HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les jeunes hégéliens

La dénomination de jeunes hégéliens a trait à la division qui s'établit, le maître disparu, à l'intérieur de l'école hégélienne. Empruntant à la distinction parlementaire française en une droite et une gauche et s'établissant pour l'essentiel sur la manifestation d'analyses divergentes, sinon opposées, en matière politique et religieuse, la distinction entre « vieux » et « jeunes » hégéliens regroupera, au premier titre, des élèves de Hegel qui, pour la plupart, avaient contribué à la publication de ses œuvres : Marheineke, Hotho, von Henning, Förster tentent de développer, par des prolongements historiques, certains points de la philosophie du maître sans toucher au système ni à la lettre même des écrits ; plus libre, K. Rosenkranz (1805-1879), s'il attaque tous ceux qui improvisent des réformes philosophiques, réaffirme le progrès dialectique de la philosophie et sa fonction de transformation des rapports à la réalité, et donne une formulation du système qui prend en compte les interrogations de ses jeunes contradicteurs. Autre hégélien, R. Haym ne veut pas comme Rosenkranz reformuler et par là réformer le système hégélien, mais l'expliquer historiquement ; prenant des libertés avec la métaphysique hégélienne, il prétend rendre compte, en forçant quelque peu les écrits de Hegel, des transformations politiques et sociales qu'il perçoit ; éprouvant quelques difficultés à ce jeu, il va jusqu'à reconnaître l'inadéquation relative du système et même la « faillite » de la philosophie. Quant à J. E. Erdmann, qui se dit « dernier mohican » de l'école, il inclut sa réflexion dans une histoire de la philosophie de Descartes à Hegel et essaie d'éclairer, à partir de celui-ci, les événements qu'il connaît jusqu'à 1870 ; il présente en particulier la dilution de l'école hégélienne comme un fait historique et considère la primeur accordée au point de vue historique sur la visée systématique comme une décadence et un signe d'usure de l'esprit philosophique. Enfin, Kuno Fischer est également à inclure parmi ces vieux hégéliens par rapport auxquels, par interdéfinition, se placent les jeunes : Hegel est pour lui le philosophe de l'évolution qui, de concert avec l'évolutionnisme biologique développé à son époque, expose une critique historique organiquement liée à l'idée évolutionniste ; Fischer voit dans la pensée hégélienne la dernière philosophie en ce qu'elle comprend les autres et la première qui confie définitivement le problème de l'universel à l'histoire de la philosophie ; dotant la philosophie hégélienne d'un caractère historique essentiel, Fischer est déjà proche des jeunes hégéliens. Ainsi, quelles que soient leurs divergences, les vieux hégéliens disputeront pour conserver à la pensée hégélienne sa pleine valeur explicative de la réalité : prise à la lettre, contrainte à « accueillir » les transformations historiques qui interviennent ou même réduite d'une philosophie du devenir de l'esprit à une histoire totalisatrice de la philosophie, la pensée hégélienne demeure chez les vieux hégéliens principe de toute pensée philosophique ; concernant toutes choses dans la philosophie, ils expliqueront les nouveaux courants de pensée à partir de la philosophie hégélienne et en se plaçant à l'intérieur de celle-ci.

L'esprit contre la lettre

Appliquée d'abord aux élèves de Hegel, la dénomination de jeunes hégéliens (Hegelinge) est bientôt donnée à ceux d'entre eux qui manifestent des velléités révolutionnaires tant en philosophie qu'en matières religieuse et politique. Distingués des « hégélites » (ou descendants de Hegel), ils se voient appliquer par ceux-ci une dénomination dont le caractère péjoratif sort des ouvrages mêmes de Hegel : dans différents écrits, celui-ci n'affirme-t-il pas que seuls les anciens peuvent gouverner, leur esprit se plaçant au niveau du général et replaçant le singulier dans son universalité ? Insatisfait, le regard porté surtout sur le devenir des choses singulières, le « jeune » refuse ce qui est, exige autre chose et prétend organiser un ordre meilleur ; il manque manifestement, tel qu'il a été décrit, d'ampleur de vues, n'a pas dépassé la sensibilité attachée à la conscience de soi et ne se place pas au niveau de la raison. Refusant un tel stéréotype tiré de la lettre des écrits du maître par les vieux, les jeunes hégéliens affirment, par des proclamations, manifestes et programmes, leur volonté de faire opérer à la pensée philosophique un libre développement, de ne pas se laisser enfermer dans la lettre d'un système (ils seraient alors des épigones) et de travailler à la fois à la réalisation et à la définition d'un devenir des choses singulières. Ludwig Feuerbach (1804-1872), Bruno Bauer (1809-1882), Max Stirner (1806-1856), Arnold Ruge (1802-1880) et Karl Marx (1818-1883) ont en commun de faire montre d'un activisme critique incessant, de donner des problèmes de leur époque des formulations où ils renchérissent les uns sur les autres et, si l'on peut dire, de n'être liés ou rapprochés que par leurs oppositions communes. Écrivains et, pour certains, tels Ruge et Marx, journalistes, ils prétendent agir par leurs œuvres, Marx en particulier liant organiquement ses écrits et ses activités d'organisateur politique. À ceux-ci, on pourrait, bien qu'il soit très difficile vu son œuvre de le classer parmi les hégéliens, ajouter Sören Kierkegaard (1813-1855) : après s'être pénétré des écrits de Hegel et avoir un temps suivi à Berlin les cours de Schelling, il voudra se définir par cette seule « qualité d'auteur [qui le met] à la frontière entre le littéraire et le religieux » et modifier profondément, au nom de l'individu, les conceptions éthiques et religieuses de son époque. Autre point commun entre les jeunes hégéliens : la plupart d'entre eux ne recherchent pas, sinon n'obtiennent ou, quand ils le font, ne conservent pas, de poste établi de professeur et s'insèrent rarement dans la vie bourgeoise : Kierkegaard ne professera pas. Un temps, Feuerbach décline les offres de ses amis pour lui obtenir un poste à l'Université ; l'obtient-il que ses écrits, tout comme cela sera pour Ruge et Bauer, le contraignent par le scandale qu'ils provoquent à quitter sa chaire ; quant à Ruge et Marx, ils doivent fuir les polices et s'exiler en France et en Angleterre.

« Dépasser » Hegel

La division parmi les élèves de Hegel prend origine dans l'Aufhebung, dans le moment dialectique où, par la négation de la négation, s'opère un « dépassement » qui est à la fois conservation et négation de ce qui était : selon que, dans l'expression « tout ce qui est réel est rationnel et tout ce qui est rationnel est réel », on insiste sur l'un ou l'autre point, on obtient soit une justification « conservatrice » de ce qui est, soit une affirmation révoluti [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH (1770-1831)  » est également traité dans :

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 270 mots

27 août 1770 Naissance de Georg Wilhelm Friedrich Hegel, à Stuttgart.1788-1790 Il est boursier au Stift de Tübingen où il a pour condisciples Hölderlin et Schelling.1793-1796 Précepteur à Berne. Premiers écrits théologiques (Positivité de la religi […] Lire la suite

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH, en bref

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 184 mots
  •  • 1 média

Par son ampleur, sa volonté de systématisation, la technicité de ses analyses, son encyclopédisme, l'œuvre de Hegel demeure l'un des massifs les plus impressionnants de la philosophie occidentale. Son « idéalisme absolu » est en fait une remise en cause du dualisme platonicien qui oppose sensible et intelligible. P […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE, Georg Wilhelm Friedrich Hegel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 777 mots
  •  • 1 média

De 1818 à 1830, d'abord sporadiquement, puis de façon plus continue à partir de 1827, G. W. F. Hegel (1770-1881) donne des cours d'esthétique à l'université de Berlin, où il a été appelé après la mort de Fichte. Si la notion d'esthétique figurait depuis 1750 dans le titre d'un célèbre ouvrage d'A. G. Baumgarten, aucune chaire d'esthétique n'existait lorsque Hegel entreprit de l'enseigner. Ces note […] Lire la suite

LEÇONS SUR LA PHILOSOPHIE DE L'HISTOIRE, Georg Wilhelm Friedrich Hegel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 804 mots

G. W. F. Hegel (1770-1831) a professé les Leçons sur la philosophie de l'histoire, pour la première fois à Berlin au cours du semestre d'hiver 1822-1823. Elles ont été réitérées avec de multiples changements à cinq reprises, tous les deux ans. Après la disparition du philosophe, hégéliens de gauche et de droite se disputeront les dépo […] Lire la suite

PHÉNOMÉNOLOGIE DE L'ESPRIT, Georg Wilhelm Friedrich Hegel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 796 mots
  •  • 1 média

Une des œuvres les plus difficiles et les plus diversement interprétées de G. W. F. Hegel (1770-1831), la Phénoménologie de l'esprit (1807), ne peut être abordée sans guides sûrs. S'agit-il, en effet, d'un préambule au système ou bien, déjà, d'une première version du système soit « la forme que prend l'édifice total – connaissance […] Lire la suite

VIE DE HEGEL (K. Rosenkranz)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 934 mots

Prussien et francophile, successeur de Kant à l'université de Königsberg, auteur d'une œuvre abondante (notamment une Vie et œuvres de Diderot, 1866, et une intéressante Esthétique du laid, 1853), Karl Rozenkranz (1805-1879) est surtout connu pour cette biographie de Hegel parue pour la première fois en 1844, à Berl […] Lire la suite

ABSOLU

  • Écrit par 
  • Claude BRUAIRE
  •  • 4 206 mots

Dans le chapitre « Hegel »  : […] Cependant, la thèse de Leibniz sur l'absolu, qu'implique toute assertion d'identité, d'hier et d'aujourd'hui, entre l'absolu et le système avive la difficulté qu'elle devait résoudre. Car affirmer que chacun, en soi, est équivalent à chacun, en vertu de l'unicité du système, c'est aussi admettre l'équivalence réelle de l'un absolu et de son contraire. C'est supposer que le système, pour être uniqu […] Lire la suite

ALIÉNATION

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 998 mots

Dans le chapitre « Le français et l'allemand »  : […] En passant du sens juridique au sens politique, il n'est pas douteux que le mot aliénation ait pris son premier « emballement ». Le terrain est prêt pour la traduction française, en terme d'aliénation, de vocables appartenant à une tout autre tradition. C'est pourquoi il importe de placer correctement le cran d'arrêt à cette signification de l'aliénation-contrat. C'est ce que fait Hegel dans les […] Lire la suite

ALTRUISME

  • Écrit par 
  • Guy PETITDEMANGE
  •  • 3 313 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Figures de l'altérité »  : […] La problématique de l'autre n'est pas un produit de l'immédiate modernité même si celle-ci, par bien de ses traits, permet de mieux comprendre son irruption sur le devant de la scène. Hegel la met en figure de façon très adéquate. Même si, dans la Phénoménologie de l'esprit (1807), la négation se révèle être, au terme, la médiation du concept, la présence de l'esprit que tout lie, « à la fois réh […] Lire la suite

ÂME

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Henri Dominique SAFFREY
  •  • 6 026 mots

Dans le chapitre « Le XIXe siècle »  : […] Très riche xix e  siècle ! Il y a le renouveau thomiste des « vingt-quatre thèses », avec la distinction des âmes (1. âmes de l'ordre végétatif et sensitif ; 2. âme humaine...) et la reconnaissance de l'âme raisonnable comme force substantielle du corps. Le type globalisant, généralisant, intégralisant subsiste et se développe avec l'unité dynamique du vivant de Schelling, après la relation établi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques d' HONDT, Yves SUAUDEAU, « HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-wilhelm-friedrich-hegel/