SCHLEIERMACHER FRIEDRICH DANIEL ERNST (1768-1834)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'influence de Schleiermacher

Le mérite de Schleiermacher avait été d'intégrer les principes de la théologie dans la culture de son temps. Sous la pression des événements, ses disciples n'arrivèrent pas toujours à réaliser la même performance. L'influence du maître se fait sentir dans trois écoles : l'école libérale, l'école confessionnelle et l'école de la conciliation.

L'école libérale prend le parti de l'absolue véracité. Elle soumet les textes bibliques à la critique historique et philosophique pour établir, au-delà de tout préjugé dogmatique, ce qui s'est effectivement passé. C'est dans son sein que fleurit l'abondante littérature constituée par les « vies de Jésus ». L'élaboration théologique ne doit pas, elle non plus, se laisser guider par des considérations dogmatiques. Il s'agit pour les théologiens de dégager l'essentiel, c'est-à-dire ce dont la foi vit et qui seul est à même de nourrir la piété des croyants.

L'école confessionnelle est née des réveils luthériens. Elle est bibliciste et renonce, pour la plus grande gloire du christianisme et pour le respect des mystères que Dieu n'a pas daigné révéler, à poser et à résoudre les doutes de la raison. Pour les tenants de cette école, la Bible et les écrits symboliques sont pure doctrine, vérité absolue. Il est bien évident qu'une telle position équivaut souvent à un retour au vieux supra-naturalisme. Néanmoins, l'Église apparaît ainsi comme un sûr rempart dans les troubles des temps présents.

L'école de la conciliation est à la fois plus modeste et plus modérée. Elle essaie de réconcilier la conscience scientifique moderne et les affirmations traditionnelles de la foi. Il va sans dire que ce but est rarement atteint et que, s'il l'est, c'est toujours sans forcer les convictions et sans entraîner l'adhésion unanime.

À la suite de Schleiermacher, tous ces théologiens considèrent la foi comme piété plus que comme savoir. Cette distinction libère le champ à la recherche historique et permet aux théologiens de travailler avec les mêmes méthodes que les autres savants. Pour tous, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  SCHLEIERMACHER FRIEDRICH DANIEL ERNST (1768-1834)  » est également traité dans :

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La philologie »  : […] Ce qu'on appelle une «  édition critique » – comprenant l'établissement du texte, c'est-à-dire le choix d'un texte de base, l'établissement des variantes par rapport à ce texte de base, et toute l'information disponible sur les différents états du texte – reste fidèle au sens premier du mot « critique », lorsqu'il s'est réintroduit en français au xvi e  siècle : « grammairien », « critique », « p […] Lire la suite

DIALECTIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Marie GAUTIER
  •  • 1 605 mots

Dans le chapitre « Une saisie de la réalité »  : […] Si la dialectique affirme dès lors sa singularité vis-à-vis de la logique, c'est surtout avec Georg Wilhelm Friedrich Hegel qu'elle prend son réel essor ( Phénoménologie de l'esprit , 1807 ; Science de la logique , 1812). Hegel cherche à comprendre la réalité ; et il conçoit la dialectique comme le mouvement constitutif de cette réalité. Si Hegel s'attache à l'idée de « mouvement dialectique », c' […] Lire la suite

HERMÉNEUTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 3 284 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La circularité herméneutique (F. Schleiermacher) »  : […] Souvent considéré comme le père de la philosophie herméneutique moderne, Friedrich Schleiermacher (1768-1834) assigne à celle-ci un rôle assez modeste dans son système des savoirs philosophiques. Dans ses Leçons sur l'herméneutique (1804-1830) dispensées d'abord à Halle, puis à Berlin, il veut rendre justice aux deux aspects complémentaires du processus de la compréhension : l'aspect grammatical […] Lire la suite

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les fondateurs »  : […] La période contemporaine a vu un développement important de la théorie de l'interprétation et d'abord une meilleure compréhension des intentions de ses fondateurs, Schleiermacher et Dilthey , grâce à la publication, par Kimmerle, en 1959, des premiers textes de Schleiermacher sur l'herméneutique, dans lesquels l'interprétation « grammaticale » équilibre l'interprétation « psychologique », et à l' […] Lire la suite

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 741 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Authenticité et chronologie »  : […] Pour arriver au chiffre sacré de trente-six Dialogues (9 × 4), le classement de Thrasylle devait admettre des œuvres exclues ou suspectées par les Anciens eux-mêmes, pourtant moins soucieux que nous d'authenticité. Un auditeur de Platon comme Philippe d'Oponte ne se croyait, en effet, sûrement pas faussaire quand il ajoutait l' Epinomis aux douze livres des Lois  : il ne faisait que transmettre l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis KLEIN, « SCHLEIERMACHER FRIEDRICH DANIEL ERNST - (1768-1834) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-daniel-ernst-schleiermacher/