ZWEIG STEFAN (1881-1942)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Il nous est aisé, à nous, les hommes d'aujourd'hui, qui depuis longtemps avons retranché le mot „sécurité“ de notre vocabulaire comme une chimère, de railler le délire optimiste de cette génération aveuglée par l'idéalisme, pour qui le progrès technique devait entraîner une ascension morale tout aussi rapide. Nous qui avons appris dans le siècle nouveau à ne plus nous laisser étonner par aucune explosion de la bestialité collective, nous qui attendons de chaque jour qui se lève des infamies pires encore que celles de la veille, nous sommes nettement plus sceptiques quant à la possibilité d'une éducation morale des hommes. » Écrites en écho à l'essai de Freud, Malaise dans la civilisation, ces quelques lignes qui introduisent au Monde d'hier résument la tragédie de Stefan Zweig, qui vit brutalement réduites à néant les notions d'ordre et de beauté en lesquelles il avait voulu croire, et qui dut essayer de vivre « sans terre ferme sous [ses] pieds, sans droit, sans liberté, sans sécurité ».

Passions secrètes

Fils d'une famille de la grande bourgeoisie juive assimilée viennoise, Stefan Zweig fit d'abord des études de littérature allemande, de « romanistique » (excellent connaisseur de la littérature française, il consacra sa thèse de doctorat à Taine et, par la suite, des essais importants et originaux à Verlaine, Rimbaud, Balzac, Montaigne...) et de philosophie à Berlin et à Vienne. Polyglotte et grand voyageur, il fit de nombreux séjours à l'étranger avant et après 1914. Ses relations avec les écrivains belges furent particulièrement étroites, notamment avec Émile Verhaeren, dont il fut le traducteur et à qui il consacra une monographie publiée en 1910. Affecté au « quartier de presse de guerre » pendant la Première Guerre mondiale, il s'installa en Suisse en novembre 1917 pour s'associer au mouvement pacifiste international. C'est de cette période que date son amitié avec Romain Rolland, auquel il consacrera une biographie enthousiaste e [...]

Stefan Zweig

Stefan Zweig

Photographie

Stefan Zweig à Nice, sur la promenade des Anglais, alors que «le monde d'hier» qu'il a tant aimé entre dans son crépuscule. 

Crédits : AKG

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ZWEIG STEFAN (1881-1942)  » est également traité dans :

LA PITIÉ DANGEREUSE, Stefan Zweig - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 814 mots
  •  • 1 média

Commencé en 1936, terminé en 1938, publié en 1939 aux éditions Bermann-Fischer exilées à Stockholm et bientôt traduit en anglais, La Pitié dangereuse de Stefan Zweig (1881-1942) connut immédiatement un grand succès en Angleterre et aux États-Unis. Ce récit psychologique a la forme d'une confession : l'intendant Hofmiller, le héros-narrateur, qui ra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-pitie-dangereuse/#i_42032

JOURNAUX INTIMES VIENNOIS (J. Le Rider)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 922 mots
  •  • 1 média

« De la vaporisation et de la centralisation du moi. Tout est là. » Il y a fort à parier que la fin du xx e  siècle n'a rien de proprement nouveau à ajouter aux lignes qui ouvrent Mon Cœur mis à nu de Baudelaire. Si le journal intime se polarise tantôt sur la dispersion, tantôt sur le rassemblement, il ne cesse de nouer un dialogue à la fois fruct […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/journaux-intimes-viennois/#i_42032

STRAUSS RICHARD

  • Écrit par 
  • Dominique JAMEUX
  •  • 3 128 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Entre Garmisch et le monde entier (1924-1939) »  : […] Délivré de tout poste permanent, mais invité partout, Strauss ne cesse d'aller et venir entre sa villa des Alpes bavaroises et les différentes capitales allemandes et européennes. Ses ouvrages lyriques continuent d'être composés et représentés. Hélène d'Égypte , sur un livret remarquable d' Hofmannsthal, pour une partition qui tire vers la conventi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-strauss/#i_42032

Pour citer l’article

Jacques LE RIDER, « ZWEIG STEFAN - (1881-1942) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stefan-zweig/