CHIMPANZÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grand singe au pelage noir, moins lourd que le gorille, vivant dans les forêts denses et les savanes boisées de l'ouest et du centre de l'Afrique (du Sénégal au côté ouest de la Tanzanie). Classe : Mammifères ; ordre : Primates ; famille : Hominidés. Effectifs : 320 000.

Les chimpanzés sont représentés par deux espèces : le chimpanzé commun (Pan troglodytes) et le bonobo (Pan paniscus). Dépourvus de queue, ils possèdent un corps svelte, des bras longs et puissants, un cou réduit, une tête ronde, de larges oreilles décollées et un nez aplati. La présence d'un doigt opposable aux quatre autres sur chaque membre leur permet d'être particulièrement habiles dans la manipulation d'objets, même petits. Le chimpanzé nain ou bonobo est plus gracile, se tenant plus volontiers debout. Chez les deux espèces, les femelles présentent un fort gonflement périodique de la région génitale. Leur taille et leur poids varient de 1,20 à 1,70 mètre (debout) et de 40 à 60 kilogrammes pour le chimpanzé commun, et de 90 à 100 centimètres pour 25 à 50 kilogrammes chez le bonobo. Leur espérance de vie est de l'ordre de cinquante ans.

Chimpanzé

Photographie : Chimpanzé

Chimpanzé (Pan troglodytes). 

Crédits : Manoj Shah/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Diurnes, terrestres et arboricoles, les chimpanzés se lèvent dès l'aube pour se nourrir de fruits mous ou à coques, de feuilles, de pousses, d'écorces mais aussi, surtout pour le chimpanzé commun, d'œufs d'oiseaux et d'insectes (en particulier les fourmis et les termites qu'ils délogent à l'aide d'une longue branche fine utilisée comme outil). À l'occasion, ils sont capables de capturer des rongeurs, de petites antilopes ou des singes, comme les babouins et les colobes. Chaque soir, ils se construisent un nid dans les arbres où ils passent la nuit. Lorsqu'ils se déplacent sur le sol, ils marchent en prenant appui sur leurs pieds posés à plat et sur le dos des doigts de leurs mains, la marche bipède étant rarement pratiquée.

Extrêmement sociaux, ils vivent en groupes sur un territoire généralement bien déterminé. Leurs relations sociales sont complexes, leurs mimiques faciales très élaborées, leurs cris et rugissements nombreux et variés. Les clans, qui regroupent de dix à une centaine d’animaux, sont cependant lâches et mouvants. Les disputes sont fréquentes et peuvent être violentes, s'accompagnant, chez le chimpanzé commun, de jets de pierres ou de bâtons. Le bonobo, plus pacifique, vit en petits groupes familiaux plus structurés dont les relations sont fondées sur les rapports sexuels.

Les chimpanzés se reproduisent toute l'année, les femelles s'accouplant avec plusieurs mâles. Après près de huit mois de gestation, la femelle donne naissance, tous les quatre à cinq ans, à un seul petit qui sera sevré vers l'âge de deux ans. Durant les premiers mois de sa vie, le petit, très vulnérable et incapable de se déplacer seul, est continuellement porté par sa mère. Le jeune joue sans cesse avec sa mère, le jeu lui permettant d'apprendre à chercher sa nourriture et de s'insérer dans le groupe. Les bonobos femelles s'entraident souvent pour élever leur petit. Le jeune devient adulte vers l'âge de dix ans.

Les chimpanzés sont remarquablement « intelligents » ; ils font d'ailleurs l'objet de nombreuses études sur le langage. Les principales menaces qui pèsent sur ces animaux protégés restent les braconniers et la destruction de leur habitat par l'homme. Le bonobo, qui ne vit que dans l'ouest de la république démocratique du Congo (estimation : 20 000 individus), est considéré comme le primate le plus proche de l'homme. On le rencontre rarement dans les zoos.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHIMPANZÉ  » est également traité dans :

COMPORTEMENT ANIMAL - Développement du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 914 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Tradition et culture »  : […] Les études du comportement se sont d'abord focalisées sur les aspects dits « instinctifs » des comportements ou sur l'apprentissage individuel, mais, depuis quelques décennies, les chercheurs s'intéressent davantage à l'apprentissage social et n'hésitent plus à parler de tradition lorsqu'ils constatent une transmission sociale d'un comportement de génération en génération par observation des autre […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Communication animale

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 995 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Expériences en laboratoire »  : […] En laboratoire, diverses expériences ont été réalisées pour tenter d'apprendre à des animaux des systèmes de communication référentielle, artificiels ou inspirés des communications humaines. Peut-on alors parler d'un langage animal ? La question n'est pas tranchée car il n'existe pas de définition unitaire du langage. S'il est clair qu'aucun animal n'utilise un langage de la même façon que les hu […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement social

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 595 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Partage de nourriture »  : […] Le partage existe fréquemment entre les parents et leurs descendants ou entre les membres d'un couple (chez les oiseaux, le mâle nourrit souvent la femelle en période de reproduction). Cette notion peut s'expliquer par le fait que les animaux qui s'occupent de leurs petits (ou aident leur conjoint à s'en occuper) transmettront mieux leurs gènes puisqu'ils auront plus de petits qui survivront et qu […] Lire la suite

GÉNOME NÉANDERTALIEN

  • Écrit par 
  • Eva-Maria GEIGL, 
  • Thierry GRANGE, 
  • Bruno MAUREILLE
  •  • 3 257 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La place des Néandertaliens dans l'évolution de l'Homme »  : […] La comparaison réalisée entre le génome du Néandertalien et d'Hommes actuels permet l'identification des changements de séquences propres au génome humain qui précèdent la grande expansion de l'Homme moderne. La méthode de séquençage utilisée permet d'identifier les petits changements de séquence (correspondant à des différences de séquences d'un nucléotide, appelés SNP et représentant des allèle […] Lire la suite

GOODALL JANE (1934- )

  • Écrit par 
  • Amérina GUBLIN-DIQUÉLOU
  •  • 1 915 mots
  •  • 1 média

Jane Goodall est une primatologue britannique connue pour ses travaux sur les chimpanzés de Tanzanie où elle a créé le centre de recherches de Gombe. Comme l'Américaine Dian Fossey (spécialiste des gorilles) et la Canadienne Biruté Galdikas (spécialiste des orangs-outans), elle fut choisie par le célèbre anthropologue Louis Leakey pour effectuer une étude de terrain au long terme sur les grands […] Lire la suite

HÉPATITE VIRALE C

  • Écrit par 
  • Stanislas POL, 
  • Anaïs VALLET-PICHARD
  •  • 7 266 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Découverte du virus de l’hépatite C  »  : […] Le mot « hépatite » apparaît dans la littérature médicale dans les années 1760, pour désigner une inflammation du foie. Les descriptions se complexifient au fil du temps, mais il faut attendre les années 1940 et la multiplication des hépatites post-transfusionnelles pendant la guerre, pour que s’impose l’idée que nombre d’hépatites sont infectieuses et particulièrement d’origine virale, sans pour […] Lire la suite

HOMINIDÉS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 9 529 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Le cas d'« Ardipithecus » »  : […] En 1995, la publication, par Tim White et son équipe, de Ardipithecus ramidus , vieux de 4,4 Ma, était venue relancer le débat sur l'origine des Hominidés. Cette nouvelle espèce, mise au jour dans la région moyenne de l'Aouache ( Éthiopie), était annoncée comme l'Hominidé certain le plus ancien . Toutefois, il est troublant que de très nombreux caractères publiés sur ces fragments osseux soient t […] Lire la suite

KÖHLER WOLFGANG (1887-1967)

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 447 mots

Né à Reval dans les provinces baltes, Wolfgang Köhler fait ses études à Tübingen, Bonn et Berlin, avant d'être envoyé à la station établie dans l'île de Ténériffe en 1913, où il étudiera pendant plusieurs années le comportement des primates. Il revient en Allemagne, en 1920, et obtient en 1922 une chaire à l'université de Berlin. Ses recherches sur la discrimination visuelle chez le poulet et sur […] Lire la suite

MÉTACOGNITION

  • Écrit par 
  • Joëlle PROUST
  •  • 1 924 mots

Dans le chapitre « Métacognition procédurale et métacognition conceptuelle (ou réflexive) »  : […] On définit souvent la métacognition comme la capacité de réfléchir sur sa propre pensée. Le problème de cette définition est qu'elle est trop étroite. Elle ne s'applique qu'à une faible proportion des processus métacognitifs compris comme autorégulation par l'agent de ses propres états informationnels. Les êtres humains sont capables, dès l’adolescence, de prendre leur pensée pour objet de pensée […] Lire la suite

POLYMORPHISME, biologie

  • Écrit par 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Philippe L'HÉRITIER, 
  • Étienne PATIN, 
  • Lluis QUINTANA-MURCI
  •  • 11 330 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Polymorphismes « sélectionnés » et histoire adaptative des populations humaines »  : […] L' histoire adaptative de l'homme peut se diviser en trois phases majeures : la différenciation de l'espèce Homo sapiens à partir de son ancêtre commun avec le chimpanzé (de — 6 000 000 à — 100 000 ans), la différenciation des populations humaines (de — 60 000 à — 10 000 ans) et l'expansion technologique (de — 10 000 ans à nos jours). La première phase de cette longue histoire correspond à l'acqu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Claude BOMSEL, « CHIMPANZÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chimpanze/