AUDEN WYSTAN HUGH (1907-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1907, à York (Angleterre), Wystan Hugh Auden joua un rôle de premier plan dans la poésie des années trente, dominant de haut les disciples auxquels on a coutume de l'associer ; Stephen Spender et Louis MacNeice. Très tôt, avant même qu'il eût trente ans, les poètes de sa génération reconnaissaient son influence, saluaient ses innovations, ses audaces dans le domaine prosodique.

Auden et Isherwood

Auden et Isherwood

Photographie

Les poètes britanniques Christopher Isherwood (1904-1986), à gauche, et Wystan Hugh Auden (1907-1973), à droite, lors du départ d'Isherwood pour la Chine, en 1938. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Son évolution

Mû par un sens aigu du réel, il mène d'abord de front ses études scientifiques et sa vocation poétique ; sa carrière présente ainsi une ligne sinueuse, en ce que toute décision se voit sans cesse remise en question. Le poète, selon sa définition même, ne doit-il pas être à la fois « réaliste, romantique, ironique » ?

Sa formation initiale de biologiste devait d'abord laisser des traces de scepticisme profond ; l'affirmation ne l'emporte que plus tard, alors que, devenu conscient de la nécessité du choix qui, toujours, s'impose à tous, et nourri de la pensée de Kierkegaard, il préconise la fusion des trois plans : esthétique, éthique, mystique.

The Sea and the Mirror (1945) constitue le poème clé pour qui veut aborder l'œuvre de l'artiste. Le thème central du conflit entre art et réalité se greffe sur La Tempête de Shakespeare : avec une audace qui traduit à la fois une parfaite connaissance des données shakespeariennes et la volonté d'en contester la portée, Auden parvient à suggérer une vision nouvelle du texte en opposant à la magie de Prospero la lucidité tellurique de Caliban.

Toutefois, il ne s'agit pas là de simple jonglerie métaphysique, ni seulement de virtuosité. Un long cheminement a mené Auden, de Freud et Marx, à une conception de l'existence où se trouve affirmée la valeur de l'amour – Eros ou Agape – selon l'évolution du poète : « Tous les poèmes que j'ai écrits le furent pour célébrer l'amour », nous confie-t-il en 1948, dans l'ouvrage qui contient ses aperçus critiques, The Dyer's Hand and Other Essays.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  AUDEN WYSTAN HUGH (1907-1973)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « La tentation du repli »  : […] Qu'en 1969, dans son étude The Truth of Poetry , le poète anglais Michael Hamburger choisisse Les Fleurs du mal plutôt que Les Feuilles d'herbe comme point de départ de l'aventure moderne en poésie est significatif. Le roman peut bien se confiner dans l'espace étroit d'une société, la poésie, parce qu'elle touche de plus près aux racines vives de la langue, est plus exposée. Aussi n'est-il pas e […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurette VÊZA, « AUDEN WYSTAN HUGH - (1907-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wystan-hugh-auden/