CHABAN-DELMAS JACQUES (1915-2000)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Général à vingt-neuf ans, député radical à trente et un ans, maire de Bordeaux durant quarante-sept ans, ministre de Mendès France, Premier ministre de Georges Pompidou, Jacques Chaban-Delmas a été aux premiers rangs de la vie politique durant un demi-siècle. À sa mort, survenue le 10 novembre 2000, les drapeaux en berne au Palais-Bourbon ont salué la mémoire de celui qui avait présidé l'Assemblée nationale durant près de seize années. Sous deux Républiques, il fut, selon Jean Lacouture, le « sourire du gaullisme ».

Né à Paris le 7 mars 1915, Jacques Delmas est journaliste stagiaire à L'Information économique et financière en 1933 et poursuit en parallèle des études de droit et de sciences politiques. Officier de réserve formé à Saint-Cyr au début de la guerre, il choisit de résister au sein de l'Organisation civile et militaire. Devenu inspecteur des finances, il est en 1943 l'adjoint du délégué militaire de la région parisienne ; arrestations et morts conduisent à sa nomination comme délégué militaire national en 1944. En août, le général Chaban défend l'idée de la trêve des combats dans Paris avant d'y escorter le général Leclerc et de faire admettre qu'il convient d'associer le colonel F.T.P. Rol-Tanguy à la signature de la reddition allemande. « C'est bien Chaban ! », consentira le général de Gaulle avant de le nommer compagnon de la Libération et d'en faire, en 1945, le secrétaire général du ministère de l'Information.

Député de la Gironde à partir de novembre 1946 et toujours réélu jusqu'en 1993, il est ministre des Travaux publics de Mendès France en 1954-1955. Gaulliste se voulant « préposé à l'infiltration » du système avec ses républicains sociaux, il se met en congé de ministère quand le vote de la C.E.D. est proposé ; ministre d'État de Guy Mollet en 1956, il obtient de poursuivre les travaux de la bombe A. Ministre de la Défense nationale en 1957-1958, ce « Bonaparte gai » (François Mauriac) dispose d'une antenne à Alger où Léon Delbecque et Lucien Neuwirth contribuent à l'appel lancé au général de Gaulle le 13 mai 1958. Organisateur de l'Union civique pour la Ve République, Chaban est élu président de l'Assemblée nationale le 9 décembre 1958, contre Paul Reynaud, candidat du général. Il reste au « perchoir » jusqu'en 1969 et le retrouve de 1978 à 1981 puis de 1986 à 1988.

Commensal assidu du déjeuner des barons, il prépare l'après-gaullisme avec Georges Pompidou, qui le nomme Premier ministre dès juin 1969. Déplorant la morosité ambiante, il s'allie aux centristes de Jacques Duhamel et annonce une « nouvelle société ». Les idées de son conseiller Jacques Delors et la libéralisation de l'information suscitent de vives critiques dans sa majorité. S'il obtient la confiance de 368 députés le 24 mai 1972, il doit démissionner le 5 juillet suivant ; il se jugera victime d'une conjuration élyséenne menée par Marie-France Garaud et Pierre Juillet.

Replié sur son Sud-Ouest, celui qu'on qualifia parfois de duc d'Aquitaine présida le conseil régional de 1974 à 1979 et de 1985 à 1988. Il tint longtemps sa ville et sa région dans un « système Chaban » qui devait beaucoup aux méthodes du radicalisme.

Contestant être « ce marathonien des week-ends courant d'un quartier à l'autre pour serrer des mains, faire les marchés et mobiliser les bistrots », il favorisa l'expansion du tertiaire (30 000 postes créés de 1975 à 1990, compensant la perte de 15 000 emplois industriels).

Inamovible maire de Bordeaux de 1947 à 1995, président de la communauté urbaine dès 1967, initiateur du Mai musical et du centre d'art contemporain plastique, il consacra à la culture plus de 20 p. 100 du budget municipal car il pensait que « l'égalité sociale ne commence vraiment qu'avec l'égalité culturelle ».

International de rugby, surnommé Charmant d'Elmas par Le Canard enchaîné, finaliste du double messieurs vétérans au championnat de France de tennis 1965, Jacques Chaban-Delmas déclarait comme défaut un incurable optimisme à l'égard de la nature humaine. Il en fit les frais en fin de mandat municipal dans la crise du club de football des Girondins de Bordeaux et, dès 1972, dans la campagne de presse sur sa feuille d'impôts. Celle-ci pesa sur son échec à l'élection présidentielle de 1974 qu'il expliqua aussi par son impréparation en disant « Je n'étais pas possédé de ce désir obsessionnel qui fait la force des hommes de pouvoir. [...] Il y a une dynamique de l'échec. » La victoire de Valéry Giscard d'Estaing avait été assurée par le ralliement de 43 parlementaires U.D.R. emmenés par le futur Premier ministre Jacques Chirac. C'est ce dernier qui, vingt-six ans plus tard, en sa qualité de président de la République, prononça l'éloge funèbre d'un artisan de la France moderne, en présence de toute la classe politique qui admirait dans le président d'honneur de l'Assemblée, six fois élu à sa tête, une ardeur remarquable.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en études politiques et en histoire, historien associé à la Délégation aux commémorations nationales du ministère de la Culture et de la Communication

Classification

Autres références

«  CHABAN-DELMAS JACQUES (1915-2000)  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 876 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'élection du « compagnon de route » »  : […] Douze personnes vont présenter leur candidature à l'élection présidentielle des 5 et 19 mai, mais trois seulement recueilleront un fort soutien. Plusieurs leaders de la majorité ont envisagé de se présenter. Deux vont très vite renoncer : Pierre Messmer, Premier ministre en exercice, et Edgar Faure, président de l'Assemblée nationale depuis 1973, ministre de l'Éducation nationale à partir de 1968 […] Lire la suite

DELORS JACQUES (1925- )

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 1 040 mots
  •  • 1 média

Né à Paris d'un père encaisseur à la Banque de France, c'est là qu'il entrera en 1945 après une licence de sciences économiques. Il complète sa formation en suivant les cours du Centre d'études supérieures de la banque. Il y est chef de service (1945-1962) et attaché au cabinet du directeur général des titres et du marché monétaire à la Banque de France (1950-1962). Après cette carrière à la Banqu […] Lire la suite

GAULLISME

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 5 644 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le gaullisme au pouvoir »  : […] Dès 1953, de Gaulle ne voit plus qu'une hypothèse qui lui permettrait de réaliser ses objectifs, une « secousse », un nouveau drame national, pour lequel il se pose d'avance en « recours ». C'est le cas de figure qui se réalise avec l'émeute algéroise du 13 mai 1958, la dissidence de l'« Algérie française » et la capitulation de la IV e  République qui, au tournant de mai-juin 1958, remet le desti […] Lire la suite

POMPIDOU GEORGES (1911-1974)

  • Écrit par 
  • Arnault SKORNICKI
  •  • 2 365 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'improbable héritier »  : […] Celui qui reste perçu par les Français comme l'héritier présomptif du général de Gaulle n'aura pas à attendre longtemps son heure. Le référendum malheureux d'avril 1969 précipite le départ du général, et Pompidou n'attend pas deux jours pour déclarer sa candidature, massivement approuvée par le bureau politique de l'U.D.R. Tandis que le jeune chef de la droite centriste, Valéry Giscard d'Estaing, […] Lire la suite

Les derniers événements

7-22 janvier 1992 France. Élection de Laurent Fabius à la tête du P.S.

Jacques Chaban-Delmas (R.P.R., député de la Gironde), candidat de l'opposition, et trente-deux pour Huguette Bouchardeau (apparentée P.S., député du Doubs), candidate dissidente.  […] Lire la suite

10 août 1989 France. Nomination de Philippe Guilhaume à la tête d'Antenne 2 et de F.R.3

Jacques Chaban-Delmas est préféré à l'avocat comme à Hervé Bourges, tous deux présentés comme les favoris du pouvoir.  […] Lire la suite

5-28 juin 1988 France. Pas de majorité absolue pour le P.S. aux législatives

Jacques Chaban-Delmas. Lors de l'élection, le 28, des six présidents de commissions, Valéry Giscard d'Estaing obtient des socialistes de continuer à diriger celle des Affaires étrangères. […] Lire la suite

2-13 octobre 1987 France. Boycott et obstruction du Front national au Parlement

Jacques Chaban-Delmas invite ses collègues à observer en signe de protestation contre les déclarations de Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz. Le 9, l'examen, en séance de nuit à l'Assemblée nationale, du projet de loi sur la répression du trafic des stupéfiants est troublé par de graves incidents provoqués par une douzaine d'élus du Front national […] Lire la suite

13-21 septembre 1987 France. Indignation après les déclarations de Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz

Jacques Chaban-Delmas se dit « estomaqué » et « horrifié », Pierre Messmer les trouve scandaleuses et inadmissibles. Dans l'opposition, André Lajoinie parle d'« ignominie », Laurent Fabius estime qu'il s'agit d'une conduite fasciste, tandis que Louis Mermaz juge l'honneur du Parlement atteint. Autorités religieuses, associations antiracistes et médias […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles-Louis FOULON, « CHABAN-DELMAS JACQUES - (1915-2000) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-chaban-delmas/