HOLLYWOOD

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une ère nouvelle de l’image

Le début du xxie siècle est caractérisé par plusieurs tendances lourdes : la baisse du marché vidéo, le renforcement de l’oligopole des majors, la numérisation de l’ensemble des médias et la montée en puissance des marchés étrangers, notamment chinois.

À partir de 2007, le marché vidéo entame une phase de décroissance que ne compense pas le développement du marché de la vidéo en ligne.

L’oligopole des six majors se maintient même s’il connaît quelques remaniements. Universal passe ainsi dans le giron de General Electric avant d’être acquis par un géant du câble, Comcast. Mais les divisions films des majors ne constituent que 10 à 15 p. 100 des revenus de leur maison mère. Surtout, toute velléité de constituer des groupes rivaux est rapidement annihilée. Malgré un fort capital initial, le soutien des milieux bancaires et quelques succès initiaux, DreamWorks (Steven Spielberg, David Geffen et Jeffrey Katzenberg) ne parvient pas à se constituer en major et périclite. Ce qui reste de la compagnie est finalement absorbé en 2015 par Disney, alors que sa filiale DreamWorks Animation avait auparavant pris son indépendance (celle-ci sera finalement revendue à Comcast en 2016 pour 3,8 milliards de dollars).

Les compagnies Pixar et Marvel, dotées de contenus à succès sont successivement rachetées par Disney (2006 et 2009), qui prend même le contrôle de Lucas Entertainment (2012), signant ainsi sèchement la fin du rêve d’indépendance de son fondateur George Lucas, construit sur le succès planétaire de La Guerre des étoiles et de chacun de ses épisodes. À la fin de 2017 est annoncé le rachat de Twentieth Century Fox par Disney, réduisant ainsi, si l’acquisition est acceptée par les instances de régulation états-uniennes, le nombre de majors de six à cinq.

Les majors réduisent le nombre de films qu’elles produisent chaque année et se concentrent de plus en plus sur les franchises. La franchise reprend le principe du blockbuster : budgets importants, lancement publicitaire massif et distribution saturante. Mais elle en diminue le risque financier en l’installant dans la durée (Le Seigneur des anneaux, Harry Potter) et en le rendant plus facilement identifiable et exploitable. Les majors délaissent en revanche les films à budget moyen dont elles délèguent la production à des mini-majors (Lionsgate, Relativity) ou qu’elles se contentent de cofinancer avec quelques indépendants bien dotés en capital (Village Roadshow, Lakeshore Entertainment, New Regency). Ainsi, Disney ne distribue plus que treize films en 2016, Warner moins de vingt. Les compagnies se concentrent sur leurs franchises, voire sur des « univers étendus », à l’image de Disney-Marvel et de Warner-DC Comics. Les lourds investissements consentis – un coût de production de l’ordre de 250 millions de dollars est aujourd’hui courant pour ce type de film, sans compter le marketing, dont le budget est le plus souvent tenu secret – expliquent en partie cette politique. Quelques échecs (John Carter, Andrew Stanton, 2012 ; Le Roi Arthur. La légende d’Excalibur, Guy Ritchie, 2017) n’oblitèrent pas la stratégie développée au regard des revenus générés par les succès. Au box-office de tous les temps (établi en juin 2017), trente films dépassent le milliard de dollars de recettes en salles dans le monde.

Le succès des films adaptés de comic books ou de sagas d’heroic fantasy et la dépendance moindre aux figures des stars permettent de reprendre le pouvoir sur ces dernières. Même si les grandes vedettes du cinéma hollywoodien continuent de toucher des cachets mirobolants, elles n’ont accès que très rarement à un pourcentage des recettes brutes, comme cela avait été le cas à la fin du siècle précédent.

Sommés par leurs actionnaires de dégager des bénéfices, la plupart des majors délaissent le marché du cinéma indépendant et ferment leur specialty arms. Les compagnies indépendantes tentent de trouver d’autres marges de manœuvre grâce au développement du tout numérique. Les distributeurs des films à petit budget font le pari d’une autre voie d’accès au public. En 2005, Bubble (Steven Soderbergh) est un des premiers exemples de distribution day-and-date – un film sort le même jour en salles, en DVD et en vidéo à la demande. Une pratique qui peut également constituer une tentation pour les majors. Pour le financement de leurs films, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Cecil B. DeMille et Ernst Lubitsch

Cecil B. DeMille et Ernst Lubitsch
Crédits : John Kobal Foundation/Hulton Getty

photographie

Le Fils du cheik

Le Fils du cheik
Crédits : Hulton Archive/ MoviePix/ Getty Images

photographie

Harold Lloyd

Harold Lloyd
Crédits : Evening Standard/ Getty Images

photographie

Frank Borzage

Frank Borzage
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur en études cinématographiques, université de Bordeaux-Montaigne
  • : professeur de civilisation américaine à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  HOLLYWOOD  » est également traité dans :

FORBIDDEN HOLLYWOOD (rétrospective)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 204 mots
  •  • 1 média

Présentée à l’Institut Lumière (Lyon) et dans plusieurs salles de cinéma, la rétrospective Forbidden Hollywood (2020) réunit dix films réalisés entre 1930 et 1933, avant que le code de bienséance couramment appelé « code Hays » n’entre en application. Ces films permettent de découvrir des cinéastes oubliés (Clarence Brown, William A. Wellman, Alfred E. Green […] Lire la suite

HOLLYWOOD CLASSIQUE. LE TEMPS DES GÉANTS (P. Berthomieu)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 868 mots

Hollywood n'est pas une entité localisée à Los Angeles et qui imposerait sa façon de voir au reste de l'univers ; Hollywood est un processus qui intègre en un équilibre toujours mouvant les œuvres et les arts, le populaire et le sophistiqué, l'Amérique et le reste de l'univers... Si l'on veut comprendre l'alpha et l'omega de cette distinction et saisir le […] Lire la suite

PREMIERS STUDIOS DE CINÉMA À HOLLYWOOD

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 231 mots
  •  • 1 média

À quelques kilomètres de Los Angeles, ancien pueblo mexicain devenu américain en 1850, Hollywood est d'abord un ranch, « le bois de houx », bientôt vendu en lotissements. En 1903, avec 700 habitants, Hollywood devient une ville. Dès 1909, D. W. Griffith (1875-1948) y tourne pour la Biograph. D […] Lire la suite

AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 6 953 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle génération »  : […] Les Noirs participent activement aux transformations sociales et culturelles qui secouent les États-Unis dans les années 1960 : le mouvement pour les droits civiques conduit par Martin Luther King, l’apparition d’un radicalisme politique avec Malcolm X puis le mouvement des Black Panthers et la doctrine du « retour en Afrique » sont partie prenante de la contre-culture ; l’« agit-prop » mis en pla […] Lire la suite

ALTMAN ROBERT (1925-2006)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 240 mots

Dans le chapitre « Retour à l'écriture chorale »  : […] On croit alors Robert Altman marginalisé par Hollywood. Mais il revient en force en 1992, avec The Player , un film sur Hollywood, justement, qui remporte un grand succès. À travers le conflit entre un scénariste, bientôt entraîné dans une affaire de meurtre, et son producteur, Altman règle ses comptes joyeusement. The Player , même si le scénario, d'une prodigieuse habileté, s'avère plus passionn […] Lire la suite

ANGER KENNETH (1927- )

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 1 164 mots

Kenneth Anger est, avec Andy Warhol, la personnalité la plus connue de l'underground cinématographique américain. Mais contrairement à Warhol, l'auteur de Scorpio Rising ne doit sa notoriété qu'à ses films et à la manière dont il a su articuler des formes de culture populaire (pop music, bande dessinée, fétichisme du cuir...) avec les grandes questions suscitées et débattues par la contre-culture […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Cinéma

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 3 487 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le complexe américain »  : […] L'un des problèmes séculaires du cinéma britannique est sa rivalité complice, sa relation d'amour-haine avec Hollywood. Dès les années 1910, le cinéma américain impressionne le public anglais, phénomène qui s'accentuera avec le parlant, grâce à la langue qui leur est commune, et malgré les efforts des autorités pour favoriser la production nationale par un système de quotas. Durant les années 193 […] Lire la suite

ARBUCKLE ROSCOE (1887-1933)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 598 mots

Comédien et réalisateur américain, Roscoe Arbuckle vit sa brillante carrière interrompue par le premier des grands scandales hollywoodiens. Né le 24 mars 1887 à Smith Center, au Kansas, Roscoe Conkling Arbuckle se produit dès l'âge de dix-douze ans dans des spectacles amateurs, dont l'entrée est fixée à cinq dollars. À vingt ans, ce jeune homme est déjà un vieil habitué des spectacles de variété […] Lire la suite

ARZNER DOROTHY (1897?- 1979)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 721 mots

La cinéaste américaine Dorothy Arzner fut la seule femme à diriger des longs-métrages dans les studios d'Hollywood dans les années 1930. De 1927 à 1943, elle réalisa ainsi dix-sept films, dont Christopher Strong (1933, La Phalène d'argent ) et Dance, Girl, Dance (1940), deux œuvres qui ont marqué le cinéma féministe. Née à San Francisco, Dorothy Arzner grandit à Los Angeles, dans le quartier d […] Lire la suite

AUTANT EN EMPORTE LE VENT, film de Victor Fleming

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 951 mots
  •  • 1 média

Publié en 1936, le gros roman de Margaret Mitchell, qui évoque la Georgie du Nord au temps de la guerre de Sécession, fut un succès mondial et intéressa vite le cinéma. Nous savons que ce film fut l'enfant chéri de son producteur David O. Selznick, qui contrôla tout, le choix des acteurs, le scénario, le style de l'image, et remplaça les deux réalisateurs initialement prévus, Sam Wood, puis Georg […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10 février 2008 États-Unis. Accord entre les scénaristes et les producteurs de Hollywood

La Writers Guild of America, qui représente les scénaristes, en grève depuis novembre 2007, et l'Alliance of Motion Picture et Television Producers, qui réunit les producteurs, parviennent à un accord sur la rémunération des droits d'auteur pour les œuvres exploitées sur les médias numériques.  […] Lire la suite

1er-26 novembre 1990 États-Unis. Hollywood aux enchères

Le Ier, Giancarlo Parretti rachète, pour 1,3 milliard de dollars, la célèbre compagnie cinématographique américaine Metro-Goldwyn-Mayer. Fusionné avec les autres sociétés de l'homme d'affaires italien, le studio hollywoodien s'appellera désormais M.G.M.-Pathé Communications. Le 26, un autre fleuron de l'histoire du cinéma, la société M.C.A. (Music Corporation of America), qui possède les studios Universal, passe sous contrôle étranger. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël AUGROS, Francis BORDAT, « HOLLYWOOD », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hollywood/