STRAVINSKI IGOR FEODOROVITCH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Ballets russes et les dangers du succès

À partir de 1910, avec L'Oiseau de feu qui lui a été commandé par Diaghilev, Stravinski est un musicien célèbre. Son succès se confirme avec Petrouchka ; deux ans après, en 1913, Le Sacre du Printemps l'installe au premier plan de l'actualité artistique. Il est dès lors plongé dans la vie parisienne et, aussi, dans la vie mondaine internationale. S'il exerce donc une influence certaine sur les divers mouvements esthétiques qui se manifestent un peu partout, et notamment en France, les milieux qu'il fréquente l'influencent à leur tour. Très schématiquement, on peut affirmer que ces influences réciproques se conjuguent pour exacerber une réaction antiromantique et surtout antiwagnérienne et, simultanément, pour se dégager du debussysme. Un retour à la simplicité, au classicisme est souvent prôné mais, aussi, une réhabilitation des formes saines et spontanées d'une musique qui serait populaire, d'une esthétique de cabaret et de café-concert. De plus, c'est l'époque de la découverte du jazz. Chez Stravinski, la guerre ayant mis un frein à l'activité des Ballets russes, ces tendances se manifestent dans les Pièces faciles pour piano à quatre mains (celles de 1915 et celles de 1917), dans l'Étude pour pianola (1917), le Ragtime et L'Histoire du soldat (1918). Avec cette dernière œuvre, sorte de ballet mimodrame sur un texte de Ramuz, nous assistons à ce qu'on pourrait appeler le « triomphe de la fausse note » : des harmonies assez traditionnelles se trouvent épicées par des notes étrangères, la simplicité feinte dissimule de croustillantes trouvailles rythmiques, et des mélodies à l'aspect populaire déroutent par leurs détours inattendus. C'est une prodigieuse réussite instrumentale où les sonorités les plus originales sont obtenues avec le concours de sept musiciens seulement. Mais, en 1919, les Ballets russes reprennent leur activité et, pour cette reprise, Diaghilev avait demandé à Stravinski d'orchestrer quelques pages de Pergolèse : ce fut Pulcinella. On raconte que Diaghilev aurait protesté violemment en prenant connaissance du début du travail de Stravinski : « Je ne t'ai pas commandé, aurait-il rugi, de mettre des moustaches à la Joconde. » Il est vrai, à certains égards, qu'on peut reprocher à Pulcinella de graves fautes de goût. Mais Stravinski est, de toute évidence, au-delà des notions traditionnelles de bon ou de mauvais goût. Entraîné par un mouvement esthétique dont il est d'ailleurs l'un des promoteurs, Stravinski cède à une tentation qui n'est pas exactement celle de l'ascétisme, de l'austérité musicale. Il est simplement en accord parfait avec des tendances du moment.

Par ailleurs, le succès le force à écrire surtout sur commande. Diaghilev a été son premier et principal mécène. D'autres suivront qui, de plus, l'encourageront à travailler avec des écrivains illustres (Œdipus Rex, 1926-1927, avec Jean Cocteau, Perséphone, 1933-1934, avec André Gide). Avec Gide, Stravinski fut victime d'une véritable incompatibilité d'humeur, et Perséphone n'eut qu'un médiocre succès. De plus, écrire sur commande impose une sérieuse discipline, et Stravinski avait déjà le goût de la discipline. On peut donc émettre l'hypothèse que, par un mécanisme psychologique assez intuitivement explicable, ce qui passe pour de l'austérité et de l'ascétisme n'est que la mise en marche d'un mécanisme mental dans lequel s'allient la lucidité et la nécessité. Lorsque, en 1948, on demandera à Stravinski pourquoi il a écrit une Messe, il répondra : « À mon âge, on ne travaille que pour de l'argent... ou pour Dieu. »

Œdipus Rex

Photographie : Œdipus Rex

Igor Stravinski (1882-1971) dirige, en 1959, un enregistrement de son oratorio Œdipus Rex (1927), composé sur un texte du Français Jean Cocteau, assis à gauche. 

Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Igor Stravinski, J.-É. Blanche

Igor Stravinski, J.-É. Blanche
Crédits : Josse/ Leemage/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Stravinski et Diaghilev

Stravinski et Diaghilev
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Œdipus Rex

Œdipus Rex
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de composition au Conservatoire national supérieur de musique de Paris

Classification

Autres références

«  STRAVINSKI IGOR FEODOROVITCH (1882-1971)  » est également traité dans :

STRAVINSKI IGOR FEODOROVITCH - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 201 mots

5 juin (ancien style)-17 juin (nouveau style) 1882 Igor Feodorovitch Stravinski (ou Stravinsky) naît à Oranienbaum, près de Saint-Pétersbourg. Son père, Feodor Ignatievitch Stravinski, est chanteur au théâtre Mariinski.25 juin 1910 […] Lire la suite

LE SACRE DU PRINTEMPS (I. Stravinski)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 240 mots

La création du Sacre du printemps, le 29 mai 1913, au théâtre des Champs-Élysées, à Paris, a donné lieu à l'un des plus fameux scandales de l'histoire de la musique, empoignades entre les spectateurs, sifflets et hurlements couvrant la musique. Alors que la comtesse de Pourtalès déplorait qu'on lui manque de respect pou […] Lire la suite

AUDEN WYSTAN HUGH (1907-1973)

  • Écrit par 
  • Laurette VÊZA
  •  • 1 078 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un poète protéen »  : […] Difficile à saisir dans sa mobilité, Auden n'a pas manqué d'être durement attaqué : on ne lui a pas pardonné ses changements d'opinion, ses virevoltes. Aussi souple qu'un Dryden (auquel il ressemble par ce « style moyen » qu'il a adopté et contribué à répandre), sensible aux fluctuations de l'historien, Auden n'entend pas s'abstraire des remous, du chaos qu'elle impose, cependant qu'il refuse de s […] Lire la suite

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 654 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Diaghilev et les Ballets russes »  : […] Fondateur de la revue Le Monde de l'art qui parut de 1898 à 1905, Serge de Diaghilev est un amateur génial et un imprésario avisé. Après avoir organisé une grande exposition, Deux Siècles de peinture et de sculpture russes , il fait connaître à Paris Chaliapine, puis lance en 1909, au théâtre du Châtelet, un programme de Ballets russes dont Marcel Proust parle comme d'une efflorescence prodigieu […] Lire la suite

BÉJART MAURICE JEAN BERGER dit MAURICE (1928-2007)

  • Écrit par 
  • Bérengère ALFORT, 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT
  •  • 1 477 mots

Dans le chapitre « L'appel du large »  : […] Maurice Béjart s'est constamment déplacé, comme s'il cherchait ses repères. Ainsi, en 1950, il est engagé à Stockholm dans la compagnie de Birgit Cullberg. C'est là qu'il monte sa première chorégraphie, L'Oiseau de feu (1950-1951). La partition d'Igor Stravinski avait été créée en 1910 par Michel Fokine pour les Ballets russes de Serge de Diaghilev. Sur la suite pour orchestre, Béjart réglera, e […] Lire la suite

COCTEAU JEAN (1889-1963)

  • Écrit par 
  • Christian DOUMET
  •  • 2 384 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les succès du jeune homme »  : […] Il est des œuvres qui s'édifient loin du public, d'autres qui s'adressent à lui et attendent ses réponses pour rebondir. D'emblée, celle de Cocteau appartient au second genre, celui des « coqueluches » et des enfants maudits. À dix-neuf ans, il est fêté par le tout-Paris. On organise une matinée théâtrale où sont présentées les œuvres du jeune poète. Il n'avoue coquettement que dix-huit ans. Le su […] Lire la suite

Le Sacre du printemps, STRAVINSKI (Igor)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 845 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] «Je n'écris pas de la musique moderne. J'écris seulement de la bonne musique.» Cet aphorisme résume le génie d'Igor Stravinski, profondément russe mais cosmopolite (il sera porteur de passeports russe, français et américain), maître de l'orchestre, du rythme et des timbres. Dans sa démarche néo-classique, il se réfère aussi bien à la musique baroque ( Pulcinella , d'après Pergolèse, 1920) qu'à la […] Lire la suite

LYRISME MUSICAL

  • Écrit par 
  • Étienne SOURIAU
  •  • 2 857 mots
  •  • 2 médias

On appelle lyrique toute forme d'art où l'œuvre exprime d'une manière spontanée et plus ou moins ardente les sentiments personnels de son créateur. Selon Benedetto Croce, dans le Breviario di estetica (1913), l'intuition artistique (c'est-à-dire la vision de l'artiste) serait « toujours lyrique ». Cependant, la tradition esthétique distingue le genre lyrique des autres genres. Selon Schelling, il […] Lire la suite

MESURE, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 4 071 mots

Dans le chapitre « Du classicisme à l'époque actuelle »  : […] La mesure et sa notation n'ont pas subi de changements notoires depuis le début du xvii e  siècle jusqu'au xx e  siècle, ce qui prouve bien sa remarquable adéquation à la pensée musicale européenne des périodes classique et romantique. Le temps musical non mesuré n'y est représenté que par le récitatif d'opéra, qui bien qu'écrit dans le cadre de la mesure est traditionnellement d'interprétation l […] Lire la suite

MONTEUX PIERRE (1875-1964)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 838 mots
  •  • 1 média

Chef d'orchestre français naturalisé américain dont le nom est lié aux grandes créations des Ballets russes de Diaghilev, notamment Petrouchka et Le Sacre du printemps de Stravinski, dont il dirigea la première audition . Né à Paris le 4 avril 1875, il commence l'étude du violon dès l'âge de six ans. Au Conservatoire de Paris, où il entre en 1885, il est l'élève de Jean-Pierre Maurin et Bertheli […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel PHILIPPOT, « STRAVINSKI IGOR FEODOROVITCH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/igor-feodorovitch-stravinski/