FOI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La source de la foi chrétienne

Le christianisme, à la différence de l'islam, s'est formé lentement. Jésus n'a pas fondé d'Église, il fallait attendre la venue de l'Esprit sur les Apôtres, ainsi que le rappelle la liturgie de la Pentecôte. Au cours du ier siècle se sont affrontées, puis mêlées, des tendances judaïsantes et hellénisantes. Le résultat de cette évolution complexe a été en quelque sorte résumé dans l'idée de « la tradition apostolique », idée qui a présidé à la rédaction des Évangiles (après la ruine de Jérusalem), puis à la réunion des écrits du Nouveau Testament (au cours du iie siècle). L'esprit chrétien doit son originalité à la complexité de ses origines, et il n'aurait pu conserver son unité sans une forte institution. La légende des douze Apôtres (comme les douze tribus d'Israël) symbolise le principe sur lequel repose la doctrine de l'Église, à savoir que la plénitude de la révélation a été transmise par les Apôtres. « Le Seigneur, écrit saint Irénée, a donné à ses Apôtres toute la puissance de l'Évangile. C'est par eux que nous connaissons la vérité qui est la doctrine du Fils de Dieu » (Adversus Haereses, iii, 1, I). Puis : « La tradition vient des Apôtres et est conservée par la succession du ministère » (ibid., iii, 3, I). Catholiques et protestants se distinguent par la manière de concevoir « la succession du ministère », mais nul ne met en question le principe de la tradition apostolique. Prétendre qu'avec les Apôtres la révélation n'est pas complète est une proposition condamnée par l'Église romaine (Denzinger, 2020). Le décret du concile de Trente, en date du 8 avril 1546, est sur ce point plus proche des thèses de la Réforme que ne l'est le IIe concile du Vatican. La IVe session du concile de Trente ne fait aucune référence aux traditions « ecclésiastiques » ; elle ne parle que des traditions « apostoliques » en rapport avec la succession du ministère exprimée par le rite d'imposition des mains « quasi per manus traditae » (Denzinger, 783). Seul est affirmé le double mode de transmission, scripturaire et pastoral, de l'Évangile « source de toute vérité salutaire et de toute discipline des mœurs ». Ce qui a été rejeté, en revanche, c'est le projet initial de décret qui parlait d'une révélation transmise en deux parties, écrites et non écrites ; les mots « partim... partim... » ont été éliminés de la rédaction définitive, le concile n'ayant pas voulu prendre position sur la question de savoir si les traditions non écrites (c'est-à-dire rituelles) avaient, à l'égard de l'Écriture, une valeur « complétive » ou seulement « interprétative ». Les écrivains de la Contre-Réforme ont interprété faussement ce décret en lui faisant dire qu'il y avait deux sources de la révélation, les Écritures et les Traditions. En fait, le compte rendu des débats conciliaires montre qu'on n'a pas envisagé autre chose que des traditions rituelles. Le décret ne reconnaît qu'une source (Fontem, au singulier), à savoir l'Évangile, dont la transmission est assurée conjointement par les Écritures et les traditions rituelles transmises « de la main à la main » (cf. E. Ortigues, « Écritures et traditions apostoliques au concile de Trente » ; Religions du livre et religions de la coutume). Entre le décret du 8 avril 1546 et les thèses de la Réforme, la différence porte uniquement sur la manière de concevoir « la succession apostolique ». Ce qui rend la situation paradoxale, c'est que, dans les deux confessions, la Règle de foi demeure l'interprétation de l'Écriture dans l'Église universelle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FOI  » est également traité dans :

ANSELME DE CANTORBÉRY (1033/34-1109)

  • Écrit par 
  • Michel-Marie DUFEIL
  •  • 2 177 mots

Dans le chapitre « Un des premiers maîtres du dialogue entre la logique et la foi »  : […] Né à Aoste, d'un puissant lignage, Anselme est venu jeune à l'abbaye du Bec (Bec-Hellouin) en Normandie, dont l'abbé, Lanfranc, était son compatriote ; il y parcourut, selon la science et la foi de son temps, un cycle de fructueuses études sur la Bible, en logique et en patristique. Il y gravit les échelons des fonctions internes d'enseignement et de gouvernement. En 1063, pour sa trentaine, il es […] Lire la suite

APOLOGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 540 mots

Dans le chapitre « Du Moyen Âge à l'époque contemporaine »  : […] La démarche apologétique classique du christianisme avait été formulée par saint Anselme dans son Proslogion (1078) : fides quaerens intellectum . La foi recherche les motifs qui, sans prétendre démontrer ce qui demeure mystérieux pour la raison, permettent de croire, et fondent un « jugement de crédibilité ». Mais les motifs de crédibilité ne sont pas la foi. Leur rapport à la foi restait à éluc […] Lire la suite

APÔTRES SYMBOLE DES

  • Écrit par 
  • Jacques PONS
  •  • 350 mots

Appelé aussi Credo, le Symbole des Apôtres est l'énoncé de la foi chrétienne ; il est usité dans l'Église catholique, dans l'Église anglicane, ainsi que dans de nombreuses Églises protestantes ; il n'est pas reconnu officiellement par l'Église orthodoxe. Une tradition affirme qu'il a été composé par les douze Apôtres, mais il dérive en réalité des questionnaires utilisés aux premiers temps du chri […] Lire la suite

ATHÉISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 3 050 mots

Dans le chapitre « Les catégories théologiques »  : […] Nous avons dit que le mot « athéisme » est une appellation populaire qui ne s'est trouvée définie qu'indirectement par subsomption sous des catégories conceptuelles pourvues d'un statut canonique, officiel. La première de ces catégories juridico-théologiques est celle des crimes d'impiété. Le mot « religion », au sens institutionnel que nous lui donnons aujourd'hui, n'est pas tout à fait synonyme […] Lire la suite

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Dieu »  : […] Toute la pensée de l'évêque d'Hippone est naturellement tournée vers Dieu, tendue vers lui. Mais comment l'atteindre ? Converti, Augustin ne se pose pas le problème d'un Dieu dont il faut démontrer l'existence, mais d'une foi qu'il faut acquérir à travers l'Écriture sainte et l'enseignement de l'Église. Non que cette priorité de la foi soit pour lui obscurcissement de la raison humaine : Intellig […] Lire la suite

BARTH KARL (1886-1968)

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 3 107 mots

Dans le chapitre « La foi cherchant sa propre intelligence »  : […] Rendu brusquement célèbre par son Épître aux Romains , le jeune pasteur-prophète du village suisse devient, dès 1921, apprenti-professeur de dogmatique à Göttingen, à Münster, puis à Bonn à partir de 1930. Sa question est désormais la suivante : est-il possible non seulement d'inscrire un point critique d'interrogation et d'exclamation dans les marges de la chrétienté, comme le firent au xix e si […] Lire la suite

BLONDEL MAURICE (1861-1949)

  • Écrit par 
  • Jean TROUILLARD
  •  • 1 877 mots

Dans le chapitre « L'action et l'infini »  : […] Blondel eut très vite le sentiment que la philosophie et la foi avaient en définitive tout à gagner dans l'approfondissement du conflit qui les opposait. De sa rigueur même devait surgir la solution. Si raison et foi semblaient incompatibles, c'est qu'on s'en tenait à des oppositions artificielles sans ramener l'une et l'autre à leur pureté originelle. Si on suit la genèse de la raison, on voit q […] Lire la suite

BONHOEFFER DIETRICH (1906-1945)

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 2 404 mots

Dans le chapitre « La responsabilité coûteuse »  : […] L'arrivée de Hitler au pouvoir, le 30 janvier 1933, lance Bonhoeffer dans le combat de l'Église confessante allemande. Alors qu'il insistait précédemment sur les dimensions ecclésiastiques de la science théologique, il va sans relâche rappeler les dimensions « mondaines » de la responsabilité ecclésiastique. Le monde doit en son entier se restructurer en Christ. L'Église ne saurait donc se limite […] Lire la suite

BULTMANN RUDOLF (1884-1976)

  • Écrit par 
  • André MALET
  •  • 2 306 mots

La vie et la carrière du grand exégète et théologien protestant que fut Rudolf Bultmann tiennent en quelques lignes. Il commença ses études au lycée d'Oldenburg et les poursuivit dans les universités de Tübingen, de Berlin et de Marburg. Privatdozent en 1912 à Marburg, il devint ensuite professeur extraordinaire à Breslau (1916-1920), puis professeur ordinaire à Giessen (1920-1921) et à Marburg (1 […] Lire la suite

CARLSTADT ANDREAS RUDOLF BODENSTEIN dit ANDREAS (1480 env.-1541)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 545 mots

Née des querelles d'interprétation que la traduction des textes sacrés avait suscitées, la doctrine de Carlstadt traduit surtout la volonté d'indépendance qui se manifeste au début du xvi e siècle, en Allemagne, contre le formalisme et l'intransigeance du parti luthérien. Bien qu'il restât attaché au respect de l'ordre, ne prenant parti ni pour les iconoclastes ni pour Thomas Münzer, qu'il fréque […] Lire la suite

Les derniers événements

13 juillet 2021 France – États-Unis. Condamnation de Google au sujet de l'application du droit voisin.

L’Autorité française de la concurrence condamne le moteur de recherche américain Google à une amende de 500 millions d’euros pour n’avoir pas négocié « de bonne foi » avec les médias français au sujet de la rémunération de la reprise d’extraits de leurs contenus, en application du droit voisin. En janvier, l’Alliance de la presse d’information générale avait conclu avec Google, à ce sujet, un contrat de 25 millions d’euros annuels. […] Lire la suite

20-27 juin 2021 France. Élections régionales et départementales.

De nombreux dysfonctionnements marquent la distribution aux électeurs des professions de foi et des bulletins de vote, confiée à La Poste et, pour la première fois, à une entreprise privée, Adrexo. Le 27, le second tour enregistre de nouveau un taux d’abstention élevé – 65,3 % aux régionales, 65,6 % aux départementales. La droite, principalement LR, conserve le contrôle de sept régions métropolitaines, et la gauche socialiste de cinq. […] Lire la suite

6-14 juin 2021 Canada. Attaque terroriste contre une famille musulmane.

Le 7, la police de London évoque « un acte planifié, prémédité et motivé par la haine », les victimes ayant été « ciblées en raison de leur foi musulmane ». Le président du Conseil national des musulmans canadiens, Mustafa Farooq, estime qu’« il s’agit d’une attaque terroriste en sol canadien et [qu’]elle doit être traitée comme telle ». Le 8, le Premier ministre Justin Trudeau dénonce devant la Chambre des communes un « attentat terroriste ». […] Lire la suite

17-20 janvier 2021 France. Élaboration d'une charte des imams au sein du Conseil français du culte musulman.

Le 20, toutefois, trois fédérations, le Comité de coordination des musulmans turcs de France, Milli Görüs et le mouvement Foi et pratique, annoncent dans un communiqué commun leur refus de signer la charte, estimant que certaines de ses dispositions « sont de nature à fragiliser les liens de confiance entre les musulmans de France et la nation ». Elles indiquent qu’une quatrième fédération, celle de la Grande Mosquée de Saint-Denis de la Réunion, y est également opposée. […] Lire la suite

24 novembre 2020 Suisse. Attaque islamiste présumée à Lugano.

Surveillé depuis 2017 pour d’éventuels liens avec le terrorisme islamiste, arrêté et emprisonné en 2019 pour avoir commis un incendie criminel, il avait été relâché en juillet sur la foi d’une expertise psychiatrique. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Edmond ORTIGUES, « FOI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/foi/