BÉJART MAURICE JEAN BERGER dit MAURICE (1928-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En rendant la danse accessible à un large public par des représentations dans des lieux non conventionnels (palais des sports, stades...), le Français Maurice Béjart a été l'un des danseurs et, surtout, chorégraphes les plus populaires dans le monde. Paradoxalement, il est resté un homme secret attiré par des thèmes proches de la torture mentale comme l'attestent certaines de ces œuvres dont Sonate à trois, créée en 1957 d'après l'infernal Huis Clos de Jean-Paul Sartre. Le mythe Béjart a ses parts d'ombre.

Fils du philosophe français Gaston Berger, Maurice Berger, alias Maurice Béjart, naît à Marseille le 1er janvier 1927. D'abord étudiant en lettres, il choisit ensuite le théâtre avant de se consacrer corps et âme à la danse. Un choix radical, avec les changements de vie qui en découlent. C'est en hommage à la famille Béjart, celle de Molière, qu'il décide de prendre ce pseudonyme lorsqu'il s'engage à devenir danseur. Engagé à l'Opéra de Marseille, Béjart quitte sa ville natale pour Paris, en 1946, afin de parfaire son apprentissage de la danse. Il étudie au célèbre studio Wacker, notamment auprès de Madame Rousanne, de Léo Staats ou Ljoubov Egorova, ancienne danseuse des Ballets russes de Diaghilev. Puis il part suivre l'enseignement de Vera Volkova à Londres. La danse, qui lui avait été conseillée par un médecin, est devenue plus qu'une passion, une vocation. Pourtant, les débuts sont difficiles, mais il travaille d'arrache-pied pour se perfectionner.

L'appel du large

Maurice Béjart s'est constamment déplacé, comme s'il cherchait ses repères. Ainsi, en 1950, il est engagé à Stockholm dans la compagnie de Birgit Cullberg. C'est là qu'il monte sa première chorégraphie, L'Oiseau de feu (1950-1951). La partition d'Igor Stravinski avait été créée en 1910 par Michel Fokine pour les Ballets russes de Serge de Diaghilev. Sur la suite pour orchestre, Béjart réglera, en 1970, une nouvelle version pour l'Opéra de Paris. Fougue juvénile, romantisme révolutionnaire sont les ingrédients tant de la p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BÉJART MAURICE JEAN BERGER dit MAURICE (1928-2007)  » est également traité dans :

SYMPHONIE POUR UN HOMME SEUL (M. Béjart)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS
  •  • 149 mots

Lorsqu'il crée, le 26 juillet 1955, Symphonie pour un homme seul, Maurice Béjart, chorégraphe né à Marseille en 1927, n'est pas encore célèbre. Pourtant, sa pièce fera scandale au théâtre de l'Étoile, à Paris. Le sujet certes est dans l'air du temps, marqué par l'existentialisme et l'expression de la solitude humaine et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symphonie-pour-un-homme-seul-m-bejart/#i_14964

AVIGNON FESTIVAL D' - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 800 mots

1966 Pour la première fois le festival d'Avignon fait place à la danse, avec des chorégraphies de Maurice Béjart (Bacchanale, Boléro, Sonate à trois, Pas de deux-opus 5...) Roger Planchon présente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avignon-reperes-chronologiques/#i_14964

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 652 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Héritage du ballet en France »  : […] Maurice Béjart, ouvert à toutes les cultures, bouscule le ballet par le choix des musiques et des sujets. Symphonie pour un homme seul (1955, musique Pierre Schaeffer et Pierre Henry) lui permet de construire un style personnel. Au Théâtre de la Monnaie, à Bruxelles, où il fonde bientôt les Ballets du xx […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballet/#i_14964

BORTOLUZZI PAOLO (1938-1993)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS
  •  • 919 mots

Décédé à Bruxelles des suites d'une congestion cérébrale dans la nuit du 15 au 16 octobre, le danseur italien Paolo Bortoluzzi avait la faculté rare de pouvoir jouer sur “l'immense octave de la création”, pour rappeler la formule de Paul Claudel. L'un des plus brillants artistes-interprètes de sa génération, virtuose certes, mais pétri d'élégance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paolo-bortoluzzi/#i_14964

CULLBERG BIRGIT RAGNHILD (1908-1999)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS
  •  • 922 mots

résident jusqu'en 1957. L'année 1950 voit également naître une deuxième pièce importante : Medea (musique de Béla Bartók). Cette fois, Cullberg se tourne vers la mythologie, à l'image d'une Martha Graham, et traite avec acuité le thème de la jalousie. Dans le rôle de Jason, on découvre un jeune danseur venu de Marseille et qui a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/birgit-ragnhild-cullberg/#i_14964

DANSE

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT, 
  • Serge JOUHET
  •  • 5 068 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La danse théâtrale »  : […] Maurice Béjart réunit dans un espace, que l'on imagine facilement circulaire et en plein air, un public qu'il invite à célébrer comme un rite le culte religieux, qui n'a d'autre objet que la danse même. Aussi sa chorégraphie du Sacre du printemps substitue-t-elle au caractère sacrificiel de la légende – la danse à mort de l'Élue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/danse/#i_14964

GUILLEM SYLVIE (1965-    )

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Jean-Claude DIÉNIS, 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 689 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'envol d'une étoile »  : […] étapes. Désormais, elle interprète les rôles principaux du répertoire classique. Des créations notoires marquent cette période. Maurice Béjart, déjà profondément séduit par sa personnalité et par la qualité de sa danse, lui confie Mouvement, rythme, étude en 1985 et l'année suivante, Arepo – anagramme d'Opéra –, un ballet plein de caractère, d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sylvie-guillem/#i_14964

HENRY PIERRE (1927-2017)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 374 mots
  •  • 1 média

En 1955 débute une longue et fructueuse collaboration avec Maurice Béjart, concrétisée par le ballet d'après Symphonie pour un homme seul, qui connaît un triomphe, l'adaptation du Concerto des ambiguïtés sous le titre Voyage au cœur d'un enfant et Arcane (1955) : le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-henry/#i_14964

MARIN MAGUY (1951-    )

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 893 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une pionnière de la danse contemporaine »  : […] correspond pas. Elle se tourne alors vers une école pluridisciplinaire, Mudra, que fonde Maurice Béjart et qui va s'ouvrir à Bruxelles. Admise dans la première promotion (1970), elle est particulièrement marquée par l'enseignement de Fernand Schirren (percussions et rythme) et d'Alfons Goris (jeu théâtral). De 1972 à 1976, elle fait partie de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maguy-marin/#i_14964

NIJINSKI VASLAV (1889-1950)

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT
  •  • 2 240 mots
  •  • 1 média

et la personnalité mystique de l'artiste ont suscité l'intérêt de ses émules. En 1972, Maurice Béjart fit de son Nijinsky, clown de Dieu (musique de Piotr Ilitch Tchaïkovski et Pierre Henry), le lieu géométrique d'un triangle danse-femme-Dieu, évoquant le paradis perdu des Ballets russes, la haine de la guerre, la rédemption […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaslav-nijinski/#i_14964

PAN MARTA (1923-2008)

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 1 121 mots

personnelles – Charnière (1952), Le Teck (1956). Cette dernière œuvre inspire à Maurice Béjart un ballet du même nom, sur une musique de Jerry Mulligan, présenté au Festival de l'avant-garde de Marseille en 1956. Cette collaboration se poursuit avec Équilibre (1958-1959), chorégraphie où s'unissent d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marta-pan/#i_14964

PLISSETSKAÏA MAÏA (1925-2015)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une « prima ballerina » rebelle  »  : […] , puis danse en 1975, Le Boléro dans la chorégraphie de Maurice Béjart, ce qui déclenche un nouveau scandale à Moscou. L’année suivante Béjart crée pour elle Isadora (1976). En 1977, Maïa Plissetskaïa coréalise pour la télévision le film Poésie de la danse autour de ces deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maia-plissetskaia/#i_14964

SCHAEFFER (P.) ET HENRY (P.) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 402 mots

26 juillet 1955 Maurice Béjart présente au théâtre de l'Étoile, à Paris, le ballet Symphonie pour un homme seul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/schaeffer-p-et-henry-p-reperes-chronologiques/#i_14964

Pour citer l’article

Bérengère ALFORT, Marie-Françoise CHRISTOUT, « BÉJART MAURICE JEAN BERGER dit MAURICE - (1928-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bejart-maurice-jean-berger-dit-maurice/