Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MAUPASSANT GUY DE (1850-1893)

Maupassant - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Maupassant

Maître consacré de l'art de la nouvelle, Maupassant jouit d'une singulière fortune littéraire : s'il est considéré à l'étranger comme le conteur français par excellence, et, en même temps, comme le fondateur d'une école internationale – de Joseph Conrad à Isaac Babel, de nombreux écrivains se réclament de son exemple –, la France, pendant longtemps, ne l'a pas assez apprécié pour se reconnaître en lui, et lui découvre seulement depuis les années 1970 des qualités autres que celles d'un naturaliste écrivant à l'ombre de Flaubert et de Zola.

Observations fines, pensées peu profondes, style clair et amène, composition bien équilibrée, telles sont les caractéristiques qu'une tradition séculaire attribue à son œuvre. Mais cette écriture, dont l'aisance voisine avec la facilité, est mue par un sentiment tragique qui n'est plus le mal du siècle, et cette production trop abondante pour que le reproche de la prolixité puisse lui être épargné témoigne, par son importance quantitative même, d'un changement historique : celui qui a écrit en une douzaine d'années plus de trois cents nouvelles où, malgré la richesse de l'invention romanesque, les personnages, victimes d'un même destin, semblent être interchangeables, signe la fin du grand courant individualiste du xixe siècle. Avec Maupassant, c'est la série, désolante et tyrannique, qui apparaît dans la littérature française.

L'auteur de « Boule de suif »

Guy de Maupassant est né le 5 août 1850 à Fécamp ou, non loin de là, au château de Miromesnil, d'un père incapable d'assumer son rôle de chef de famille et d'une mère dominatrice aux nerfs sensibles qui aura un fort ascendant sur son fils. Après une première jeunesse passée en « poulain échappé » au bord de la mer normande dont l'âpre poésie le marquera pour toujours, il traverse la crise de 1870-1871, puis, obscur employé de ministère pendant dix ans, il partage ses heures de liberté entre d'effrénées parties de canotage et un dur apprentissage littéraire, mené sous la direction de Flaubert.

À l'âge de trente ans, le bagage du prosateur est presque complet ; il débute pourtant par Des vers (1880), poésies médiocres. Mais cette même année voit paraître Boule de suif qui impose le jeune écrivain à l'attention de tous. Cette histoire d'une prostituée que des honnêtes gens persuadent, pour sauver leur liberté, de se livrer à un Prussien, et qu'ils excluent ensuite de leur société, constitue un récit d'une concision exemplaire où l'ironie et la pitié transparaissent à peine sous le ton indifférent de la constatation des faits. La voie de Maupassant est désormais tracée, et la mort de Flaubert, survenue peu après ce premier succès, marque la fin douloureuse du noviciat de son disciple.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Antonia FONYI. MAUPASSANT GUY DE (1850-1893) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 28/06/2024

Média

Maupassant - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Maupassant

Autres références

  • CONTES DE LA BÉCASSE, Guy de Maupassant - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 982 mots
    • 1 média

    Les Contes de la bécasse (1883) constitue le troisième recueil de nouvelles de Guy de Maupassant (1850-1893), succédant à La Maison Tellier (1881) et Mademoiselle Fifi (1882). Alors âgé de trente-trois ans, Maupassant est un auteur célébré, dont les nouvelles paraissent régulièrement dans les...

  • LE HORLA, Guy de Maupassant - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 157 mots
    • 1 média

    « Le Horla » est un récit fantastique de Guy de Maupassant (1850-1893), paru dans deux versions successives : la première, le 26 octobre 1886 dans la revue Gil Blas ; la seconde en mai 1887, chez Ollendorff, au sein d'un recueil auquel il donne son titre. Cette seconde version, considérée...

  • PIERRE ET JEAN, Guy de Maupassant - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 005 mots
    • 1 média

    Pierre et Jean, quatrième roman de Guy de Maupassant (1850-1893), a été publié en trois fois dans la Nouvelle Revue, entre le 1er décembre 1887 et le 1er janvier 1888, avant de paraître en volume chez Ollendorf, qui venait d'éditer Le Horla. Trop souvent occulté par le célèbre texte théorique...

  • BEL-AMI, Guy de Maupassant - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 937 mots
    • 1 média

    Publié chez Havard en 1885 après avoir paru quelques mois plus tôt en feuilleton dans la revue Gil Blas, Bel-Ami est le deuxième des six romans de Guy de Maupassant (1850-1893). Le premier, Une vie (1883), était le récit d'une lente et inexorable déchéance ; Bel-Ami est celui d'une réussite...

  • UNE VIE, Guy de Maupassant

    • Écrit par
    • 1 296 mots

    Une vie est le premier des six romans de Guy de Maupassant (1850-1893). Lorsqu'il est publié en 1883 chez Havard (assorti du sous-titre « L’humble vérité »), après avoir paru en feuilleton dans le quotidien Gil Blas, l'auteur est déjà une figure connue du monde des lettres, disciple...

  • FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

    • Écrit par
    • 7 758 mots
    • 6 médias
    ...le symbolisme. Quant au naturalisme, il trouve avec Émile Zola (1840-1902) un chef de file impressionnant mais les partisans majeurs du mouvement –  Guy de Maupassant (1850-1893), Joris-Karl Huysmans (1848-1907) – se dispersent rapidement. Pour la postérité, ces dénominations aident à prendre conscience...
  • NATURALISME

    • Écrit par
    • 5 363 mots
    • 5 médias
    ...l'écrivain naturaliste est de cacher la trame pour mieux expliquer le réel (c'est, à nouveau, le grand éloge que Zola fait de L'Éducation sentimentale). Maupassant a parfaitement exprimé le problème du romancier qu 'il appelle réaliste : “Faire vrai consiste [...] à donner l'illusion complète du vrai, suivant...
  • RÉALISME (art et littérature)

    • Écrit par et
    • 6 499 mots
    • 4 médias
    ...les plus zélés défenseurs de l'esthétique réaliste, ou naturaliste, sont aussi les artistes les plus visionnaires, ou les plus formalistes. L'un d'eux, Guy de Maupassant, ne s'y est pas trompé. Il montre, dans le texte qui sert de préface à Pierre et Jean (1888), que ce que le lecteur prend pour...
  • RÉALISME, notion de

    • Écrit par
    • 1 423 mots
    Se plaçant sous l'invocation du principal des disciples de Zola, Guy de Maupassant (« Faire vrai consiste à donner l'illusion complète du vrai [...] J'en conclus que les Réalistes de talent devraient s'appeler plutôt illusionnistes », Préface de Pierre et Jean, 1888), Pierre...