HOLLYWOOD

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le déclin du « studio system »

Le studio system dépendait du contrôle de l'exploitation qui, seul, pouvait assurer l'écoulement régulier d'une production de masse, planifiée à long terme selon les genres, les budgets et les stars. En contraignant les studios, au nom de la loi antitrust, à vendre leur parc de salles, la Cour suprême signe en 1948 l'arrêt de mort de ce « système », au moment où l'avènement de la télévision et l'exode des classes moyennes vers les banlieues commencent à affecter sérieusement la fréquentation. Les conséquences sont immédiates : les studios diminuent leur production (elle tombe à 250 films par an dès le milieu des années 1950) et réduisent des trois quarts leur personnel sous contrat : en quelques années, ils abandonnent non seulement l'exploitation, mais aussi l'essentiel de la production à des compagnies indépendantes, pour concentrer leur activité sur le secteur plus sûrement rentable de la distribution. Les films sont désormais produits au coup par coup, le plus souvent hors du studio, et couramment hors des États-Unis, à destination d'un public plus divers, plus jeune et surtout plus rare : il y avait 80 millions de spectateurs hebdomadaires en 1946 ; on n'en compte déjà plus que 50 millions dix ans plus tard. Pour résister à la concurrence du petit écran (dont elles deviennent toutefois le principal fournisseur en réalisant téléfilms, séries et feuilletons pour les networks), les majors développent, en même temps que les budgets de leurs plus gros films, de nouvelles technologies spectaculaires : le Technicolor se généralise et l'écran large s'impose. Avec des succès artistiques et financiers contrastés, la décennie est ainsi jalonnée par la sortie de superproductions : des péplums (Les Dix Commandements, Cecil B. DeMille, 1956 ; Ben-Hur, William Wyler, 1959), mais aussi des films de guerre (Le Pont de la rivière Kwaï, David Lean, 1957) et des films d'aventure (Le Tour du monde en 80 jours, Michael Anderson, 1956).

Soucieux de conquérir et de f [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Cecil B. DeMille et Ernst Lubitsch

Cecil B. DeMille et Ernst Lubitsch
Crédits : John Kobal Foundation/Hulton Getty

photographie

Le Fils du cheik

Le Fils du cheik
Crédits : Hulton Getty

photographie

Harold Lloyd

Harold Lloyd
Crédits : Evening Standard/ Getty Images

photographie

Frank Borzage

Frank Borzage
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur en études cinématographiques, université de Bordeaux-Montaigne
  • : professeur de civilisation américaine à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  HOLLYWOOD  » est également traité dans :

FORBIDDEN HOLLYWOOD (rétrospective)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 204 mots
  •  • 1 média

Présentée à l’Institut Lumière (Lyon) et dans plusieurs salles de cinéma, la rétrospective Forbidden Hollywood (2020) réunit dix films réalisés entre 1930 et 1933, avant que le code de bienséance couramment appelé « code Hays » n’entre en application. Ces films permettent de découvrir des cinéastes oubliés (Clarence Brown, William A. Wellman, Alfred E. Green […] Lire la suite

HOLLYWOOD CLASSIQUE. LE TEMPS DES GÉANTS (P. Berthomieu)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 868 mots

Hollywood n'est pas une entité localisée à Los Angeles et qui imposerait sa façon de voir au reste de l'univers ; Hollywood est un processus qui intègre en un équilibre toujours mouvant les œuvres et les arts, le populaire et le sophistiqué, l'Amérique et le reste de l'univers... Si l'on veut comprendre l'alpha et l'omega de cette distinction et saisir le […] Lire la suite

PREMIERS STUDIOS DE CINÉMA À HOLLYWOOD

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 230 mots
  •  • 1 média

À quelques kilomètres de Los Angeles, ancien pueblo mexicain devenu américain en 1850, Hollywood est d'abord un ranch, « le bois de houx », bientôt vendu en lotissements. En 1903, avec 700 habitants, Hollywood devient une ville. Dès 1909, D. W. Griffith (1875-1948) y tourne pour la Biograph. D […] Lire la suite

AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 6 964 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle génération »  : […] Les Noirs participent activement aux transformations sociales et culturelles qui secouent les États-Unis dans les années 1960 : le mouvement pour les droits civiques conduit par Martin Luther King, l’apparition d’un radicalisme politique avec Malcolm X puis le mouvement des Black Panthers et la doctrine du « retour en Afrique » sont partie prenante de la contre-culture ; l’« agit-prop » mis en pla […] Lire la suite

ALTMAN ROBERT (1925-2006)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 240 mots

Dans le chapitre « Retour à l'écriture chorale »  : […] On croit alors Robert Altman marginalisé par Hollywood. Mais il revient en force en 1992, avec The Player , un film sur Hollywood, justement, qui remporte un grand succès. À travers le conflit entre un scénariste, bientôt entraîné dans une affaire de meurtre, et son producteur, Altman règle ses comptes joyeusement. The Player , même si le scénario, d'une prodigieuse habileté, s'avère plus passionn […] Lire la suite

ANGER KENNETH (1927- )

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 1 164 mots

Kenneth Anger est, avec Andy Warhol, la personnalité la plus connue de l'underground cinématographique américain. Mais contrairement à Warhol, l'auteur de Scorpio Rising ne doit sa notoriété qu'à ses films et à la manière dont il a su articuler des formes de culture populaire (pop music, bande dessinée, fétichisme du cuir...) avec les grandes questions suscitées et débattues par la contre-culture […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Cinéma

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 3 484 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le complexe américain »  : […] L'un des problèmes séculaires du cinéma britannique est sa rivalité complice, sa relation d'amour-haine avec Hollywood. Dès les années 1910, le cinéma américain impressionne le public anglais, phénomène qui s'accentuera avec le parlant, grâce à la langue qui leur est commune, et malgré les efforts des autorités pour favoriser la production nationale par un système de quotas. Durant les années 193 […] Lire la suite

ARBUCKLE ROSCOE (1887-1933)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 598 mots

Comédien et réalisateur américain, Roscoe Arbuckle vit sa brillante carrière interrompue par le premier des grands scandales hollywoodiens. Né le 24 mars 1887 à Smith Center, au Kansas, Roscoe Conkling Arbuckle se produit dès l'âge de dix-douze ans dans des spectacles amateurs, dont l'entrée est fixée à cinq dollars. À vingt ans, ce jeune homme est déjà un vieil habitué des spectacles de variété […] Lire la suite

ARZNER DOROTHY (1897?- 1979)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 721 mots

La cinéaste américaine Dorothy Arzner fut la seule femme à diriger des longs-métrages dans les studios d'Hollywood dans les années 1930. De 1927 à 1943, elle réalisa ainsi dix-sept films, dont Christopher Strong (1933, La Phalène d'argent ) et Dance, Girl, Dance (1940), deux œuvres qui ont marqué le cinéma féministe. Née à San Francisco, Dorothy Arzner grandit à Los Angeles, dans le quartier d […] Lire la suite

AUTANT EN EMPORTE LE VENT, film de Victor Fleming

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 951 mots
  •  • 1 média

Publié en 1936, le gros roman de Margaret Mitchell, qui évoque la Georgie du Nord au temps de la guerre de Sécession, fut un succès mondial et intéressa vite le cinéma. Nous savons que ce film fut l'enfant chéri de son producteur David O. Selznick, qui contrôla tout, le choix des acteurs, le scénario, le style de l'image, et remplaça les deux réalisateurs initialement prévus, Sam Wood, puis Georg […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

États-Unis. Accord entre les scénaristes et les producteurs de Hollywood. 10 février 2008

La Writers Guild of America, qui représente les scénaristes, en grève depuis novembre 2007, et l'Alliance of Motion Picture et Television Producers, qui réunit les producteurs, parviennent à un accord sur la rémunération des droits d'auteur pour les œuvres exploitées sur les médias numériques. […] Lire la suite

États-Unis. Hollywood aux enchères. 1er-26 novembre 1990

Le Ier, Giancarlo Parretti rachète, pour 1,3 milliard de dollars, la célèbre compagnie cinématographique américaine Metro-Goldwyn-Mayer. Fusionné avec les autres sociétés de l'homme d'affaires italien, le studio hollywoodien s'appellera désormais M.G.M.-Pathé Communications.Le 26, un autre fleuron de l'histoire du cinéma, la société M.C.A. (Music Corporation of America), qui […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël AUGROS, Francis BORDAT, « HOLLYWOOD », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hollywood/