Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TECHNIQUES HISTOIRE DES

La civilisation industrielle

Les premiers ponts en fonte, navires à vapeur et usines métallurgiques voient le jour dès avant 1800, mais la grande expansion industrielle de l'Europe, puis de l'Amérique du Nord, se fait au cours du xixe siècle. La France suit le même chemin que l'Angleterre au cours de la première moitié de ce siècle avec la mise en place d'une industrie mécanique particulièrement florissante.

Les trois domaines clés de la civilisation industrielle sont l'énergie, les matériaux et les communications. Pour ces trois secteurs, on assiste à un changement d'échelle et de nature sans précédent. Pendant plus d'un siècle, l'équilibre rompu du système technique ancien entraînera des mutations importantes dans toute l'industrie.

Locomotive à vapeur de Richard Trevithick

Locomotive à vapeur de Richard Trevithick

Le rôle des communications au cours des xixe et xxe siècles peut se décomposer en deux étapes : celle des transports « matériels », avec l'extraordinaire développement des chemins de fer au cours du xixe siècle ; puis celle des transports d'information, ouvrant la voie à la civilisation de la fin du xxe siècle. La première véritable locomotive de Richard Trevithick, qui roule en 1804, conduira aux trois progrès fondamentaux de la locomotive à vapeur : la chaudière tubulaire de Marc Seguin en 1829, la double expansion par Anatole Mallet en 1876 et, enfin, l'utilisation de la surchauffe par Wilhelm Schmidt en 1898. Les retombées du chemin de fer sont considérables, tant par la demande en produits métalliques que par la circulation de biens matériels qu'il permet, à une vitesse encore jamais atteinte. Comme pour les autres secteurs de l'industrie, le chemin de fer suivra l'évolution des sources d'énergie avec le passage à l'électricité dans les années 1880 et au moteur Diesel au tout début du xxe siècle.

Alors que le chemin de fer poursuit son expansion, les transports routiers restent longtemps soumis à la traction animale sur des chemins rudimentaires. C'est seulement l'arrivée des moteurs à combustion interne, à la fin du xixe, qui permet d'envisager une propulsion mécanique pour des véhicules routiers. Deuxième phase importante du développement des transports terrestres, l'automobile ne deviendra véritablement un mode de transport rentable qu'à l'aube du xxe siècle avec la mise en place d'un réseau routier fondé sur l'asphaltage des routes. Pratiquement en même temps que l'automobile se développe l'aviation, avec les énormes progrès liés là aussi aux deux guerres mondiales qui ont largement profité à ce nouveau mode de transport avant qu'il n'aboutisse à une utilisation commerciale.

L' électricité crée une mutation radicale dans la distribution de l'énergie à l'aube du xxe siècle. Avec elle, l'énergie peut être transmise à de grandes distances et être utilisée avec une souplesse jamais atteinte. Les réseaux constituent l'un des éléments clés du système technique contemporain. Mais les progrès de l'électricité et du moteur à combustion interne n'ont pu aboutir que grâce à une démarche scientifique systématique, fruit d'un ensemble de facteurs favorables mis en place dès la fin du xviiie : un enseignement scientifique et industriel, une abondante littérature technique et des expositions industrielles favorisant la diffusion des innovations.

Avec le pétrole, le gaz, puis l'énergie nucléaire, le recours à des compétences scientifiques approfondies devient indispensable. La chimie d'abord, puis des théories physiques nées de la recherche fondamentale à l'échelle microscopique sont requises pour libérer et utiliser ces énergies complexes.

À une première phase d'essor de la métallurgie du fer succéderont celle des alliages, puis celle des métaux légers à base d'aluminium (procédé[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : conservateur en chef honoraire du patrimoine

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Brouette chinoise

Brouette chinoise

Moulin à eau, enluminure

Moulin à eau, enluminure

Besançon : la citadelle

Besançon : la citadelle

Autres références

  • AGRICULTURE - Agriculture et industrialisation

    • Écrit par François PAPY
    • 7 421 mots
    • 3 médias
    Au milieu du xixe siècle, le territoire agricole français est cultivé à 58 p. 100 de sa surface, dont 4 p. 100 en vignes et 4 p. 100 en jardins, le reste, les « terres arables », étant consacré aux espèces annuelles et à la jachère. Les 42 p. 100 restant sont constitués de forêts, de prairies naturelles,...
  • AGRICULTURE - Histoire des agricultures depuis le XXe siècle

    • Écrit par Marcel MAZOYER, Laurence ROUDART
    • 9 998 mots
    • 2 médias

    Au début du xxe siècle, après dix mille ans d'évolution et de différenciation, les agricultures du monde étaient très diversifiées. Elles avaient atteint des niveaux relativement inégaux d'équipements et de productivité du travail (production annuelle par agriculteur à temps plein) : l'écart entre...

  • AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

    • Écrit par Marcel MAZOYER, Laurence ROUDART
    • 6 086 mots
    • 2 médias

    Il y a dix mille ans, au début du Néolithique, les quelque cinq millions d'êtres humains, généralement nomades, qui peuplaient la Terre se nourrissaient des produits de la chasse, de la pêche et de la cueillette. Cependant, dans quelques rares régions du monde, certaines communautés sédentarisées...

  • AGRONOMIE

    • Écrit par Stéphane HÉNIN, Michel SEBILLOTTE
    • 9 202 mots
    • 1 média
    L'importance de l'agriculture dans la vie humaine, et en particulier dans les premières civilisations, a fait que très tôt des écrivains, souvent poètes, ont cru utile soit d'en célébrer les mérites, soit d'en préciser les recettes. Ces auteurs sont souvent qualifiés d'agronomes, encore que leurs explications...
  • Afficher les 95 références

Voir aussi