SCHLEIERMACHER FRIEDRICH DANIEL ERNST (1768-1834)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le théologien

Le grand dessein de Schleiermacher est de réconcilier la religion et la culture. L'essence de la religion est au-delà de tout dogmatisme et de tout moralisme. « La religion, déclare-t-il, est l'intuition de l'Univers, voilà le centre de mon discours . » La foi est moins affaire de pensée ou de volonté que sensibilité, intuition immédiate. Elle constitue une « province particulière de la sensibilité ». Elle naît et se développe lorsque la sensibilité de l'homme se trouve confrontée à l'infiniment Grand et Bien et qu'elle s'enflamme à cette vision. Seul cet élan vers l'Infini libère le sentiment et délivre les âmes des opinions particulières ; en effet, pour la religion, tout ce qui est se présente comme une authentique image de l'Infini. La religion a donc le caractère d'une intuition du Tout, qui engage l'homme à se défaire de ses visions particulières et restreintes, pour entrer dans une démarche qui le rapproche de plus en plus de l'Infini.

La révélation est un processus qui naît dans l'homme et qui le touche et le remue dans son être. Certes, il faut pour cela des circonstances extérieures, mais l'essentiel, qui se passe en l'homme, c'est le développement de sa piété. Les fondateurs et les « virtuoses de la religion » expriment dans leur prédication « le sentiment de dépendance absolue à l'égard de l'Univers », qui est la racine et le fondement de toute religion. Ce sentiment amène l'homme à la piété et à la vie dans la foi. La religion est le lien qui fonde l'humanité véritable, celle des croyants et celle de l'Église ; elle fait naître la communion ; l'unité et l'immortalité. L'origine du sentiment de dépendance absolue n'est nullement le sujet croyant, mais Dieu qui, dans cette intuition, se manifeste comme le centre et le fondement de l'existence humaine authentique.

Pour Schleiermacher, la spécificité du Christ n'est pas à rechercher dans une naissance miraculeuse : elle réside dan [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SCHLEIERMACHER FRIEDRICH DANIEL ERNST (1768-1834)  » est également traité dans :

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La philologie »  : […] Ce qu'on appelle une «  édition critique » – comprenant l'établissement du texte, c'est-à-dire le choix d'un texte de base, l'établissement des variantes par rapport à ce texte de base, et toute l'information disponible sur les différents états du texte – reste fidèle au sens premier du mot « critique », lorsqu'il s'est réintroduit en français au xvi e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_37161

HERMÉNEUTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 3 284 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La circularité herméneutique (F. Schleiermacher) »  : […] Souvent considéré comme le père de la philosophie herméneutique moderne, Friedrich Schleiermacher (1768-1834) assigne à celle-ci un rôle assez modeste dans son système des savoirs philosophiques. Dans ses Leçons sur l'herméneutique (1804-1830) dispensées d'abord à Halle, puis à Berlin, il veut rendre justice aux deux aspects complémentaires du processus de la compréhension : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermeneutique/#i_37161

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les fondateurs »  : […] La période contemporaine a vu un développement important de la théorie de l'interprétation et d'abord une meilleure compréhension des intentions de ses fondateurs, Schleiermacher et Dilthey , grâce à la publication, par Kimmerle, en 1959, des premiers textes de Schleiermacher sur l'herméneutique, dans lesquels l'interprétation « grammaticale » équilibre l'interprétation « psychologique », et à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_37161

DIALECTIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Marie GAUTIER
  •  • 1 605 mots

Dans le chapitre « Une saisie de la réalité »  : […] Si la dialectique affirme dès lors sa singularité vis-à-vis de la logique, c'est surtout avec Georg Wilhelm Friedrich Hegel qu'elle prend son réel essor ( Phénoménologie de l'esprit , 1807 ; Science de la logique , 1812). Hegel cherche à comprendre la réalité ; et il conçoit la dialectique comme le mouvement constitutif de cette réalité. Si Hegel s'attac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dialectique-notion-de/#i_37161

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 741 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Authenticité et chronologie »  : […] Pour arriver au chiffre sacré de trente-six Dialogues (9 × 4), le classement de Thrasylle devait admettre des œuvres exclues ou suspectées par les Anciens eux-mêmes, pourtant moins soucieux que nous d'authenticité. Un auditeur de Platon comme Philippe d'Oponte ne se croyait, en effet, sûrement pas faussaire quand il ajoutait l' Epinomis aux douze livres des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platon/#i_37161

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis KLEIN, « SCHLEIERMACHER FRIEDRICH DANIEL ERNST - (1768-1834) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-daniel-ernst-schleiermacher/