ANGER KENNETH (1927- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Kenneth Anger est, avec Andy Warhol, la personnalité la plus connue de l'underground cinématographique américain. Mais contrairement à Warhol, l'auteur de Scorpio Rising ne doit sa notoriété qu'à ses films et à la manière dont il a su articuler des formes de culture populaire (pop music, bande dessinée, fétichisme du cuir...) avec les grandes questions suscitées et débattues par la contre-culture : structuration d'une identité artistique « gay » avec ses propres insignes et icônes, détournement des rites hollywoodiens et religieux pour créer de fascinants poèmes camp (l'ironie, l'esthétisme, la théâtralité et l'humour caractérisent, selon Jack Babuscio, ce qui est autant un style de vie qu'une vision du monde). Cet effet de miroir, ce travail systématique sur le second degré, a vivifié non seulement l'avant-garde mais aussi le cinéma de la modernité d'après 1960. Rainer Werner Fassbinder, Martin Scorsese ou David Lynch sont des admirateurs d'Anger.

Kenneth Anger est né en 1927 à Santa Monica (Californie). Il est plongé dès sa prime enfance, grâce à sa grand-mère costumière, dans l'environnement magique de Hollywood, et figure même dans Le Songe d'une nuit d'été de William Dieterle et Max Reinhardt (1935). Il est peut-être le premier cinéaste d'avant-garde à rechercher certains modèles expressifs dans le cinéma hollywoodien. Dès 1949, il tente de réaliser un film à la gloire d'une star du passé. Il ne reste de ce projet qu'un fragment d'une dizaine de minutes intitulé Puce Moment. Anger consacrera aussi, lors de son séjour en France, un livre aux scandales et aux turpitudes de l'usine à rêves (Hollywood Babylone, 1959). Il tourne entre 1937 et 1947 sept courts-métrages qu'il détruit en 1967, suite à une crise de désespoir due au vol d'une première mouture de son dernier film, Lucifer Rising.

C'est d'une manière tout à fait spontanée, sans s'être co [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ANGER KENNETH (1927- )  » est également traité dans :

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'avant-garde

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 11 531 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le mouvement s’internationalise »  : […] L’abandon d’une vision strictement évolutive de l’avant-garde aux États-Unis a permis à chaque nouvel artiste de prolonger une tradition : la voie baroque d’un Kenneth Anger ( Scorpio Rising ), le lyrisme visuel d’un Brakhage, la décadence du Warhol dernière manière ( Chelsea Girls , 1966), les journaux filmés à la suite de Jonas M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-cinemas-paralleles-le-cinema-d-avant-garde/#i_99122

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Entre transgression et banalisation »  : […] Dès la fin des années 1950, l'érotisme s'est affranchi des codes de bonne conduite. Sur les décombres des années de guerre, Vadim propose une nouvelle sensualité dont Brigitte Bardot va être le symbole ( Et Dieu créa la femme , 1956) . Un langage libéré, des rapports spontanés ( À bout de souffle , Jean-Luc Godard, 1959) seront les attributs inaliénables […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_99122

Pour citer l’article

Raphaël BASSAN, « ANGER KENNETH (1927- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kenneth-anger/