SCHLEIERMACHER FRIEDRICH DANIEL ERNST (1768-1834)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philologue, philosophe, théologien et prédicateur, Schleiermacher a voulu fonder la religion sur l'intuition (Anschauung) et sur le sentiment (Gefühl) : il reconnut à la théologie une spécificité qui ne lui fut plus contestée. Son œuvre entraîna une rupture dans la pensée théologique : dans sa synthèse, les vieilles oppositions entre rationalisme, supra-naturalisme et piétisme se trouvèrent intégrées. La théologie protestante se sentit désormais responsable du monde moderne et s'achemina vers une recherche qui essaie de réconcilier la foi et la culture, la civilisation et la religion.

« Un Herrenhuter d'espèce supérieure »

Friedrich Daniel Ernst Schleiermacher est né la même année que Chateaubriand, à Breslau, où son père exerçait les fonctions d'aumônier militaire réformé. Durant l'absence de celui-ci, la mère, originaire d'une famille de pasteurs calvinistes, prit en charge l'éducation de ses enfants. Schleiermacher en garda l'empreinte : celle d'un piétisme fervent, dans le style de la communauté des frères moraves que le comte de Zinzendorf avait fondée à Herrenhut en 1722. En 1783, il entre à l'école secondaire des frères moraves à Niesky, puis en 1785 à leur séminaire pastoral de Barby. Les frères moraves font preuve d'une certaine indifférence à l'égard des dogmes et préfèrent mettre l'accent sur la piété du cœur et sur le salut par le sang du Christ. Ils prêchent avant tout la conversion personnelle et la mise en pratique de la foi dans la vie de tous les jours. Enthousiasmé au début, Schleiermacher prend peu à peu conscience de l'étroitesse intellectuelle de cet enseignement. En 1787, il quitte Barby pour l'université de Halle. Il restera pourtant, s [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SCHLEIERMACHER FRIEDRICH DANIEL ERNST (1768-1834)  » est également traité dans :

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La philologie »  : […] Ce qu'on appelle une «  édition critique » – comprenant l'établissement du texte, c'est-à-dire le choix d'un texte de base, l'établissement des variantes par rapport à ce texte de base, et toute l'information disponible sur les différents états du texte – reste fidèle au sens premier du mot « critique », lorsqu'il s'est réintroduit en français au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_37161

HERMÉNEUTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 3 284 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La circularité herméneutique (F. Schleiermacher) »  : […] Souvent considéré comme le père de la philosophie herméneutique moderne, Friedrich Schleiermacher (1768-1834) assigne à celle-ci un rôle assez modeste dans son système des savoirs philosophiques. Dans ses Leçons sur l'herméneutique (1804-1830) dispensées d'abord à Halle, puis à Berlin, il veut rendre justice aux deux aspects complémentaires du pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermeneutique/#i_37161

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les fondateurs »  : […] La période contemporaine a vu un développement important de la théorie de l'interprétation et d'abord une meilleure compréhension des intentions de ses fondateurs, Schleiermacher et Dilthey , grâce à la publication, par Kimmerle, en 1959, des premiers textes de Schleiermacher sur l'herméneutique, dans lesquels l'interprétation « grammaticale » équ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_37161

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 740 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Authenticité et chronologie »  : […] Pour arriver au chiffre sacré de trente-six Dialogues (9 × 4), le classement de Thrasylle devait admettre des œuvres exclues ou suspectées par les Anciens eux-mêmes, pourtant moins soucieux que nous d'authenticité. Un auditeur de Platon comme Philippe d'Oponte ne se croyait, en effet, sûrement pas faussaire quand il ajoutait l' Epinomis aux douze […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platon/#i_37161

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis KLEIN, « SCHLEIERMACHER FRIEDRICH DANIEL ERNST - (1768-1834) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-daniel-ernst-schleiermacher/