FOKINE MICHEL (1880-1942)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Michel Fokine

Michel Fokine
Crédits : Hulton Getty

photographie

Nijinski

Nijinski
Crédits : E O Hoppe/ Getty Images

photographie


Danseur et chorégraphe russe, né à Saint-Pétersbourg. À l'âge de huit ans, Michel Fokine entre à l'école de ballet du théâtre Marie de Saint-Pétersbourg, où il est l'élève de Gerdt et de Legat. Contrairement à tous les usages, ses études terminées, il est engagé en 1898 comme premier danseur au théâtre Marie ; mais sa vocation est ailleurs, et dès ce moment il suit des cours de chorégraphie avec Johansson.

Promu professeur en 1902, il se révèle comme un pédagogue original et exceptionnel, esquissant déjà dans ses méthodes de travail les réformes qu'il fera triompher plus tard. Dès 1904, Fokine propose au directeur du Théâtre impérial un livret de ballet, qui est refusé ; Fokine n'avait aucune chance de voir son ballet accepté, l'ayant accompagné de ces mots : « La danse doit être expressive, elle ne doit jamais dégénérer en exercices de gymnastique. Elle doit traduire l'état d'âme et les sentiments des acteurs. Elle doit surtout être l'expression de l'époque et du pays évoqués par l'argument. Le ballet ne doit pas consister en numéros, entrées et sorties. Il doit témoigner d'une unité de conception. Au dualisme traditionnel musique-danse doit être substituée l'unité absolue et harmonieuse des trois éléments : musique, peinture et art plastique. »

La rencontre en 1905 d'Isadora Duncan stimule son rôle de réformateur, et il continuera à exprimer ses conceptions dans sa lettre au Times du 6 juillet 1914 et dans les Mémoires d'un maître de ballet.

Dès ses premiers essais chorégraphiques, on pressent son originalité profonde, qu'il s'agisse d'Acis et Galatée (1905), de La Mort du cygne réglée pour Anna Pavlova en 1905, ou du Songe d'une nuit d'été en 1906.

En 1907, La Tapisserie enchantée, ballet qui renoue avec la tradition classique, entre au répertoire du théâtre Marie sous le nom du Pavillon d'Armide. Fokine fait alors ses débuts de chorégraphe sur une scène où Petipa était encore le seul à s'imposer.

C'est en 1909 que Fokine est engagé par Diaghilev comme premier danseur et unique [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FOKINE MICHEL (1880-1942)  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 652 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Marius Petipa »  : […] Salâmmbo en 1910. Que de ballerines alors ! Kchessinskaïa, première danseuse russe à exécuter les trente-deux fouettés, Preobrajenska, Pavlova, fragile dans La Mort du cygne de Mikhaïl Fokine, Tamara Karsavina enfin ! Fokine avec Eunice rêve une fusion des arts et Serge de Diaghilev redonne vie à la danse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballet/#i_5102

DAPHNIS ET CHLOÉ (M. Ravel)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 340 mots
  •  • 1 média

Commande de Serge de Diaghilev pour les Ballets russes, composé entre 1909 et 1912, Daphnis et Chloé, ballet en un acte et trois parties sur un argument de Michel Fokine et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daphnis-et-chloe/#i_5102

KARSAVINA TAMARA PLATONOVNA (1885-1978)

  • Écrit par 
  • Jane PATRIE
  •  • 485 mots
  •  • 1 média

Danseuse russe, née à Saint-Pétersbourg et morte à Beaconsfield, près de Londres. Issue d'une famille d'artistes et d'intellectuels, fille du danseur Platon Karsavine, Tamara Karsavina entre d'abord à l'École du ballet impérial de Saint-Pétersbourg ; elle a comme professeurs, notamment Pavel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tamara-platonovna-karsavina/#i_5102

NIJINSKI VASLAV (1889-1950)

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT
  •  • 2 240 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les années d'apprentissage »  : […] ne s'abandonne pleinement aux rôles et ne se transfigure de façon stupéfiante qu'en scène, au contact du public. En 1908, sous la direction de Fokine, Nijinski incarne tour à tour l'esclave amoureux d'Une nuit d'Égypte (musique d'A. S. Arenski), une œuvre qui sera reprise à Paris en 1909 sous le titre de Cléopâtre, puis le poète romantique de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaslav-nijinski/#i_5102

STRAVINSKI IGOR FEODOROVITCH - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 201 mots

25 juin 1910 L'Oiseau de feu, « conte dansé en deux tableaux d'après le conte national russe, par Michel Fokine », est créé à l'Opéra de Paris (Palais Garnier), par les Ballets russes de Serge de Diaghilev, dans une chorégraphie de Michel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stravinski-reperes-chronologiques/#i_5102

Pour citer l’article

Béatrice MASSIN, « FOKINE MICHEL - (1880-1942) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-fokine/