WYLER WILLIAM (1902-1981)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Western

Western
Crédits : Ernst Haas/ Getty Images

photographie

Histoire de détective, de William Wyler

Histoire de détective, de William Wyler
Crédits : Paramount Pictures Corporation/ Collection privée

photographie


En 1948 — on venait de découvrir, en France, les films tournés à Hollywood depuis 1940 par William Wyler —, André Bazin écrivit pour les numéros 10 et 11 de La Revue du cinéma de Jean George Auriol, une étude restée exemplaire : « William Wyler, ou le Jansénisme de la mise en scène ». Cette étude fut suivie d'un article retentissant de Roger Leenhardt dans l'hebdomadaire L'Écran français : « À bas Ford, vive Wyler ». Si Bazin et Leenhardt ne renièrent rien de leurs positions, l'intérêt manifesté pour le style de Wyler se refroidit considérablement par la suite. La jeune critique française rejeta le cinéaste américain dans les rangs des réalisateurs « académiques ». Malgré une timide révision esquissée, au début des années 1960, à propos de La Rumeur (1961) et de L'Obsédé (1964), Wyler, dont le prestige ne connut jamais d'éclipse aux États-Unis, se trouvait, à sa mort, méconnu en France, même s'il avait été, en 1979, l'invité d'honneur du festival de Deauville.

Or, de 1930 à 1970, William Wyler a représenté, à travers les genres différents dans lesquels il a travaillé (drames sociaux et psychologiques, westerns, comédies, films policiers, etc.), la permanence d'un art classique du récit cinématographique (inspiré, parfois, de romans et de pièces de théâtre) et l'évolution générale de Hollywood.

Western

Western

Photographie

Un duel au pistolet entre deux cow-boys dans un western du réalisateur américain William Wyler (1902-1981), en 1958. Photographie de Ernst Haas. 

Crédits : Ernst Haas/ Getty Images

Afficher

Dès 1920 en effet, cet Alsacien d'origine suisse, est appelé aux États-Unis par le producteur Carl Laemmle, cousin germain de sa mère ; il travaille d'abord à New York comme agent de publicité puis comme assistant-réalisateur à Hollywood. De 1925 à 1929, il tourne une trentaine de courts et moyens métrages (muets) ; ses débuts dans le long métrage coïncident avec ceux du parlant. Il sut concilier ses ambitions artistiques avec les nécessités commerciales de l'industrie du cinéma, en particulier entre 1936 et 1946, lorsqu'il imposa ses conceptions — notamment sur l'importance du « sujet » — au producteur Samuel Goldwyn, dont la boutade : « le cinéma s'adresse aux moins de douze ans » est restée célèbre.

En 1953, il renouvela la comédie a [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  WYLER WILLIAM (1902-1981)  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma américain classique »  : […] Mais le registre de Capra demeure limité. Howard Hawks et Leo Mac Carey, qui sont ses rivaux en matière de comédie, ont un projet bien plus vaste. Pour l'un et l'autre, la comédie représente simplement le terme privilégié d'une alternative personnelle. L'œuvre de Hawks oscille entre le burlesque ( L'Impossible Monsieur Bébé [ Bringing Up Baby ], 1938) et le tragique ( Scarface [ Scarface Shame o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_17442

SHARIF OMAR (1932-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 439 mots

L’acteur égyptien Omar Sharif se fit connaître du public international et fut une nommer aux oscars (meilleur acteur dans un second rôle) pour son interprétation d’Ali Ibn el Kharish, le loyal chef arabe du film épique de David Lean, Lawrence d’Arabie ( Lawrence of Arabia , 1962). Le rôle-titre du D octeu r Jivago ( Doctor Zhivago , 1965), une adaptation par Lean du roman éponyme de Boris Pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/omar-sharif/#i_17442

Pour citer l’article

Jacques SICLIER, « WYLER WILLIAM - (1902-1981) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-wyler/