Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

Friedrich Hegel

Friedrich Hegel

« Sans spinozisme, pas de philosophie », disait Hegel, et cela marque déjà l'une des orientations de sa pensée. Car, en son temps, on ne se référait pas innocemment à Spinoza. Nous pouvons maintenant affirmer : « pas de philosophie moderne sans hégélianisme ». Comme l'avait noté à juste titre Maurice Merleau-Ponty, qui pourtant le critiquait et voulait innover : « Hegel est à l'origine de tout ce qui s'est fait de grand en philosophie depuis un siècle. » Encore pensait-il surtout aux prolongements positifs de l'hégélianisme. Nous estimons désormais que beaucoup de doctrines hostiles à l'hégélianisme n'auraient pu se former et se développer si elles n'avaient eu la chance de se comparer et de s'opposer à un tel adversaire.

Le rayonnement de l'hégélianisme ne se limite pas au seul horizon de la philosophie proprement dite. On mobilise Hegel pour toutes les causes, on le cite en toute occasion, pas toujours à bon escient. On lui dérobe des formules claires et fascinantes qui, isolées de leur contexte souvent difficile, suffisent à bonifier les tirades les plus ternes et même les plus vulgaires.

Il n'est certes pas le seul grand philosophe auquel on puisse se référer utilement. Mais il vient après beaucoup d'autres et il conclut une histoire typique. Cela lui confère, grâce à l'étendue de son savoir, à son étonnant pouvoir de récupération de toutes les variétés de pensée, à l'acuité de son jugement, un prestige singulier et lui assure, encore en notre temps, une vitalité exceptionnelle : deux siècles après, il se fait encore des ennemis !

Il y a quelque chose d'impérial, ou d'impérialiste, dans cette philosophie, et l'on a souvent rapproché Hegel de Napoléon, son contemporain admiré. Il ne récusait peut-être pas lui-même une telle comparaison, dans sa vanité de penseur résolument idéaliste, avide de connaître et de dominer intellectuellement tout, tout de suite, et tout seul. Les deux hommes semblent avoir atteint, chacun sur son théâtre d'opération, la puissance et la gloire : l'empire de l'Europe et le règne de la raison. Hegel a lui-même établi un lien substantiel profond entre l'impétueuse activité française et la calme théorie allemande.

Le langage et la vie

Avant d'esquisser un schéma de l'hégélianisme – l'idéalisme spéculatif et dialectique – il importe de repérer quelques obstacles qui en gênent l'accès. Ses difficultés ne lui viennent pas uniquement de l'extérieur : certaines d'entre elles relèvent de lui-même. Les signaler, c'est ouvrir les portes de la doctrine et encourager une lecture active et exigeante. Cette philosophie ne se laisse pas contempler simplement d'une manière réceptive et interprétative. Elle appelle aussi l'interrogation et le soupçon : c'est ainsi que Hegel lui-même s'adressait à ses prédécesseurs et à ses maîtres. Il soutenait que la philosophie a pour tâche première de « comprendre ce qui est ». Notre travail supplémentaire consiste à comprendre ce qu'il a dit de ce qui est. Il le savait : « un grand personnage voue les hommes à la damnation de l'expliquer ». Si la lecture de Hegel était aisée, elle ne serait ni féconde ni valeureuse.

Le corpus hélégien

On se heurte d'abord à l'immensité de l'œuvre. Elle se présente comme un énorme massif de montagnes élevées, au point culminant desquelles on accède par divers chemins, tous escarpés. D'en haut, on jouira d'un beau panorama, mais qui voudra ou pourra grimper jusque-là ? L'alpiniste se satisfait parfois d'un angle de vue partiel, déjà grandiose. Il sait que le massif constitue une formation géologique globale : tous les aspects que l'on y distingue, dans leur réalité concrète, ont poussé ensemble (Hegel définit le concret comme « ce qui a poussé ensemble »,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Friedrich Hegel

Friedrich Hegel

Autres références

  • ESTHÉTIQUE, Georg Wilhelm Friedrich Hegel - Fiche de lecture

    • Écrit par Francis WYBRANDS
    • 780 mots
    • 1 média

    De 1818 à 1830, d'abord sporadiquement, puis de façon plus continue à partir de 1827, G. W. F. Hegel (1770-1881) donne des cours d'esthétique à l'université de Berlin, où il a été appelé après la mort de Fichte. Si la notion d'esthétique figurait depuis 1750 dans le titre d'un célèbre ouvrage d'A. G....

  • LEÇONS SUR LA PHILOSOPHIE DE L'HISTOIRE, Georg Wilhelm Friedrich Hegel - Fiche de lecture

    • Écrit par Francis WYBRANDS
    • 805 mots

    G. W. F. Hegel (1770-1831) a professé les Leçons sur la philosophie de l'histoire, pour la première fois à Berlin au cours du semestre d'hiver 1822-1823. Elles ont été réitérées avec de multiples changements à cinq reprises, tous les deux ans. Après la disparition du philosophe, hégéliens...

  • PHÉNOMÉNOLOGIE DE L'ESPRIT, Georg Wilhelm Friedrich Hegel - Fiche de lecture

    • Écrit par Francis WYBRANDS
    • 800 mots
    • 1 média

    Une des œuvres les plus difficiles et les plus diversement interprétées de G. W. F. Hegel (1770-1831), la Phénoménologie de l'esprit (1807), ne peut être abordée sans guides sûrs. S'agit-il, en effet, d'un préambule au système ou bien, déjà, d'une première version du système soit «...

  • VIE DE HEGEL (K. Rosenkranz)

    • Écrit par Francis WYBRANDS
    • 935 mots

    Prussien et francophile, successeur de Kant à l'université de Königsberg, auteur d'une œuvre abondante (notamment une Vie et œuvres de Diderot, 1866, et une intéressante Esthétique du laid, 1853), Karl Rozenkranz (1805-1879) est surtout connu pour cette biographie de Hegel parue pour...

  • ABSOLU

    • Écrit par Claude BRUAIRE
    • 4 222 mots
    ...l'équivalence réelle de l'un absolu et de son contraire. C'est supposer que le système, pour être unique, doit être immédiatement et infiniment multiple. Hegel avait donc raison en affirmant que la philosophie de Leibniz, résumée dans l'assertion : « L'absolu est objet », constituait « la contradiction entièrement...
  • ÂME

    • Écrit par Pierre CLAIR, Henri Dominique SAFFREY
    • 6 020 mots
    ...entre âme, esprit, entendement, raison. Oui, apparemment, avec un ensemble philosophico-sémantique embrassant volonté, effort, acception spirituelle. Hegel déplore qu'on sépare rationnellement, et, croit-il, artificiellement, âme et corps, esprit et matière. Il rencontre pourtant une contradiction dans...
  • ALIÉNATION

    • Écrit par Paul RICŒUR
    • 8 006 mots
    ...tout autre tradition. C'est pourquoi il importe de placer correctement le cran d'arrêt à cette signification de l'aliénation-contrat. C'est ce que fait Hegel dans les Principes de la philosophie du droit, ce même Hegel qui est par ailleurs responsable de l'extension de la notion, mais dans une autre direction,...
  • ALTRUISME

    • Écrit par Guy PETITDEMANGE
    • 3 328 mots
    • 1 média
    ...pas un produit de l'immédiate modernité même si celle-ci, par bien de ses traits, permet de mieux comprendre son irruption sur le devant de la scène. Hegel la met en figure de façon très adéquate. Même si, dans la Phénoménologie de l'esprit (1807), la négation se révèle être, au terme, la...
  • Afficher les 125 références

Voir aussi