SEGUIN MARC (1786-1875)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ingénieur et inventeur français, né le 20 avril 1786 à Annonay (Ardèche), mort le 24 février 1875 dans cette même ville.

Neveu de Joseph Montgolfier, inventeur du célèbre ballon à air chaud, Marc Séguin s'intéresse très tôt à la mécanique. Il mène ses travaux en dilettante mais obtient tant de succès qu'en 1822 ses expériences sur la résistance des câbles métalliques s'avèrent très prometteuses. Avec son frère Camille, il étudie le principe du pont suspendu, dont les câbles sont alors des chaînes de fer. En 1824, les deux frères érigent à Tournon un pont enjambant le Rhône, suspendu à des câbles constitués de fils métalliques parallèles, le premier d'une longue série de ponts modernes qui verront le jour à travers le monde. Marc Séguin est aussi l'un des premiers à proposer de résoudre le problème de déflexion provoqué par la charge de l'ouvrage en ajoutant un maillage de charpentes de chaque côté du tablier.

L'avènement du chemin de fer attire l'attention de Séguin sur le problème de la puissance des locomotives. Son invention de la chaudière tubulaire à tubes de fumée, remplaçant la chaudière à tubes à eau des premières locomotives à vapeur, marque un progrès décisif en la matière. George Stephenson utilise ainsi la chaudière de Séguin dans sa Rocket qui relie en 1829 Liverpool à Manchester. Séguin propose d'autres innovations qui permettent d'améliorer la puissance des locomotives et obtient, avec son frère Camille, une concession pour construire la première ligne de chemin de fer française, entre Saint-Étienne et Lyon (1824-1832). Outre ses contributions à la physique théorique, il est l'auteur de traités sur les ponts suspendus, le chemin de fer, la navigation à vapeur et la puissance thermique.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Classification

Autres références

«  SEGUIN MARC (1786-1875)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Fer et fonte

  • Écrit par 
  • Henri POUPÉE
  •  • 4 348 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les ponts métalliques »  : […] On avait, en effet, songé, dès le xviii e  siècle, au fer pour augmenter la portée des ponts ; mais le fer forgé était coûteux et fit échouer la tentative de Garin à Lyon, en 1755. Seule la fonte, par son bas prix et la simplicité de son moulage, pouvait permettre de découvrir rapidement les propriétés du métal. C'est donc en fonte que A. Darby réalise, en 1773-1779, le premier pont métallique, […] Lire la suite

CHEMINS DE FER

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BERNARD, 
  • Daniel BRUN, 
  • Universalis
  •  • 12 359 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Un peu d'histoire »  : […] Deux cents ans avant la locomotive, le rail était né. Dès le début du xvii e  siècle, les mines de Newcastle utilisaient des chariots dont les roues, munies d'un rebord, roulaient sur des longrines de bois, fixées sur des traverses. Ces longrines furent ensuite protégées contre l'usure par des plaques de métal. C'était une préfiguration du rail. La locomotive remonte aux premières années du xix e […] Lire la suite

THERMODYNAMIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Arthur BIREMBAUT
  •  • 8 831 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Origine de la thermodynamique »  : […] Alors que Carnot admettait encore au début de ses travaux l'hypothèse du calorique indestructible, il avait, en 1824, énoncé en quelque sorte un principe de corrélation entre la chute de la chaleur d'une température T 1 à une température T 2 inférieure et le travail maximal développé par une machine à vapeur. Son analyse le conduisait en définitive à associer l'équivalence mécanique de la chaleu […] Lire la suite

TRACTION FERROVIAIRE (France) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc COMBE
  •  • 1 053 mots

Octobre 1829 La Rocket des Britanniques George et Robert Stephenson marque les débuts véritables de la locomotive à vapeur moderne. Elle intègre des éléments structurels définitifs qui sont l'échappement de la vapeur issue des cylindres dans la cheminée, la chaudière tubulaire à tubes de fumée, mise au point par le Français Marc Seguin, la boîte à feu indépendante de la chaudière et l'attaque di […] Lire la suite

Les derniers événements

15-30 mars 1998 France. Progression de la gauche aux élections régionales et cantonales et division à droite au sujet du Front national

Le 18, Philippe Séguin, président du R.P.R., prononce l'exclusion de Jean-François Mancel, ancien secrétaire général du mouvement, qui avait déclaré que le F.N. devrait « faire partie de la droite de demain ». Toutefois, sous la pression de leur base, les états-majors de l'opposition acceptent que les têtes de liste régionales maintiennent leur candidature à la présidence de la région – quitte à placer le F. […] Lire la suite

1er-19 juin 1997 France. Victoire de l'opposition de gauche aux élections législatives et nomination de Lionel Jospin comme Premier ministre

élisent respectivement à leur présidence Jean-Marc Ayrault, Alain Bocquet, Michel Crépeau, Philippe Séguin et François Bayrou (Force démocrate). Le 12, l'Assemblée nationale élit à sa présidence, au second tour, Laurent Fabius (P.S.), déjà titulaire de ce poste entre juin 1988 et janvier 1992. Le 19, l'Assemblée nationale approuve la déclaration de politique générale sur laquelle Lionel Jospin avait engagé la responsabilité de son gouvernement. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« SEGUIN MARC - (1786-1875) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marc-seguin/