STRAVINSKI IGOR FEODOROVITCH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le postulat de Stravinski

En 1939, Stravinski se trouvait aux États-Unis où il devait faire une série de cours aux étudiants de l'université de Harvard. La Seconde Guerre mondiale arrivant, il devait, hormis quelques voyages en Europe et notamment en U.R.S.S., où il fut reçu en héros, se fixer sur le Nouveau Continent. Ces cours à l'université de Harvard furent publiés sous le titre de Poétique musicale. Cet ouvrage est très éclairant quant à ses idées musicales et esthétiques ; il nous irrite aussi parfois. L'auteur (d'ailleurs aidé, pour la rédaction française, par Roland-Manuel qui lui a, par surcroît, insufflé quelques-unes des idées les plus originales) y défend des thèses justes avec une outrance qui, quelquefois, incite à les combattre. Cette outrance est manifeste dans l'exposé qui y est fait d'une colossale haine contre Wagner. Or, même mort, Wagner est un ennemi dangereux, car il a lui aussi marqué l'histoire de la musique, et il est vain de le combattre si l'on se refuse à le surpasser. Mais cet acharnement antiwagnérien s'explique fort bien si l'on tient compte des principes qui animent Stravinski. Il pousse à l'extrême ce qu'il a appelé lui-même son « objectivisme » musical, défend le métier de musicien et pourfend la plupart des préjugés romantiques. On lui donnerait difficilement tort. Mais le fond de son argumentation se trouve, en réalité, dans les Chroniques de ma vie (1935). Il est bon de citer intégralement le passage, car il fut souvent déformé : « Je considère la musique, par son essence, impuissante à exprimer quoi que ce soit : un sentiment, une attitude, un état psychologique, un phénomène de la nature, etc. L'expression n'a jamais été la propriété immanente de la musique. La raison d'être de celle-ci n'a jamais été conditionnée par celle-là. Si, comme c'est presque toujours le cas, la musique paraît exprimer quelque chose, ce n'est qu'une illusion et non pas une réalité. C'est simplement un élément additionnel que, par une convention tacite et invétérée, nous lui avons prêté, imposé, comme une étiquette, un protocole, bref, une tenue, et q [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages



Médias de l’article

Igor Stravinski, J.-É. Blanche

Igor Stravinski, J.-É. Blanche
Crédits : Josse/ Leemage/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Stravinski et Diaghilev

Stravinski et Diaghilev
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Œdipus Rex

Œdipus Rex
Crédits : Hulton Getty

photographie





Écrit par :

  • : professeur de composition au Conservatoire national supérieur de musique de Paris

Classification


Autres références

«  STRAVINSKI IGOR FEODOROVITCH (1882-1971)  » est également traité dans :

STRAVINSKI IGOR FEODOROVITCH - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 201 mots

5 juin (ancien style)-17 juin (nouveau style) 1882 Igor Feodorovitch Stravinski (ou Stravinsky) naît à Oranienbaum, près de Saint-Pétersbourg. Son père, Feodor Ignatievitch Stravinski, est chanteur au théâtre Mariinski.25 juin 1910 […] Lire la suite

LE SACRE DU PRINTEMPS (I. Stravinski)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 240 mots

La création du Sacre du printemps, le 29 mai 1913, au théâtre des Champs-Élysées, à Paris, a donné lieu à l'un des plus fameux scandales de l'histoire de la musique, empoignades entre les spectateurs, sifflets et hurlements couvrant la musique. Alors que la comtesse de Pourtalès déplorait qu'on lui manque de respect pou […] Lire la suite

AUDEN WYSTAN HUGH (1907-1973)

  • Écrit par 
  • Laurette VÊZA
  •  • 1 077 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un poète protéen »  : […] Difficile à saisir dans sa mobilité, Auden n'a pas manqué d'être durement attaqué : on ne lui a pas pardonné ses changements d'opinion, ses virevoltes. Aussi souple qu'un Dryden (auquel il ressemble par ce « style moyen » qu'il a adopté et contribué à répandre), sensible aux fluctuations de l'historien, Auden n'entend pas s'abstraire des remous, du chaos qu'elle impose, cependant qu'il refuse de s […] Lire la suite

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 645 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Diaghilev et les Ballets russes »  : […] Fondateur de la revue Le Monde de l'art qui parut de 1898 à 1905, Serge de Diaghilev est un amateur génial et un imprésario avisé. Après avoir organisé une grande exposition, Deux Siècles de peinture et de sculpture russes , il fait connaître à Paris Chaliapine, puis lance en 1909, au théâtre du Châtelet, un programme de Ballets russes dont Marcel Proust parle comme d'une efflorescence prodigieu […] Lire la suite

BÉJART MAURICE JEAN BERGER dit MAURICE (1928-2007)

  • Écrit par 
  • Bérengère ALFORT, 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT
  •  • 1 477 mots

Dans le chapitre « L'appel du large »  : […] Maurice Béjart s'est constamment déplacé, comme s'il cherchait ses repères. Ainsi, en 1950, il est engagé à Stockholm dans la compagnie de Birgit Cullberg. C'est là qu'il monte sa première chorégraphie, L'Oiseau de feu (1950-1951). La partition d'Igor Stravinski avait été créée en 1910 par Michel Fokine pour les Ballets russes de Serge de Diaghilev. Sur la suite pour orchestre, Béjart réglera, e […] Lire la suite

COCTEAU JEAN (1889-1963)

  • Écrit par 
  • Christian DOUMET
  •  • 2 382 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les succès du jeune homme »  : […] Il est des œuvres qui s'édifient loin du public, d'autres qui s'adressent à lui et attendent ses réponses pour rebondir. D'emblée, celle de Cocteau appartient au second genre, celui des « coqueluches » et des enfants maudits. À dix-neuf ans, il est fêté par le tout-Paris. On organise une matinée théâtrale où sont présentées les œuvres du jeune poète. Il n'avoue coquettement que dix-huit ans. Le su […] Lire la suite

Le Sacre du printemps, STRAVINSKI (Igor)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 845 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] «Je n'écris pas de la musique moderne. J'écris seulement de la bonne musique.» Cet aphorisme résume le génie d'Igor Stravinski, profondément russe mais cosmopolite (il sera porteur de passeports russe, français et américain), maître de l'orchestre, du rythme et des timbres. Dans sa démarche néo-classique, il se réfère aussi bien à la musique baroque ( Pulcinella , d'après Pergolèse, 1920) qu'à la […] Lire la suite

LYRISME MUSICAL

  • Écrit par 
  • Étienne SOURIAU
  •  • 2 856 mots
  •  • 2 médias

On appelle lyrique toute forme d'art où l'œuvre exprime d'une manière spontanée et plus ou moins ardente les sentiments personnels de son créateur. Selon Benedetto Croce, dans le Breviario di estetica (1913), l'intuition artistique (c'est-à-dire la vision de l'artiste) serait « toujours lyrique ». Cependant, la tradition esthétique distingue le genre lyrique des autres genres. Selon Schelling, il […] Lire la suite

MESURE, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 4 071 mots

Dans le chapitre « Du classicisme à l'époque actuelle »  : […] La mesure et sa notation n'ont pas subi de changements notoires depuis le début du xvii e  siècle jusqu'au xx e  siècle, ce qui prouve bien sa remarquable adéquation à la pensée musicale européenne des périodes classique et romantique. Le temps musical non mesuré n'y est représenté que par le récitatif d'opéra, qui bien qu'écrit dans le cadre de la mesure est traditionnellement d'interprétation l […] Lire la suite

MONTEUX PIERRE (1875-1964)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 837 mots
  •  • 1 média

Chef d'orchestre français naturalisé américain dont le nom est lié aux grandes créations des Ballets russes de Diaghilev, notamment Petrouchka et Le Sacre du printemps de Stravinski, dont il dirigea la première audition . Né à Paris le 4 avril 1875, il commence l'étude du violon dès l'âge de six ans. Au Conservatoire de Paris, où il entre en 1885, il est l'élève de Jean-Pierre Maurin et Bertheli […] Lire la suite

MUSIQUE CONTEMPORAINE - L'évolution de la musique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Michel CHION, 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 5 037 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le sérialisme »  : […] Après la guerre, les jeunes musiciens éprouvent le besoin fébrile de reconstruire sur des bases solides et durables le système sériel, tel que l'a développé A. Webern , mort accidentellement en 1945, et qui fait figure, à leurs yeux, de modèle, de voie à suivre. Pierre Boulez , Karlheinz Stockhausen , Jean Barraqué, Luciano Berio , Luigi Nono , Bruno Maderna, et, par la suite, Jean-Claude Éloy da […] Lire la suite

MUSIQUES SAVANTES ET MUSIQUES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 6 364 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les citations musicales populaires dans la musique savante »  : […] De tout temps, les compositeurs ont puisé leur inspiration dans les airs populaires. Cependant, lorsqu'un compositeur recourt à des citations musicales populaires, de quelle manière les intègre-t-il ? S'agit-il d'une simple citation, d'un emprunt qui, au fond, ne change rien au mouvement général, à l'écriture ? Le matériau populaire est-il respecté ? Quelle orientation donne-t-il à l'œuvre ? Quel […] Lire la suite

PERCUSSION, musique

  • Écrit par 
  • Jean GAUTHIER, 
  • Sylvio GUALDA, 
  • Paul MÉFANO
  •  • 5 618 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Évolution de la percussion dans l'orchestre occidental »  : […] Certains solistes professionnels de l' improvisation en chant grégorien, au début du Moyen Âge, utilisaient quelques instruments à percussion tels que sistres, tambourins, par exemple, pour accompagner leurs mélodies ; il en est de même pour les trouvères et les troubadours. Toutefois, aux débuts de l'orchestre classique au xvii e  siècle, les compositeurs n'employaient qu'exceptionnellement la pe […] Lire la suite

PIANO

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 4 365 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Musique française et écoles nationales »  : […] Sans ignorer l'apport lisztien, l'école française s'oriente au xix e siècle dans des voies différentes : Alkan choisit la description, Saint-Saëns les lignes dépouillées du classicisme et la virtuosité à l'état pur, Franck transpose au piano la richesse polyphonique de l'orgue en conservant l'écriture cyclique qui lui est chère ( Prélude, choral et fugue ), Chabrier préfère la truculence et l'in […] Lire la suite

POLYPHONIE

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 2 165 mots

Dans le chapitre « La polyphonie classique occidentale »  : […] La polyphonie médiévale est attestée, dans la culture écrite occidentale, depuis le ix e  siècle seulement, et y reste en stagnation pendant près de deux siècles, avant de connaître l'essor extraordinaire qui, à partir de la fin du xi e  siècle, lui donnera des développements sans commune mesure avec ce qui précède. Mentionnée pour la première fois dans un traité carolingien anonyme, l' Enchirias […] Lire la suite

PULCINELLA

  • Écrit par 
  • Valeria TASCA
  •  • 942 mots

Pulcinella est l'un des types de la commedia dell'arte. Apparu au xvii e siècle dans le théâtre napolitain, il devint bientôt célèbre en Europe et se maintint dans le théâtre populaire jusqu'à la fin du xix e siècle. On a cherché depuis le xviii e siècle à conférer des lettres de noblesse à la comédie italienne en la faisant dériver du théâtre latin. Il est impossible aujourd'hui d'admettre ces […] Lire la suite

RAMUZ CHARLES FERDINAND (1878-1947)

  • Écrit par 
  • Henri-François BERCHET
  •  • 1 821 mots

Dans le chapitre « L'homme et l'œuvre se fondent »  : […] Né à Lausanne, Charles Ferdinand Ramuz fait une licence de lettres avant d'enseigner au collège d'Aubonne, dans son canton. L'idée d'une carrière littéraire se fortifie en lui. En 1902, il part pour Paris. Séjour déterminant : il y apprend à être vaudois. Et c'est le retour, auréolé d'une légende de pauvreté, de travail, de solitude qui cède à l'exagération. Juste réaction de sa part comme de cell […] Lire la suite

RYTHME, musique

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 5 566 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La rythmique dans les musiques nouvelles »  : […] Pour comprendre le changement qui s'est opéré dans le travail du rythme au xx e  siècle chez les compositeurs européens, il est nécessaire de jeter un regard en arrière. Au xiv e  siècle, dans les motets isorythmiques de Machaut et de Dufay, le rythme était traité comme un paramètre indépendant, avec une organisation préétablie. Cette conception va disparaître complètement, le rythme étant entière […] Lire la suite

SZYMANOWSKI KAROL (1882-1937)

  • Écrit par 
  • Michel PAZDRO
  •  • 2 905 mots

Dans le chapitre « Le mûrissement »  : […] Les années qui suivent sont celles des recherches et des échecs. Séjournant souvent à Berlin et à Leipzig, Szymanowski découvre l'univers polyphonique et contrapuntique de Max Reger. Fasciné également par les poètes symbolistes allemands comme Dehmel, Bodensted, Bierbaum et Mombert, il commence une série de lieder, s'aventurant ainsi sur un terrain où sa sensibilité et son talent ne sauront pas vr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel PHILIPPOT, « STRAVINSKI IGOR FEODOROVITCH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/igor-feodorovitch-stravinski/