VESPUCCI AMERIGO (1454-1512)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Navigateur italien né en 1454 à Florence, mort en 1512 à Séville.

Après avoir reçu une éducation humaniste, Amerigo Vespucci entre au service de la banque de Laurent de Médicis. À la fin de l'année 1491, ce dernier l'envoie à Séville dans une de ses entreprises dirigée par un armateur du nom de Giannotto Berardi. Vespucci est probablement encore dans la ville lorsque Christophe Colomb rentre de sa première expédition. Il prépare avec Berardi des navires pour les deuxième et troisième voyages de Colomb et reprend les affaires de la société lorsque Berardi meurt, fin 1495 ou début 1496.

On ignore le nombre exact de voyages que Vespucci accomplit entre 1497 et 1504, mais une première série de lettres mentionne quatre voyages tandis qu'une seconde n'en évoque que deux.

Le premier voyage attesté, entre mai 1499 et juin 1500, réunit quatre navires partis d'Espagne sous le commandement d'Alonso de Ojeda. Vespucci, chargé d'un navire, quitte Ojeda après avoir touché les côtes de la Guyane. Faisant route vers le sud, il semble avoir découvert l'embouchure de l'Amazone. Sur le chemin du retour, il atteint Trinidad et aperçoit l'embouchure de l'Orénoque avant de se diriger vers Haïti. Vespucci pense alors avoir longé la côte d'une péninsule orientale de l'Asie. Dès son retour en Espagne, il arme une nouvelle expédition dans l'espoir d'atteindre l'océan Indien, le golfe du Bengale et l'île de Taprobane (Ceylan). Mais le gouvernement espagnol rejette sa proposition et, à la fin de l'année 1500, Vespucci se met au service du Portugal.

Il quitte Lisbonne en mai 1501, entamant son second voyage. Après une halte aux îles du Cap-Vert, l'expédition fait voile vers le sud-ouest et atteint la côte brésilienne non loin du cap Saint-Augustin. Le trajet qu'il suit alors n'est pas attesté, mais Vespucci prétend avoir continué vers le sud. Il aurait ainsi aperçu le 1er janvier 1502 la baie de Guanabara (Rio de Janeiro) et serait descendu jusqu'au niveau du Río de la Plata, ce qui ferait de lui le premier Européen à avoir découvert son estuaire (Juan Díaz de Solís ne l'atteindra qu'en 1516). Ses navires pourraient avoir longé la côte jusqu'au sud de la Patagonie. On ignore le trajet que Vespucci emprunte pour rentrer à Lisbonne, où il débarque le 7 septembre 1502.

Ce voyage de 1501-1502 revêt une importance fondamentale dans l'histoire des découvertes géographiques car Vespucci y acquiert la certitude d'avoir découvert des terres inconnues n'appartenant pas à l'Asie mais à un « nouveau monde » et en convainc les savants de l'époque. C'est la raison pour laquelle en 1507 le géographe allemand Martin Waldseemüller, suggère dans la Préface de son traité de cosmographie de baptiser ce nouveau monde d'après son découvreur, Amerigo, inscrivant pour la première fois le nom d'Amérique sur un planisphère.

On ne sait pas avec certitude si Vespucci prend part à une nouvelle expédition en 1503-1504 pour le compte du Portugal, mais si tel est le cas, elle n'apporte aucune nouvelle connaissance. Vespucci prépare par la suite d'autres voyages, sans y participer en personne.

Au début de l'année 1505, il est rappelé en Espagne pour travailler auprès de la Casa de Contratación de las Indias, organisme fondé à Séville deux ans plus tôt afin de contrôler les rapports du royaume avec les Indes orientales. En 1508, il y est nommé piloto mayor, poste à responsabilité qu'il occupera jusqu'à sa mort. Il passera ainsi les dernières années de sa vie à enseigner l'art de la navigation et à lever les cartes officielles des nouveaux territoires découverts.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : ancien professeur de géographie à l'université de Rome (Italie)

Classification

Autres références

«  VESPUCCI AMERIGO (1454-1512)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE (Histoire) - Découverte

  • Écrit par 
  • Marianne MAHN-LOT
  •  • 4 816 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le premier tour du monde »  : […] Voici quelques étapes de la connaissance du littoral. 1499 : Ójeda, servant de pilote à Vespucci, longe la côte du Venezuela. 1500 : Yañez Pinzón va du cap San Roque (4 0 lat. sud) à Pernambouc (8 0 sud). À peu près au même moment, le Portugais Cabral, parti de Lisbonne pour l'Inde, est jeté par les vents sur la côte du Brésil et la descend jusqu'à 17 0 sud. Cette énorme portion du continent Su […] Lire la suite

NOUVEAU MONDE CHRONIQUES DU

  • Écrit par 
  • Jacques LAFAYE, 
  • Itamar OLIVARES
  •  • 3 665 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les découvreurs »  : […] Nous prenons le terme chronique dans un sens large qui comprend, outre les chroniques proprement dites, les lettres de relation, les mémoires, les récits et l'historiographie telle qu'elle a été conçue à l'époque. Le contenu de ces écrits reflète la réalité américaine décrite – et quelquefois interprétée – par des hommes venus d'horizons très divers. La plupart d'entre eux étaient des soldats, de […] Lire la suite

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT, 
  • Clément THIBAUD
  •  • 13 638 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La découverte de l'Amérique »  : […] En fait, ce sont les successeurs de Christophe Colomb, navigateurs et conquistadores , qui ont découvert l'Amérique et ont fait connaître cette découverte à l'Europe. Tout d'abord, Amerigo Vespucci dont le prénom a été donné au nouveau continent. Italien comme Colomb, Vespucci est né en 1454, à Florence. Son père avait une maison de commerce qui possédait des succursales en Espagne. Vespucci fut […] Lire la suite

DÉCOUVERTES GRANDES

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURO
  •  • 7 962 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'Amérique »  : […] Cependant, on commence à soupçonner que ces terres nouvelles ne sont pas l'Asie. En 1504 et 1505, le Florentin Amerigo Vespucci , qui a participé à plusieurs des expéditions vers l'ouest, publie des lettres où il prétend que l'on se trouve en présence d'un « nouveau monde ». Et en 1507, un typographe de Saint-Dié, Martin Waldseemüller, imagine, dans la préface d'une Cosmographie , de donner au nou […] Lire la suite

PACIFIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 7 282 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre «  La découverte du Pacifique »  : […] Jusqu'au début du xvi e  siècle, l'existence même de l'océan Pacifique était totalement inconnue des Européens qui, héritant des erreurs d'appréciation de Ptolémée sur les dimensions du globe terrestre, s'imaginaient que l'océan Atlantique baignait à l'ouest les rivages des lointains et mystérieux pays de l'Extrême-Orient, Cathay (Chine) ou Cipangu (Japon). C'est là que Christophe Colomb croyait […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roberto ALMAGIA, « VESPUCCI AMERIGO - (1454-1512) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amerigo-vespucci/