ISMAÉLISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les ismaélismes contemporains

Compte tenu de l'histoire de l'ismaélisme, il est préférable de parler des doctrines ismaéliennes plutôt que de la doctrine ismaélienne. On peut néanmoins les répartir en deux grands ensembles : la doctrine ṭayyibite ou bohra, qui est issue de la doctrine fatimide, et la doctrine nizārite, qui présente une situation plus complexe du fait de la diversité des communautés qui s'y rattachent. La continuité entre la doctrine fatimide et la doctrine ṭayyibite est évidente, puisque les Bohras étudient toujours les œuvres des auteurs fatimides comme al-Kirmānī ou al-Qāḍī al-Nu‘mān.

Cela dit, si la doctrine fatimide reste la doctrine officielle des Bohras, le dā‘ī al-muṭlaq détient toujours une autorité absolue sur ses fidèles qui est en tout point calquée sur celle de l'imām caché. En réalité, aucun Bohra ne peut entreprendre quoi que ce soit sans son autorisation. Cette dépendance est scellée par le serment (mithāq) que prête tout fidèle vers l'âge de quinze ans, et qu'il renouvelle chaque année à l'occasion de la fête de Ghadīr Khum. En outre, les Bohras versent sept taxes obligatoires au dā‘ī, auxquelles s'ajoutent des taxes extraordinaires. Bien que les ablutions soient les mêmes que pour les sunnites, les Bohras prient à la manière shī‘ite. Comme pour les autres musulmans du sous-continent indien, le culte des saints tient une place importante dans leur pratique religieuse. Les Bohras célèbrent les principales fêtes musulmanes, sunnites et shī‘ites, et des fêtes spécifiques : ce sont les anniversaires des dā‘īs importants et du dā‘ī en fonction. C'est sans doute parmi les rites de passage que l'indianisation du rituel bohra est la plus apparente.

Chez les nizārites, l'isolement des communautés a favorisé un développement séparé de certains aspects des rites et de la doctrine, marqué par une tendance au syncrétisme plus ou moins accentuée suivant le milieu culturel local. À cet égard, le cas des Khojas est représentatif. Leur littérature religieuse est composée de gināns. Un ginān (du sanscrit jnān [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : chargé de cours d'histoire à l'université de Savoie, Chambéry, chercheur associé au Centre d'études de l'Inde et de l'Asie du Sud, Paris
  • : docteur de l'université Al-Azhar, Le Caire (alimiyya), docteur ès lettres, université de Paris-Sorbonne, maître de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  ISMAÉLISME  » est également traité dans :

AGA KHAN III (1877-1957)

  • Écrit par 
  • Mostafa Ibrahim MORGAN
  •  • 400 mots

Fils unique d'Aga khan II, Muḥammad shāh lui succéda à l'âge de huit ans comme imām des ismaéliens. La sympathie probritannique étant assez forte dans la famille, le jeune Aga khan III reçut une éducation typiquement anglaise. Mais c'est grâce à sa mère, appartenant à une grande maison iranienne, qu'il reçut son éducation musulmane. Il put ainsi, tout jeune, devenir un vrai leader des musulmans de […] Lire la suite

‘AMR

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 228 mots

Mot arabe qui, venant du verbe amara (« commander », « ordonner »), désigne l'impératif en grammaire et le commandement divin dans le Coran et la théologie. Le ‘amr est donc en relation avec la volonté de Dieu, tantôt avec la volonté législatrice ( irāda ), tantôt avec une volonté créatrice qui détermine l'être et le devenir des créatures, la volonté du Décret ( ḳaḍā' ) et de la prédestination ( […] Lire la suite

ASSASSINS, secte

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 474 mots

Membres d'une secte musulmane, célèbre par la manière dont elle se faisait un devoir sacré de mettre à mort les ennemis de la Vérité. Les assassins recherchaient, croit-on, l'extase dans la drogue, ce pourquoi on les appelle en arabe ḥashshāshīn ou ḥashīshiyya , nom qui est communément rapporté au mot ḥashīsh  : herbe séchée, hachisch. Les assassins étaient une branche iranienne des ismā‘īliens qu […] Lire la suite

AVICENNE, arabe IBN SĪNĀ (980-1037)

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN
  •  • 8 898 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vie et l'œuvre »  : […] Avicenne (Abū ‘Alī al-Ḥusayn b. ‘Abd Allāh Ibn Sīnā) est né, au mois d'août 980, près de Boukhara, en Transoxiane, c'est-à-dire à cette extrémité orientale du monde iranien qui, aujourd'hui en dehors des limites politiques de l'État iranien, est souvent désignée comme l'« Iran extérieur ». Quelques coordonnées seront utiles : en Occident latin, la fin du x e siècle et le début du xi e sont plutô […] Lire la suite

CAIRE CALIFAT FATIMIDE DU (969-1171)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 212 mots

En 969, le calife fatimide chiite de Kairouan, al-Mu‘izz, décide de déplacer en Orient la capitale de son empire. Arrivé sur le trône en 953, al-Mu‘izz visait la domination sur l'ensemble de la communauté des croyants ( Umma ). Afin de se rapprocher de Bagdad, le siège du califat abbasside rival, il envoie son général, Djawhar, conquérir l'Égypte par la terre. Il arrive lui-même en Égypte par bate […] Lire la suite

CALIFAT FATIMIDE DU CAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 339 mots

969 Djawhar conquiert l'Égypte pour le compte d'al-Mu‘izz, calife fatimide de Kairouan. Il fonde al-Qāhira (« la Victorieuse », Le Caire). 972 La Grande Mosquée d'al-Azhar, au Caire, est achevée. 973 Arrivée du calife et installation dans la nouvelle ville palatiale du Caire. 1001 Pour la première fois depuis leur installation en Égypte, les Fatimides signent une trêve avec les Byzantins. 1009 […] Lire la suite

DRUZES

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 2 152 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Élaboration d'un système religieux »  : […] L'origine de la secte druze se situe sous le règne du calife fatimide d'Égypte, al-Ḥākim (996-1021) qui, à la fin de sa vie, prétendit être une incarnation divine. Cette idée fut admise par un certain nombre de fidèles, qui se groupèrent autour de l'un de ses vizirs, al-Darazī ; celui-ci a donné son nom à la secte : Daraziyya ou Durziyya, d'où Druze. Darazī, poussant à l'extrême les théories dogm […] Lire la suite

ÉLÉMENTS THÉORIES DES

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 8 234 mots

Dans le chapitre « La gnose cosmologique de la théosophie ismaélienne »  : […] Grâce aux recherches et aux travaux de Henri Corbin depuis la publication, en 1949, de la « Bibliothèque iranienne » et, en 1953, de l'édition princeps du Kitab-e Jāmi'al Hikmatain , le « Livre réunissant les deux sagesses », le grand dessein de mettre en harmonie la philosophie grecque et la théosophie ismaélienne, tel qu'il inspira son auteur, Nāsir-e Khosraw, s'est dégagé définitivement des in […] Lire la suite

IHWĀN AL-ṢAFĀ' (Frères de la pureté)

  • Écrit par 
  • Yves MARQUET
  •  • 1 383 mots

Les épîtres des Iẖwān al-ṣafā’, souvent intitulées en français Encyclopédie des Frères de la pureté , sont en fait le premier exposé d'ensemble ( x e  s.) de la doctrine ismaïlienne. Les Iẖwān visent à donner un fondement rationnel et universel à la légitimité exclusive de leurs imams descendants du Prophète, même si, dans un souci d' ésotérisme, ils se gardent de préciser par écrit de quelle lign […] Lire la suite

IMAMITES ou DUODÉCIMAINS

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 565 mots

Tenants d'une secte shī‘ite, également appelés duodécimains. Cette branche est essentiellement représentée par l'islam iranien. Le shī‘isme s'est morcelé, au cours de son histoire, à l'occasion de la succession des imāms. Ainsi, à la mort de Dja‘far al-Sādiq, sixième imām des duodécimains, les partisans de son fils Ismā‘īl soutinrent que leur candidat avait reçu l'investiture de son père, et qu'il […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel BOIVIN, Osman YAHIA, « ISMAÉLISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ismaelisme/