MOLLET GUY (1905-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Flers (Orne) dans une famille modeste, pupille de la nation, Guy Mollet fait ses études comme boursier à la faculté des lettres de Lille. De 1936 à 1944, il mène de front ses activités de professeur d'anglais à Arras, de secrétaire général de la Fédération de l'enseignement puis de résistant, notamment en tant que responsable de l'organisation civile et militaire pour le Pas-de-Calais (1942-1944).

À la Libération, il devient maire d'Arras, conseiller général et député du Pas-de-Calais. Par la suite, il sera toujours réélu ; il contribue à la rédaction des Constitutions de 1945, de 1946 et de 1958 et n'abandonne ces mandats que pour des charges ministérielles (notamment dans le cabinet Léon Blum) et gouvernementales. Il est ainsi, successivement, président du Conseil des ministres (janv. 1956-mai 1957) — à ce titre, il engage la France aux côtés des Britanniques dans la malencontreuse expédition de Suez —, vice-président du même Conseil (15-31 mai 1958) et ministre d'État dans le premier cabinet du général de Gaulle (juin 1958-janv. 1959).

« Européen déterminé », il a fait partie de l'Assemblée consultative du Conseil de l'Europe, de l'Assemblée de la C.E.C.A. et du Comité d'action pour les États-Unis d'Europe créé par Jean Monnet.

Engagé très jeune dans le mouvement socialiste, Guy Mollet s'est voué entièrement à la S.F.I.O. sur laquelle il a régné comme secrétaire général, de 1946 à 1969, sans discontinuer. Après avoir été fondateur de la Fédération de la gauche démocrate et socialiste (F.G.D.S.), il rentre dans le rang du nouveau Parti socialiste à sa fondation en 1969, tout en restant député. Il crée en 1969 l'Office universitaire de recherches socialistes (O.U.R.S.), dont il assume la présidence. Il a publié plusieurs ouvrages de documentation socialiste, dont Le Socialisme selon Tito (1971) et ses souvenirs de constituant de 1958 sous le titre Quinze Ans après (1973).

—  Gérard PONTHIEU

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOLLET GUY (1905-1975)  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 312 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le Maroc et la Tunisie »  : […] Au moment où la Libye accédait à l'indépendance et allait grossir les rangs du groupe afro-asiatique à l'O.N.U., les questions marocaine et tunisienne faisaient irruption sur cette même scène dans des conditions infiniment plus dramatiques. Les positions de départ avaient été clairement affirmées à travers les manifestes de l' Istiqlāl en 1943, puis celui, en août 1946, du Front national tunisien, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-les-decolonisations/#i_4951

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Jean LECA, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA
  • , Universalis
  •  • 42 026 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les « pouvoirs spéciaux » »  : […] L'année 1956 commence ainsi par des promesses de paix et de négociations. À peine nommé, le nouveau chef du gouvernement, Guy Mollet, leader de la S.F.I.O., rappelle Jacques Soustelle et décide d'entamer des négociations avec les « rebelles », persuadé que les Européens d'Algérie ne sont qu'une poignée de colons richissimes. Le 6 février, il se rend à Alger où il est accueilli par les jets de tom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algerie/#i_4951

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 834 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'adoption de la nouvelle Constitution »  : […] Les députés doivent donc accepter de remettre le pouvoir constituant au général, dans des conditions d'ailleurs non conformes aux textes puisque, pour modifier la Constitution de 1946, le processus était normalement très long et difficile. Les députés, craignant une dérive vers un régime autoritaire comme en 1940, vont mettre des conditions pour encadrer le processus de refonte des institutions. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-la-periode-gaullienne-1958-1969/#i_4951

P.S. (Parti socialiste), France

  • Écrit par 
  • Frédéric SAWICKI
  • , Universalis
  •  • 7 369 mots
  •  • 5 médias

En avril 2005, le P.S. avait célébré son centenaire, sans pompes particulières, principalement sous la forme d'un colloque. Cette discrète commémoration traduit le rapport problématique que ses dirigeants entretiennent avec leur histoire. Si ces derniers n'ont jamais cessé de revendiquer l'héritage de Jean Jaurès et de Léon Blum, la filiation avec la S.F.I.O. a toujours été beaucoup plus difficil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/p-s-parti-socialiste-france/#i_4951

QUATRIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 078 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La politique à l'égard des colonies »  : […] Le grand échec de la IV e  République est de n'avoir pas su gérer l'évolution du statut de l'empire français et des différentes colonies. Certes la constitution de 1946 substitue à l'idée d'empire celle d'Union française, mais dans la pratique le pouvoir colonial reste inchangé. Des émeutes donnent lieu à des répressions sanglantes en 1945 à Sétif (Algérie) et en 1947 à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quatrieme-republique/#i_4951

S.F.I.O. (Section française de l'Internationale ouvrière)

  • Écrit par 
  • François BROUSSE, 
  • Universalis
  •  • 1 499 mots

Après la défaite de la Commune, le mouvement ouvrier français est réduit au silence pendant plusieurs années, puis, à partir de 1876, se tiennent des congrès ouvriers regroupant des délégués de syndicats et de coopératives, auxquels se joignent bientôt des représentants des groupes d'études socialistes animés notamment par Jules Guesde. Sous l'impulsion de ces derniers, le Congrès ouvrier de Marse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/section-francaise-de-l-internationale-ouvriere/#i_4951

Pour citer l’article

Gérard PONTHIEU, « MOLLET GUY - (1905-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guy-mollet/