HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Sans spinozisme, pas de philosophie », disait Hegel, et cela marque déjà l'une des orientations de sa pensée. Car, en son temps, on ne se référait pas innocemment à Spinoza. Nous pouvons maintenant affirmer : « pas de philosophie moderne sans hégélianisme ». Comme l'avait noté à juste titre Maurice Merleau-Ponty, qui pourtant le critiquait et voulait innover : « Hegel est à l'origine de tout ce qui s'est fait de grand en philosophie depuis un siècle. » Encore pensait-il surtout aux prolongements positifs de l'hégélianisme. Nous estimons désormais que beaucoup de doctrines hostiles à l'hégélianisme n'auraient pu se former et se développer si elles n'avaient eu la chance de se comparer et de s'opposer à un tel adversaire.

Friedrich Hegel

Photographie : Friedrich Hegel

Friedrich Hegel (1770-1831). Portrait par Schlesinger. 

Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

Afficher

Le rayonnement de l'hégélianisme ne se limite pas au seul horizon de la philosophie proprement dite. On mobilise Hegel pour toutes les causes, on le cite en toute occasion, pas toujours à bon escient. On lui dérobe des formules claires et fascinantes qui, isolées de leur contexte souvent difficile, suffisent à bonifier les tirades les plus ternes et même les plus vulgaires.

Il n'est certes pas le seul grand philosophe auquel on puisse se référer utilement. Mais il vient après beaucoup d'autres et il conclut une histoire typique. Cela lui confère, grâce à l'étendue de son savoir, à son étonnant pouvoir de récupération de toutes les variétés de pensée, à l'acuité de son jugement, un prestige singulier et lui assure, encore en notre temps, une vitalité exceptionnelle : deux siècles après, il se fait encore des ennemis !

Il y a quelque chose d'impérial, ou d'impérialiste, dans cette philosophie, et l'on a souvent rapproché Hegel de Napoléon, son contemporain admiré. Il ne récusait peut-être pas lui-même une telle comparaison, dans sa vanité de penseur résolument idéaliste, avide de connaître et de dominer intellectuellement tout, tout de suite, et tout seul. Les deux hommes semblent avoir atteint, chacun sur son théâtre d'opération, la puissance et la gloire : l'empire de l'Europe et le règne de la raison. Hegel a lui-même établi un lien substantiel profond entre l'impétueuse activité française et la calme théorie allemande.

Le langage et la vie

Avant d'esquisser un schéma de l'hégélianisme – l'idéalisme spéculatif et dialectique – il importe de repérer quelques obstacles qui en gênent l'accès. Ses difficultés ne lui viennent pas uniquement de l'extérieur : certaines d'entre elles relèvent de lui-même. Les signaler, c'est ouvrir les portes de la doctrine et encourager une lecture active et exigeante. Cette philosophie ne se laisse pas contempler simplement d'une manière réceptive et interprétative. Elle appelle aussi l'interrogation et le soupçon : c'est ainsi que Hegel lui-même s'adressait à ses prédécesseurs et à ses maîtres. Il soutenait que la philosophie a pour tâche première de « comprendre ce qui est ». Notre travail supplémentaire consiste à comprendre ce qu'il a dit de ce qui est. Il le savait : « un grand personnage voue les hommes à la damnation de l'expliquer ». Si la lecture de Hegel était aisée, elle ne serait ni féconde ni valeureuse.

Le corpus hélégien

On se heurte d'abord à l'immensité de l'œuvre. Elle se présente comme un énorme massif de montagnes élevées, au point culminant desquelles on accède par divers chemins, tous escarpés. D'en haut, on jouira d'un beau panorama, mais qui voudra ou pourra grimper jusque-là ? L'alpiniste se satisfait parfois d'un angle de vue partiel, déjà grandiose. Il sait que le massif constitue une formation géologique globale : tous les aspects que l'on y distingue, dans leur réalité concrète, ont poussé ensemble (Hegel définit le concret comme « ce qui a poussé ensemble », du latin concrescere). Mais l'étroit regard et le petit esprit de l'homme n'en peuvent saisir d'abord qu'une parcelle, obligés qu'ils sont de fragmenter cette concrétude, de distinguer successivement et plus ou moins méthodiquement en elle des composants divers et déjà, au départ, de choisir un itinéraire parmi d'autres possibles.

Encore faut-il d'abord cerner le massif. Si étonnant que cela puisse paraître, des problèmes de textes et d'édition se posent encore. On découvre à notre époque des manuscrits ou des cours de Hegel jusqu'alors inconnus. Une grande publication allemande, minutieuse et critique, est en cours. Elle collecte en premier lieu, bien sûr, les œuvres que Hegel publia lui-même, de son vivant. Et ce n'est déjà pas une mince entreprise, car elles ont leur propre histoire, riche d'aventures. Du moins livrent-elles l'essentiel de la doctrine exotérique. Leur succession révèle des évolutions de pensée dont il n'est pas toujours aisé de discerner les péripéties.

Devant cette masse de livres, on pourrait soupirer : c'est assez ! Des commentateurs sérieux recommandent de s'en tenir à cela. La connaissance de l'hégélianisme peut s'élever, ou se risquer, à des niveaux variés de précision et d'authenticité. À la rigueur, l'un des ouvrages les plus amples, l'Encyclopédie des sciences philosophiques en abrégé (1817, 1827 et 1830), fournit déjà à lui seul un exposé assez détaillé de la pensée de Hegel, et son étude réclame de grands efforts. Certains croient y trouver – peut-être illusoirement – la philosophie de Hegel enfin bouclée dans son unité achevée. Toutefois, après chacune de ses parutions, elle a reçu des compléments oraux ou écrits, des remarques supplémentaires. Ces ajouts, traitant chacun d'une question particulière, apportent une plus grande clarté, et l'on peut conseiller au débutant en hégélianisme de s'initier rhapsodiquement grâce à eux...

Mais cela suscite quelque inquiétude. La déduction systématique, l'exposition stabilisante gênerait-elle donc la reconnaissance de l'esprit hégélien ? Le système est-il charpenté aussi solidement qu'il s'en vante ? Autre sujet d'inquiétude : on constate bien des contradictions, parfois littérales, dans les textes « canoniques », et l'on apprend par ailleurs que Hegel a pensé et dit bien des choses qu'il s'est abstenu de confier à des éditeurs.

C'est pourquoi il importe de prendre en considération, les manuscrits de jeunesse, qui présentent des rapports étroits avec les œuvres de la maturité et éclairent souvent le sens de celles-ci. Les écrits de Hegel furent longtemps traités avec une extrême négligence : ces manuscrits, rédigés de 1793 à 1800, et auxquels il accordait une grande importance puisqu'il les a toujours préservés au cours de ses nombreuses pérégrinations, n'ont été « redécouverts » qu'e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH (1770-1831)  » est également traité dans :

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 270 mots

27 août 1770 Naissance de Georg Wilhelm Friedrich Hegel, à Stuttgart.1788-1790 Il est boursier au Stift de Tübingen où il a pour condisciples Hölderlin et Schelling.1793-1796 Précepteur à Berne. Premiers écrits théologiques (Positivité de la religi […] Lire la suite

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH, en bref

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 184 mots
  •  • 1 média

Par son ampleur, sa volonté de systématisation, la technicité de ses analyses, son encyclopédisme, l'œuvre de Hegel demeure l'un des massifs les plus impressionnants de la philosophie occidentale. Son « idéalisme absolu » est en fait une remise en cause du dualisme platonicien qui oppose sensible et intelligible. P […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE, Georg Wilhelm Friedrich Hegel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 777 mots
  •  • 1 média

De 1818 à 1830, d'abord sporadiquement, puis de façon plus continue à partir de 1827, G. W. F. Hegel (1770-1881) donne des cours d'esthétique à l'université de Berlin, où il a été appelé après la mort de Fichte. Si la notion d'esthétique figurait depuis 1750 dans le titre d'un célèbre ouvrage d'A. G. Baumgarten, aucune chaire d'esthétique n'existait lorsque Hegel entreprit de l'enseigner. Ces note […] Lire la suite

LEÇONS SUR LA PHILOSOPHIE DE L'HISTOIRE, Georg Wilhelm Friedrich Hegel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 804 mots

G. W. F. Hegel (1770-1831) a professé les Leçons sur la philosophie de l'histoire, pour la première fois à Berlin au cours du semestre d'hiver 1822-1823. Elles ont été réitérées avec de multiples changements à cinq reprises, tous les deux ans. Après la disparition du philosophe, hégéliens de gauche et de droite se disputeront les dépo […] Lire la suite

PHÉNOMÉNOLOGIE DE L'ESPRIT, Georg Wilhelm Friedrich Hegel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 796 mots
  •  • 1 média

Une des œuvres les plus difficiles et les plus diversement interprétées de G. W. F. Hegel (1770-1831), la Phénoménologie de l'esprit (1807), ne peut être abordée sans guides sûrs. S'agit-il, en effet, d'un préambule au système ou bien, déjà, d'une première version du système soit « la forme que prend l'édifice total – connaissance […] Lire la suite

VIE DE HEGEL (K. Rosenkranz)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 934 mots

Prussien et francophile, successeur de Kant à l'université de Königsberg, auteur d'une œuvre abondante (notamment une Vie et œuvres de Diderot, 1866, et une intéressante Esthétique du laid, 1853), Karl Rozenkranz (1805-1879) est surtout connu pour cette biographie de Hegel parue pour la première fois en 1844, à Berl […] Lire la suite

ABSOLU

  • Écrit par 
  • Claude BRUAIRE
  •  • 4 206 mots

Dans le chapitre « Hegel »  : […] Cependant, la thèse de Leibniz sur l'absolu, qu'implique toute assertion d'identité, d'hier et d'aujourd'hui, entre l'absolu et le système avive la difficulté qu'elle devait résoudre. Car affirmer que chacun, en soi, est équivalent à chacun, en vertu de l'unicité du système, c'est aussi admettre l'équivalence réelle de l'un absolu et de son contraire. C'est supposer que le système, pour être uniqu […] Lire la suite

ALIÉNATION

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 998 mots

Dans le chapitre « Le français et l'allemand »  : […] En passant du sens juridique au sens politique, il n'est pas douteux que le mot aliénation ait pris son premier « emballement ». Le terrain est prêt pour la traduction française, en terme d'aliénation, de vocables appartenant à une tout autre tradition. C'est pourquoi il importe de placer correctement le cran d'arrêt à cette signification de l'aliénation-contrat. C'est ce que fait Hegel dans les […] Lire la suite

ALTRUISME

  • Écrit par 
  • Guy PETITDEMANGE
  •  • 3 313 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Figures de l'altérité »  : […] La problématique de l'autre n'est pas un produit de l'immédiate modernité même si celle-ci, par bien de ses traits, permet de mieux comprendre son irruption sur le devant de la scène. Hegel la met en figure de façon très adéquate. Même si, dans la Phénoménologie de l'esprit (1807), la négation se révèle être, au terme, la médiation du concept, la présence de l'esprit que tout lie, « à la fois réh […] Lire la suite

ÂME

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Henri Dominique SAFFREY
  •  • 6 026 mots

Dans le chapitre « Le XIXe siècle »  : […] Très riche xix e  siècle ! Il y a le renouveau thomiste des « vingt-quatre thèses », avec la distinction des âmes (1. âmes de l'ordre végétatif et sensitif ; 2. âme humaine...) et la reconnaissance de l'âme raisonnable comme force substantielle du corps. Le type globalisant, généralisant, intégralisant subsiste et se développe avec l'unité dynamique du vivant de Schelling, après la relation établi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques d' HONDT, Yves SUAUDEAU, « HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-wilhelm-friedrich-hegel/