautés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/druzes/#i_20237

ÉLÉMENTS THÉORIES DES

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 8 232 mots

Dans le chapitre « La gnose cosmologique de la théosophie ismaélienne »  : […] », le grand dessein de mettre en harmonie la philosophie grecque et la théosophie ismaélienne, tel qu'il inspira son auteur, Nāsir-e Khosraw, s'est dégagé définitivement des interprétations sommaires des historiens antérieurs. Ceux-ci, faute de comprendre la mise en œuvre de la gnose ismaélienne et de son herméneutique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theories-des-elements/#i_20237

IHWĀN AL-ṢAFĀ' (Frères de la pureté)

  • Écrit par 
  • Yves MARQUET
  •  • 1 383 mots

exposé d'ensemble (xe s.) de la doctrine ismaïlienne. Les Iẖwān visent à donner un fondement rationnel et universel à la légitimité exclusive de leurs imams descendants du Prophète, même si, dans un souci d'ésotérisme, ils se gardent de préciser par écrit de quelle lignée d'imams il s'agit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ihwan-al-safa/#i_20237

IMAMITES ou DUODÉCIMAINS

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 565 mots

Tenants d'une secte shī‘ite, également appelés duodécimains. Cette branche est essentiellement représentée par l'islam iranien. Le shī‘isme s'est morcelé, au cours de son histoire, à l'occasion de la succession des imāms. Ainsi, à la mort de Dja‘far al-Sādiq, sixième imām des duodécimains, les partisans de son fils Ismā‘īl soutinrent que leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imamites/#i_20237

ISLAM (La civilisation islamique) - Islam et politique

  • Écrit par 
  • Louis GARDET, 
  • Olivier ROY
  •  • 11 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le pouvoir exécutif : « imāma » suprême ou califat »  : […] reconnue d'imāms. Les zaydites (Yémen) substituèrent l'élection au « testament ». Les ismā‘īliens, dont les vues gnostiques sur imāma et prophétie exercèrent parfois une réelle influence sur l'ensemble de la pensée musulmane, reconnaissent sept imāms historiques, le chiffre sept prenant d'ailleurs valeur de symbole. Ils en prolongent la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-islam-et-politique/#i_20237

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « La philosophie en Iran »  : […] Une première lignée de penseurs peut être isolée et identifiée par leur appartenance au vaste courant de l'ismaélisme. On reconnaîtra ainsi que l'éclosion des traités fatimides a permis une renaissance de la spéculation néo-platonicienne. Nous mentionnerons le plus grand, sans doute, des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-la-philosophie/#i_20237

KARMĀNĪ AL- (mort apr. 1021)

  • Écrit par 
  • Mostafa Ibrahim MORGAN
  •  • 176 mots

Écrivain, philosophe et propagandiste ismaélien, Aḥmad ibn ‘Abd Allāh al-Karmānī, Hamīd al-dīn, surnommé Ḥuǧǧat al-‘Ārifīn, écrivit de nombreux essais de controverse contre les adversaires de l'ismaélisme, et particulièrement les Druzes : il est aussi l'auteur d'un livre théosophique, Rāḥa al-‘Aql ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-karmani/#i_20237

NĀSIR-E KHOSRAW ou NĀSIR-I KHUSRAW (1004-1088)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 245 mots

Né près de Balkh, d'une famille shī‘ite, Nāsir-e Khosraw se convertit, au cours d'un voyage en Égypte fatimide, à l'ismaélisme, dont il devient un ardent propagandiste ; il a décrit de pieux poèmes à tendances didactiques, un « Livre sur le bonheur » (Sa‘ādat-namah), un « Livre de la clarté » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nasir-e-khosraw-nasir-i-khusraw/#i_20237

SEJESTĀNĪ ABŪ YA‘QŪB AL- (Xe s.)

  • Écrit par 
  • Khalifa SOUA
  •  • 281 mots

Penseur et l'un des plus importants écrivains de l'ismā‘īlisme d'Iran, Abū Ya‘qūb Isḥāq ibn Aḥmad al-Sidjzī ou Al-Sejestānī est, d'après le dernier surnom qu'on lui a attribué, originaire de l'antique Sakastana, le territoire des Sakae ou Scythes, au sud de Khoratan, l'actuel Seistan ou Sistan, partagé entre l'Iran et l'Afghanistan ; mais on ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sejestani-abu-ya-qub-al/#i_20237

SOHRAWARDĪ ou SUHRAWARDĪ SHIHĀBODDĪN YAHYĀ (1155-1191)

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET
  •  • 5 030 mots

Dans le chapitre « La sagesse orientale »  : […] traits qu'on retrouve, puissamment exaltés, dans une autre tradition : celle du shī‘isme ismaélien. Le sage est doté des pouvoirs spirituels de l'imām, c'est-à-dire de la personne qui a reçu la charge de « légataire spirituel » du prophète. Dans les âges où la loi religieuse maintient en paix la communauté, l'imām demeure caché : c'est, alors, un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sohrawardi-suhrawardi/#i_20237

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel BOIVIN, Osman YAHIA, « ISMAÉLISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ismaelisme/