Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PACIFIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme - crédits : Encyclopædia Universalis France

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

De par son immensité, l'extrême petitesse et l'éparpillement des terres émergées et sa situation au plus loin de l'Europe, d'où sont venus découvreurs et colonisateurs, l'océan Pacifique a été le dernier espace maritime exploré, mis à part les océans Arctique et Antarctique. À peine entrevu par les Portugais à l'ouest, le Pacifique est resté au xvie siècle, au xviie siècle et jusqu'au milieu du xviiie siècle un domaine espagnol entre les Philippines à l'ouest et la côte pacifique de l'Amérique à l'est, même si cette hégémonie a été contestée par les flibustiers anglais et français dès la fin du xvie siècle, puis par les Hollandais à partir de leurs bases indonésiennes au xviie siècle. Il a fallu attendre cependant la seconde moitié du xviiie siècle pour que fussent résolus les problèmes scientifiques et techniques de la navigation transpacifique et entreprise, sous l'égide des Anglais et des Français, une exploration méthodique du Grand Océan dans sa moitié sud surtout. Entré dans l'œkoumène des Européens, le Pacifique fut alors partagé, au xixe siècle, en zones d'influence entre les grandes puissances, constituant ainsi une sorte d'extrémité géographique de leur expansion coloniale. Cet équilibre, remis en cause déjà à l'occasion des deux guerres mondiales, et surtout de la seconde dont le Pacifique a été l'un des théâtres d'opérations majeurs, a changé de nature avec l'émergence à partir des années 1960 des nouveaux petits États indépendants qui se partagent, depuis l'instauration de la zone économique exclusive des 200 milles, d'immenses espaces océaniques. En même temps, les techniques nouvelles d'exploration des mers ont permis de faire progresser à pas de géant les connaissances sur la nature même du Grand Océan. Surtout, le Pacifique s'est affirmé de plus en plus, durant ces dernières décennies, comme un domaine géographique mettant en contact une bonne partie des plus grandes puissances du monde et, à ce titre, il a cessé d'être un espace périphérique pour s'imposer comme un des grands centres d'activité et d'échanges du globe, même si les petites îles océaniennes dispersées dans les immensités océaniques ont perdu une grande partie de leur rôle d'escales et de relais.

La découverte du Pacifique

Jusqu'au début du xvie siècle, l'existence même de l'océan Pacifique était totalement inconnue des Européens qui, héritant des erreurs d'appréciation de Ptolémée sur les dimensions du globe terrestre, s'imaginaient que l'océan Atlantique baignait à l'ouest les rivages des lointains et mystérieux pays de l'Extrême-Orient, Cathay (Chine) ou Cipangu (Japon). C'est là que Christophe Colomb croyait débarquer à l'issue de son premier voyage, et c'est en fait Amerigo Vespucci qui comprit le premier que l'on avait atteint un « nouveau monde ». Mais il fallut attendre 1513 pour que le conquistador Vasco Núñez de Balboa, traversant l'isthme de Panamá, aperçoive et prenne possession de la « mer du Sud ». Dans le même temps, les Portugais, continuant vers l'est au-delà du sous-continent indien, découvrent le détroit de Malacca (prise de la ville de Malacca par Albuquerque en 1511), atteignent les Moluques et, dès 1512, Antonio de Abreu et Francisco Serrão aperçoivent la Nouvelle-Guinée occidentale, que Aleixo de Meneses visite partiellement en 1526. Mais, à cette dernière date, un pas décisif avait déjà été franchi avec l'achèvement du premier tour du monde (1519-1522) entrepris sous le commandement d'un Portugais naviguant pour le roi d'Espagne, Fernão de Magalhães, ou Magellan. Celui-ci fut le premier à trouver à travers l'Amérique le passage maritime vers l'ouest si recherché : ce n'est que le 28 novembre 1520[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Christian HUETZ DE LEMPS. PACIFIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 25/03/2009

Médias

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme - crédits : Encyclopædia Universalis France

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

Bora Bora - crédits : Art Wolfe/ Getty mages

Bora Bora

Découverte de Tahiti - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Découverte de Tahiti

Autres références

  • AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

    • Écrit par
    • 21 855 mots
    • 13 médias
    Les trafics du Pacifique sont plus ténus, malgré leur grande importance commerciale. En décembre 1591, Philippe II, qui cherche à limiter l'hémorragie de métal blanc vers l'Extrême-Orient, réduit à deux navires par an le commerce entre Acapulco et Manille, réglemente sévèrement – mais en vain – l'exportation...
  • ANZUS (Australia, New Zealand and United States)

    • Écrit par
    • 333 mots

    Traité tripartite de sécurité conclu par l'Australie, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis d'Amérique, dans le cadre du réseau de pactes d'assistance mutuelle tissé par les États-Unis de 1949 à 1954. Signé le 1er septembre 1951, soit huit jours seulement avant le traité...

  • APIA

    • Écrit par
    • 251 mots
    • 1 média

    La ville d'Apia, située sur la côte nord de l'île d'Upolu, dans l'océan Pacifique Sud, est la capitale des Samoa depuis 1959. Son observatoire, les bâtiments de l'Assemblée législative et une station de radio se trouvent sur la péninsule de Mulinuu, un promontoire qui sépare...

  • AUSTRONÉSIENS

    • Écrit par
    • 919 mots

    Pris dans un sens strict, les Austronésiens forment un groupe ethnolinguistique considérable dispersé de Madagascar aux îlesHawaii et recouvrant la totalité de l'Indonésie, de la Malaisie et des Philippines, la quasi-totalité de la Mélanésie et de Formose, et enfin la Micronésie...

  • Afficher les 46 références