HÉPATITE C

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Hépatite C: tests diagnostiques

Hépatite C: tests diagnostiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Ribavirine : effets secondaires.

Ribavirine : effets secondaires.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Interféron : effets secondaires.

Interféron : effets secondaires.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Découvert en 1988 et popularisé en 1990 par l'introduction de tests systématiques de dépistage dans le cadre du don du sang, puis par une médiatisation inédite dans le domaine de l'hépatologie, le virus de l'hépatite C (VHC) est présenté aujourd'hui comme le « tueur silencieux ». Cette présentation excessive, mais parfois justifiée, reflète les difficultés de communication autour de ce virus. La maladie est en effet longtemps asymptomatique, en dehors de l'asthénie que chacun banalisera dans le stress du quotidien, jusqu'à la survenue de complications qui ne sont pas constantes. Le malade se trouve ainsi partagé entre un espoir de maladie hépatique bénigne, voire définitivement silencieuse, et la crainte d'une maladie parfois sévère (cirrhose et cancer). Entre ces deux extrêmes, l'ensemble de l'éventail symptomatique peut être observé et il est donc absolument nécessaire de pouvoir adapter pour chacun l'information loyale qui le concerne.

L'agent de l'hépatite C

Modes de transmission du VHC

Le VHC a une transmission principalement parentérale, c'est-à-dire par contact avec le sang. En France, la présence des anticorps anti-VHC révélateurs de la contamination par ce virus est observée chez des patients qui avaient reçu des transfusions sanguines ou des produits dérivés du sang préalablement à l'introduction des marqueurs indirects d'infection par hépatite non-A, non-B en novembre 1988. La contamination a aussi pu avoir lieu avant le dépistage obligatoire institué en mars 1990 des anticorps anti-VHC, au cours des dons du sang. Cela explique la prévalence des anticorps anti-VHC chez près de 90 p. 100 des hémophiles avant que le traitement stérilisant systématique par solvant-détergent des produits anti-hémophiliques ait été généralisé à partir d'août 1986, et chez 5 à 10 p. 100 des sujets transfusés ou ayant reçu des produits sanguins contaminés. C'est aussi une « pathologie de la seringue » à usage multiple et mal stérilisée comme on a pu le constater lors d'une campagne de traitement anti [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages


Écrit par :

  • : professeur des Universités, praticien hospitalier, unité d'hépathologie, I.N.S.E.R.M. U-370, hôpital Necker

Classification


Autres références

«  HÉPATITE C  » est également traité dans :

CANCER - Cancers et virus

  • Écrit par 
  • Sophie ALAIN, 
  • François DENIS, 
  • Sylvie ROGEZ
  •  • 5 646 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Virus des hépatites B et C et cancers primitifs du foie »  : […] Deux virus sont susceptibles de provoquer des cancers du foie. Ils n'ont aucune parenté entre eux : le virus de l'hépatite B (HBV) est un virus à ADN et le virus de l'hépatite C (HCV), un virus à ARN. Pour ces deux virus, il existe un même processus de chronicité de l'inflammation qui se complique à long terme de cirrhose puis de carcinome. Ce premier mécanisme apparaît indirect et secondaire a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cancer-cancers-et-virus/#i_10971

FOIE

  • Écrit par 
  • Jean ANDRE, 
  • Jacques CAROLI, 
  • Yves HECHT
  •  • 15 671 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les tumeurs hépatiques »  : […] La pratique de l' échographie hépatique sur une grande échelle amène à la découverte fréquente d'anomalies morphologiques hépatiques. Il s'agit souvent de kystes biliaires , parfois multiples et quelquefois très volumineux. Ces kystes se rencontrent chez près de 5 p. 100 des individus normaux, et n'ont aucune conséquence pathologique. Parfois, surtout chez des sujets ayant f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foie/#i_10971

PRIX LASKER 2016

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 224 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le prix Lasker-DeBakey pour la recherche clinique  »  : […] Ce prix revient à Ralf F. W. Bartenschlager, Charles M. Rice et Michael J. Sofia, « pour le développement d’un système d’étude de la réplication du virus de l’hépatite C et pour son utilisation pour révolutionner le traitement de cette maladie chronique, souvent mortelle ». Le petit virus à ARN responsable de l’hépatite C fut identifié en 1989. Cette dernière est une maladie grave qui, en se chro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-lasker-2016/#i_10971

Voir aussi

ANTICORPS    ANTIVIRAUX    BIOPSIE    CHARGE VIRALE    CIRRHOSE    CONTAMINATION    DÉPISTAGE médecine    EFFETS SECONDAIRES pharmacologie    FACTEUR DE RISQUE épidémiologie    CANCER DU FOIE    GÉNOME    GÉNOTYPE    HÉPATOCARCINOME    HÉPATOCYTE    INTERFÉRON    LYMPHOCYTES    RIBAVIRINE    SÉROLOGIE    TRANSAMINASE

Pour citer l’article

Stanislas POL, « HÉPATITE C », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hepatite-c/